[SÉLECTION] SOUTIEN FACE AU CANCER

Créée en 1918, la Ligue contre contre le cancer fêtera ce dimanche 4 février son Centenaire. Une année anniversaire dont l’ambition est de rendre hommage à 100 ans de lutte contre le cancer.

385 000. C’est le nombre de nouveaux cas de cancers en France.

149 500. C’est le nombre de décès liés au cancer en une année.

Le traitement de ce mal est lourd et dure souvent plusieurs années, une période difficile pour les malades et leurs proches. Le retour à la vie "normale" pour les rescapés n'est pas évident non plus. Pleine d'espoir cette sélection pourra peut-être être utile à tous... La mobilisation a aussi lieu en librairie.

1. Leucémie mon ennemie de Jean-Pierre Ciocco

 

En juillet 2013, Jean-Pierre Ciocco est diagnostiqué de la leucémie. Pétrifié mais pourtant confiant en la médecine moderne, il entame un traitement contre ce cancer qui s’est installé dans sa moelle osseuse.

De ce duel mené depuis trois ans, l’auteur en témoigne aujourd’hui tous les aspects : le diagnostic, les traitements abondants, les dommages collatéraux, la greffe de cellules-souches de moelle osseuse et les complications post-greffe. Parfois émaillé d’appréhension, le récit de Jean-Pierre Ciocco est néanmoins celui d’un combattant qui n’a jamais baissé les bras et continue malgré tout de positiver.

Si la thérapie de l’auteur constitue le fil rouge de son ouvrage, il fait défiler dans la deuxième partie de son récit des anecdotes qui ont ponctué sa vie et ses souvenirs les plus marquants. En remontant le temps, il se remémore son enfance dans un village du canton de Fribourg en Suisse et le microcosme de ce petit coin de campagne.

Avis éditeur : Le traitement de la leucémie constitue le fil conducteur de ce récit, éprouvant témoignage adressé à ceux confrontés à de graves maladies.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754734257/#pct0

2. Cela n'arrive qu'aux autres ! d'Odile Chalmin

 À 52 ans, un cancer du sein métastasique est diagnostiqué à Odile Chalmin. Au début, ce fut le déni, un voile posé naïvement sur la gravité de la situation. Quand enfin elle accepte de comprendre, tout s’effondre.

L’instinct de vie, tenace, lui reste au creux du cœur. Touchée mais non vaincue, elle puise au plus profond de son âme des ressources qu’elle croyait taries pour affronter ses nouveaux rivaux. La chimiothérapie, ses effets secondaires, la fatigue, la douleur et l’angoisse. Debout face aux difficultés, elle franchit les obstacles à l’aide de son entourage et de sa détermination, nourrie d’une confiance indéfectible en la vie. Profonde et inébranlable, cette conviction se prolonge au-delà de son combat contre la maladie et irradie tout autour d’elle. Sereine, elle emprunte un nouveau chemin.

À travers ce témoignage, Odile Chalmin relate plus de cinq années jalonnées de crainte, de joie, de douleur, et principalement de lutte. En vivant autrement et en s’appuyant notamment sur l’Art Thérapie, elle donne certaines clés qui peuvent aider ceux qui, comme elle, ne baissent pas les bras.

Avis éditeur : Odile Chalmin nous livre ici un témoignage aussi bouleversant que touchant. C'est avec force et détermination qu'elle nous révèle le combat qu'elle a livré pendant cinq années de maladie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736831/#pct0

3. Gabrielle de Frédéric Taiar

Gabrielle a soixante-seize ans, une vie empreinte d’amour derrière elle et une tumeur au cerveau qui lui sera bientôt fatale. Plongée dans le coma pour la soulager de ses peines, elle reçoit la visite d’un étrange passeur qui la désigne comme son successeur en charge d’accompagner les âmes en partance.

Avec justesse et lucidité, Frédéric Taiar rappelle que la vie est courte et qu’il faut en saisir toute la profondeur. Personne ne sait pour combien de temps cette intensité dure, mais cela n’a pas d’importance car l’esprit s’effacera au profit de l’héritage de l’âme…

C’est à ce degré de réflexion que nous mène ce premier roman. Partagé entre le parcours d’une vie et l’introspection, cet ouvrage nous dépasse et nous submerge du début à la fin.

Avis éditeur : Frédéric Taiar livre un premier ouvrage aussi lucide qu’éloquent. C’est avec conviction qu’il nous amène dans une dimension philosophique essentielle délivrant le secret d’une vie admirablement accomplie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Les silences murmurés d’ Agnès d'Ormesson

 Le cancer du sein touche en France une femme sur huit. Comme tant d’autres avant elle, Agnès n’a pas été épargnée : mais comment surmonte-t-on pareille épreuve ?

Comprenant subitement qu’elle fait partie des mortels, le besoin de témoigner la tenaille. Peindre ou écrire. Ce sera la plume, témoin fidèle de ses peurs, arme essentielle pour vaincre l’immense solitude et l’extrême fragilité dans lesquelles nous plonge la maladie. Miroir de sa résilience, son récit se pare de réconfort, se meut en force et se fait exutoire, pour mieux traduire le quotidien. Bouleversant de sincérité cristalline, authentique reflet d’une femme face à l’angoisse de mourir, cet ouvrage est l’essence intime et pudique de son combat pour la vie. Pour sa fille et son fils, pour son entourage, pour elle-même.

Hymne à la vie si précieuse, aide morale à toutes celles qui doivent vivre cette épreuve, ce récit est le premier ouvrage d’Agnès d’Ormesson aux Éditions du Panthéon.

Avis éditeur : Cet ouvrage est le témoignage d'une femme dont le parcours rejoint celui de tant d'autres et pourtant, sa lecture nous amène sans détour sur le chemin de la solidarité et de la force mentale. Un premier livre précieux, qui retrace l'essence même d'un combat pour la vie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736794/#pct0

5. La chasse aux crabes est ouverte de Richard Coudurier

«La chasse au crabe est ouverte» est plus qu’un livre retraçant la traversée d’une maladie, c’est un l’histoire partagée et partageable d’un Homme « j’ai écrit ce livre non pas simplement pour faire part de ma propre histoire, mais surtout pour essayer d’offrir un peu d’espoir aux “malades temporaires” et “futurs malades temporaires”. Il serait stupide de laisser croire que nous touchons à l’extinction de cette maladie. Mais il serait inconvenant (vis-à-vis du corps médical) de ne pas avoir comme objectif la destruction de cette saloperie. »

Richard Coudurier ne s’est donc jamais battu contre une longue maladie (selon la formule consacrée) ; c’est la maladie qui se bat contre lui.

Avis éditeur : Cet ouvrage est le témoignage d’un homme lucide dont le parcours rejoint celui de tant d'autres.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754737678/#pct0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.