Archives de l'auteur : EDP

En ce Blue Monday censé être le jour le plus déprimant de l'année, rien de tel qu'une sélection d'ouvrages empreints de simplicité et d'optimisme pour repartir sur de bonnes résolutions.

1. "Nouveau départ" de Célia Zaïd

« Pourquoi l’humain est-il malheureux ?
Pourquoi personne n’a trouvé une solution à ce mal-être général ?
Qui peut nous aider ?
Le bonheur existe-t-il ?
J’ai cherché.
J’ai cherché pour moi et j’ai trouvé pour nous.
Je me suis formée et j’ai étudié de nombreuses techniques de thérapies orientées solution et vous propose de les découvrir dans ce livre.»

Être en accord avec soi-même et apprendre à s’aimer, vaste programme !
Dans cet essai, Célia Zaïd, Maître Reiki et coach personnel, nous propose de nous découvrir de façon ludique, et grâce à des concepts novateurs.
Avec ses enseignements simples, et s’appuyant sur des techniques de thérapie douce, cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui souhaitent prendre un nouveau départ dans leur existence.

Avis éditeur : Prêts à prendre un nouveau départ sur la route de la connaissance et de l’amour de soi ? Grâce à des concepts simples et ludiques, Célia Zaïd nous aide à résoudre les conflits qui nous animent.

<<Lire un extrait>>

2. "La première fois, on fait un vœu en ouvrant la porte" de Alicianne Vidal

« Il émane d’Elféa une sorte de magie.
Je suis touchée par la simplicité de ses manières.
Je me sens minuscule à côté d’elle, et même un peu à l’étroit dans mon être.
Elle ne se rend pas compte de ce don précieux qu’elle a reçu.
Elle veut partager avec moi la beauté qu’elle voit partout alentour. »

C’est dans un décor champêtre qu’Axelle, une adulte désenchantée, rencontre Elféa, une fillette de sept ans pétillante qui inspire et transmet sa joie de vivre.
À son âge, Elféa surprend par sa maturité. Elle jongle avec les pensées et donne l’impression d’être totalement habitée par la vie en participant de tout son cœur à son embellie. La question est de savoir si sa flamme de vie ravivera celle d’Axelle.

Dans son premier ouvrage rédigé en 2004, remodelé au gré des années jusqu’à sa version aboutie selon ses critères, l’auteur Alicianne Vidal exprime son engouement pour les valeurs authentiques et la beauté du vivant. Le style gracieux de ce récit initiatique, avec ses personnages atypiques trouve sa source dans un univers intérieur invitant à la liberté d’être soi et de créer.

Avis éditeur : Alicianne Vidal propose un premier ouvrage habile et sincère sur l’importance des choses simples. Ce récit, tourné sur la valeur éducative des activités artistiques, s’inscrit comme témoin de la jeunesse qui finalement ne fait que passer. Le temps n’a pas de prise…

<<Lire un extrait>>

3. "Sept jours de réflexion" d'Amandine Petit

« Semaine n° 1
Le miroir ne reflète pas la réalité, mais parfois il te fait comprendre la vie.»

Coucher sur le papier ses états d’âme, c’est prendre le temps d’aller à la rencontre de soi. Armée d’une feuille, d’un crayon et de son esprit, Amandine Petit se prête à l’exercice de l’introspection pour en extraire ses propres maximes. Sa façon singulière de grandir, mûrir ou peut-être de s’approprier son existence…

Ainsi, ce recueil effeuille le rythme de la vie et révèle que l’écriture de soi jaillit d’une nécessité de trouver les traces de l’intime dans l’idée de faire passer des messages. Trouver un écho n’est pas la question, mais simplement une façon de dévoiler ses failles, anciennes traces du passé, pour démontrer qu’on s’en est finalement relevé.

Avis éditeur : Ce recueil renferme toutes les clefs pour reconsidérer ses états d’âmes et avancer vers l’avenir d’un pas décidé.

<<Lire un extrait>>

4. "Tsadé" de Martine Ray

« 7 novembre 2012. 7 heures. Après une énième nuit sans sommeil, Ema prépare le petit déjeuner pour toute la famille. En ce matin, elle se dit que tout va bien, qu’elle a un mari aimant, directeur financier dans une entreprise stable, que sa fille de 18 ans évolue sans soucis majeurs et qu’elle vit dans un appartement confortable dans une jolie banlieue. Vraiment : TOUT VA BIEN. Comme un mantra, dans sa cuisine, Ema se répète, en boucle, que tout va bien… »

Cadre dans un grand groupe bancaire, Ema est une femme qui se veut accomplie. Elle vit avec Pierre, son mari aimant, et Angèle, sa jeune fille de dix-huit ans. Pourtant, Ema n’a de cesse de s’interroger. Une façon pour elle de se rassurer ? De Paris à Amman, son voyage se fera dans le mouvement et la quête de son épanouissement total. Car après tout, c’est peut-être la recherche la plus importante des individus du XXIe siècle…

Tsadé, dix-huitième lettre hébraïque, signifie hameçon. C’est également le symbole de la moralité, de la justice, de l’énergie. C’est ce travail de réflexion sur soi qui amène la tolérance, l’envie d’être réel avec autrui et d’éloigner les jugements. Chacun d’entre nous peut être Ema, Pierre ou Angèle. Mais qui arrive réellement à être soi ?

Avis éditeur : L’histoire d’Ema peut donner à chacun le moyen de se reconnaître en elle et de porter un regard différent sur soi et sa relation à l’autre. Un roman qui donnera à tous l’envie de vivre dans l’amour afin d’accéder à la pleine réalisation de soi.

<<Lire un extrait>>

5. "Regardons vers la lumière" de Catherine Mirande

« Dans toute relation, à un moment ou à un autre de notre vie, nous avons fait des promesses, il nous en a été fait, pour la plupart non tenues.
Tout notre être a été animé de joie ou de déception selon les circonstances.
Nous vivons au rythme de ces espérances. L’espoir, c’est bien cela qui guide notre vie. « L’espoir fait vivre », dit-on, mais que signifie cette expression ? Que nous devons croire aveuglément en quelqu’un ou à quelque chose ? »

Dans ce livre, Catherine Mirande explore les croyances qui nous privent d’un bonheur et créent des souffrances inutiles. Le chemin est tortueux et semé d’embûches, mais quelle satisfaction de parvenir à dépasser le stade des illusions perdues. C’est dans un ensemble structuré, qu’elle démontre comment se libérer du conditionnement collectif afin de retrouver un enthousiasme et la voie de sa propre liberté intérieure.

Elle révèle ainsi des éléments essentiels pour transformer sa perception de la vie. Du temps des promesses à celui des regrets, du temps du pardon à celui de l’oubli, Catherine Mirande nous entraîne dans la quête de la sérénité.

Avis éditeur : Un témoignage qui retranscrit les observations issues de la propre expérience de Catherine Mirande et révèle toutes les clefs pour accéder à une forme de bien-être.

<<Lire un extrait>>

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

L’essence mère qui émane de ces Notes Poétiques, l’amour lequel prend la dimension d’un hymne amoureux, à travers ses vibrations amoureuses, je cherche à m’approprier par les mots le mystère d’un monde immatériel et sensible, afin d’inventer ou réinventé un langage universel.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La beauté de la vie qui parfois se heurte avec la réalité.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"Petits poèmes en prose" de Charles Baudelaire.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

L’authenticité, le respect, la fantaisie.

5. Quelle est votre citation favorite ?

"La vie est mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre." (Gandhi)

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

L’envie d’écrire me prend toujours tôt le matin.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

"L’amour aux temps du choléra" de Gabriel Garcia Marquez.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo et clavier.

10. Le mot de la fin ?

"Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi beaucoup d'ennuis te seront épargnés." (Confucius)

 

AVIS ÉDITEUR : 

Lynda Haboudi révèle un premier recueil de poésie entrouvrant le sens profond de l'existence. C'est avec des mots choisis pour leur sincérité qu'elle nous transporte dans une suite de poèmes merveilleux dont la couleur traverse notre âme avec légèreté.

Après un article consacré au pilon des livres, intéressons-nous à la technologie de l'impression à la demande (Print on demand en anglais, ou PoD). Pratique et moins coûteuse que l'imprimerie traditionnelle, l'impression à la demande est une des tendances majeures dans le marché du livre, répondant notamment à la nécessité de réduire les stocks.

Une qualité très proche de l'impression traditionnelle

À ses débuts, l’impression à la demande faisait difficilement le poids face à l’impression traditionnelle : choix de papier et de format restreint, traitement des couleurs et des images de moindre qualité, etc. Il s’agissait plutôt d’une solution de « secours ». Aujourd’hui, les techniques ont bien évolué et les possibilités sont beaucoup plus nombreuses. Bien entendu, l’impression à la demande ne correspond pas à tous les types de publication et il est indéniable qu’elle ne représente pas forcément la solution idéale pour les beaux livres, par exemple. En revanche, elle convient tout à fait pour des contenus simples constitués principalement de texte et de quelques illustrations.

Des livres toujours disponibles

C’est aussi une solution idéale pour que les livres ne soient jamais épuisés : ils restent disponibles indéfiniment, avec des délais de commande qui sont de moins d’une semaine. C’est ainsi que de nombreux éditeurs se sont mis à la demande pour leur « fond de catalogue », tous ces livres qui ne bénéficient plus de l’attrait de la nouveauté, mais qui sont encore commandés en faibles quantités. Auparavant, une fois le stock écoulé, ils étaient référencés comme « épuisés ». Les commercialiser coûtait trop cher en gestion des stocks et des retours des libraires. Mais désormais rien de plus simple que de répondre à la demande des lecteurs, en imprimant les exemplaires à chaque commande.

Une meilleure distribution internationale

À l’heure actuelle, la distribution à l’échelle internationale représente également un défi de taille pour l’éditeur papier traditionnel et faire parvenir l’un de ses livres sur un autre continent peut se transformer en un véritable casse-tête qui implique des coûts postaux colossaux.  Là aussi, l’impression à la demande représente une solution idéale, en permettant de travailler en circuit plus court tout en diminuant les frais et les délais de livraison ce qui n’est pas sans rappeler le livre numérique.

Un processus digital pour un produit papier

L’impression à la demande repose finalement sur un procédé totalement digital, mais qui permet de livrer un résultat physique. Il s’agit là de l’une des plus grandes forces de ce procédé, qui offre par conséquent une liberté beaucoup plus grande à l’éditeur.  Plus besoin donc d’anticiper les prochaines réimpressions pour apporter des changements à ses livres. À l’image du livre numérique, le POD offre donc une flexibilité incroyable à cet égard.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre décrit un mélange de choses vécues mais aussi des choses dans ma pensée que je ne pouvais pas expliquer. La découverte de sensations, le fait de savoir que comme femme j’ai aussi le droit d’avoir des pensées déraisonnables.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

« Aleph » de Paulo Coelho et « Cinquante nuances de Grey » de E. L. James.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

« Cinquante nuances de Grey » de E. L. James et « Le journal intime d’une femme soumise » de Sophie Morgan.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Rêveuse, gentille, apparemment pétillante, même si je trouve que je suis plus timide que pétillante.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Toutes les femmes sont belles, elles ont juste besoin d’apprendre à s’aimer.

6. Quel est votre mot préféré ?

Inexplicable.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

M’asseoir sur une table et écrire, écrire, écrire. J’aime bien m’acheter des carnets tout beaux, avec une belle couverture. En général je les achète me disant que j’écrirai de nouveau mes pensées. Sinon, pour écrire mon livre sur clavier, je suis restée des heures à côté de ma fenêtre sur un fauteuil.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« Cinquante nuances de Grey » de E. L. James et « Aleph » de Paulo Coelho, les deux restent inexplicables.

9. Stylo ou clavier ?

Sans aucun doute stylo.

10. Le mot de la fin ?

Ce qui aujourd’hui est inexplicable, demain sera la normalité. C’est bon de rêver, vous ne trouvez pas ?

 

AVIS ÉDITEUR : 

Ode à l'amour et aux convictions trop souvent abandonnées, Bernadete Dos Santos imagine ce roman comme le récit d’une vie intérieure. Littéralement éprise d’un homme qui ne quittera jamais ses pensées, elle offre finalement l’histoire d’une femme désespérément amoureuse…

7 Commentaires

Le Jeu Concours Photo de Librairie  est désormais terminé. Nous  vous remercions pour votre intérêt, et félicitons les participants pour leur contribution. À vous de choisir quelle est la photo que vous préférez (en commentaire). Résultats le 14 janvier !

Photo n°1 : Une vraie librairie d'abondance (Sienne, Italie)

Photo n°2 : Librairie Peyrucq (Nay)

Photo n°3

Photo n°4 : Librairie La Cavale (Montpellier)

Photo n°5 : Boîte à livres (Paris)

EDIT : 

Le jeu concours est terminé ! Nous vous remercions vivement pour vos participations et pour vos votes.

Le gagnant de la liseuse Kindle est la photo n°1.

Le gagnant de 3 ouvrages au choix dans le catalogue des Éditions du Panthéon est la photo n°2.

Enfin, le gagnant d'un ouvrage au choix dans le catalogue des Éditions du Panthéon est la photo n°4.

Les gagnants seront prochainement contactés par email. Merci encore et à très bientôt pour d'autres événements !

 

Si vous étiez un livre, vous seriez….
La Bible.

Si vous étiez une citation
« Faire pour nous et sans nous, c’est faire contre nous. », Nelson Mandela.

Si vous étiez un marque-page
Un post-it.

Si vous étiez un discours
Le discours de Um Nyobè à l’ONU.

Si vous étiez une collection
Une collection de livres.

 Si vous étiez un papier
Le papier cadeau.

Si vous étiez une bibliothèque
Une bibliothèque publique.

Si vous étiez une recette
Un cocktail.

Si vous étiez un titre de livre
Le monde de demain.

Si vous étiez une partie du corps
La main, visible sur la couverture de mon livre, avec les 5 doigts de dimensions différentes qui nous rappellent d’une part que l’équité fiscale voudrait que chacun paye l’impôt en fonction de sa capacité contributive, et d’autre part qu’en matière de fiscalité, les Etats doivent coopérer comme les 5 doigts de la main afin de lutter efficacement contre l’évasion fiscale internationale.

 

AVIS ÉDITEUR : 

Un essai aux références juridiques et factuelles pointues, qui étaye principalement la problématique de l'érosion du pouvoir fiscal des États.

C'est l'heure de la reprise pour les Éditions du Panthéon. Nous espérons que les Fêtes se sont bien passées et nous vous souhaitons à toutes et à tous une excellente année 2019. Découvrez les ouvrages à paraître prochainement !

1. Maubourg de Colette Dardenne

« Le retour lui parut durer une éternité. Il fit plusieurs crochets pour éviter de traverser des hameaux  ; heureusement, il connaissait comme sa poche toutes les routes du canton, au point qu’il aurait presque pu les parcourir les yeux fermés. Il fit un dernier détour pour aborder par en bas les Vieux-Chênes. La ferme de sa grand-mère se trouvait ainsi la première à l’entrée du hameau. Lucas coupa les gaz un peu avant d’y parvenir et, poussant sa machine, il se glissa sans bruit dans l’ancienne grange qui lui servait de garage et d’atelier. »

1994, à Maubourg, petite bourgade d’environ 1 700 âmes. René Lamotte-Jarnaud, ancien résistant, chef d’entreprise et maire de la commune, déroule paisiblement le fil de son existence jusqu’à ce que l’on tente, brutalement, de l’assassiner lui et plusieurs de ses proches. Les gendarmes enquêtent mais manquent d’indices probants. Vengeance pour un crime commis soixante ans plus tôt, ou machination familiale pour hériter des entreprises Jarnaud ? Le mystère plane…

Avis éditeur : Une enquête policière passionnante au fin fond de la Creuse, dans laquelle Colette Dardenne brosse une galerie de portraits singuliers.

2. Plumes d’astres de Michel Maury

« Les yeux levés vers le ciel
Tiens, une étoile  !
Elle est immobile
Tiens, une étoile  !
Elle éclaire le nocturne
Tiens, une étoile  !
Elle file dans le ciel
Tiens, une étoile  ! »

S’asseoir sur le sol et lever les yeux pour observer la danse des étoiles filantes dans un ciel d’été. Prendre un pinceau, des couleurs et figer le monde dans une vivante symphonie de nuances. Ériger les émotions sur le piédestal qu’elles méritent, à l’abri du fiel et de la fange. C’est cela que Michel Maury a su faire à travers des poèmes rythmés, chantants, au charme étrange… Et qu’il partage aujourd’hui sans tambours ni trompettes, en toute simplicité.

Avis éditeur : D’une plume rythmée et onirique, Michel Maury nous entraîne la tête dans les étoiles dans ce recueil de ses meilleurs textes.

3. Les Codes Idéologiques du PKK de Fikret Bilâ

« Vous trouverez un historique succinct du PKK dans le premier chapitre de ce livre. Le deuxième chapitre analyse le développement intellectuel de Bookchin, débutant avec le communisme, en passant par l’anar-chisme, et pour finir avec le communalisme sous la forme d’un mode de vie et d’un système communa-liste-confédéraliste au sein d’une société écologique, qu’Öcalan décrit comme étant sa nouvelle idéologie. Dans le troisième chapitre, j’examinerai et j’analyserai de façon comparative les idées d’Öcalan avec l’œuvre de Bookchin, décrivant la façon dont Öcalan adopta ce modèle qu’il nomme sa «  nouvelle idéologie  ». Le quatrième chapitre est une analyse du contrat KCK, pour savoir si les articles du contrat sont compatibles ou non avec les idées de Bookchin.»

Économiste de formation et successivement directeur éditorial de divers organes de presse turcs, Fikret Bilâ met en lumière ses observations concernant l’évolution du PKK. Ce groupe terroriste, fondé à l’origine par Abdullah Öcalan et ses associés en 1978 afin de créer un état indépendant et unifié du Kurdistan, devient plus tard le KCK et change d’idéologie. Cet ouvrage décortique les principes et contradictions d’une organisation particulièrement mouvante.

Avis éditeur : Fikret Bilâ analyse dans cet essai les principes et les contradictions du PKK, ce mouvement à l’évolution particulièrement complexe.

4. Lampsi d'Angélique Astesiano

« Si j’avais bien cerné un point fondamental au fil du temps, c’est que pour vivre pleinement, il fallait ressentir chaque instant. Et pour ressentir, il fallait accepter la souffrance. Car il n’y a rien de plus douloureux en ce monde qu’éprouver de réelles sensations. Brutes et étincelantes, elles nous laissent entrevoir la supercherie qui règne en maître sur l’humanité.»

Cassiopée souffre d’un mal-être profond et ne se sent pas à sa place dans l’univers moderne. Elle a donc choisi une solution fatale… mais se retrouve pourtant derrière les portes d’un Enfer bien réel. Elle y découvre les abysses de la cruauté. À la porte du désespoir, va-t-elle trouver la volonté nécessaire pour faire face à ses démons personnels et aux êtres malfaisants qui l’entourent ? La réponse se trouve peut-être dans les étoiles…

Avis éditeur : Comment trouver sa place dans le monde moderne quand on souffre d’un mal-être profond ? Véritable exutoire, ce récit nous plonge aux frontières du désespoir dans un style maîtrisé et romantique.

5. Une histoire, une vie de Jean Mouillot

« La décision d’écrire s’est prise par hasard sur le sable d’une plage de la Côte d’Azur par la découverte soudaine d’un étrange paradoxe. Je sais être un homme plutôt misanthrope, tout en n’étant pas, comme le dit le dictionnaire, un individu qui hait le genre humain. Pourtant, il me faut l’avouer, même si je ne les hais pas, je n’aime pas beaucoup les hommes. Ce qui est illogique, c’est que date de cette époque le projet de me proposer comme bénévole dans un service de soins palliatifs. Pourquoi  cette contradiction frappante ? »

À la retraite après une vie mouvementée, Jean Mouillot part trois mois en pèlerinage pour Compostelle. Surgit inéluctablement dans ses réflexions la question de « l’après-moi ». Né en Algérie, il souhaite transmettre à ceux qu’il aime ainsi qu’à un public amnésique des événements qui ont bouleversé cette contrée, ses aventures de jeunesse dans ce pays extraordinaire, cette terre dont le souvenir doit être ravivé dans la mémoire de ses pairs. Plus qu’un témoignage, cet ouvrage est le gage de transmission d’une expérience riche et colorée.

Avis éditeur : Jean Mouillot nous offre avec pudeur et sensibilité un témoignage puissant sur une terre qui fut le théâtre de sa vie : l’Algérie.

Alors que Google a récemment annoncé la fin de son réseau social Google+, faisons le point sur les différents réseaux sociaux intéressants pour les auteurs, notamment dans la perspective de la promotion de leurs ouvrages.

Facebook

Utilisé par plus de 2 milliards d’utilisateurs par mois à travers le monde, Facebook est le principal réseau social disponible sur Internet : il permet à toute personne y possédant un compte de publier des informations (statuts, photos, articles, événements...) mais aussi de consulter les informations des personnes avec qui il est en relation.

Parce que Facebook fait partie du quotidien d’un très grand nombre d’internautes, il est devenu un outil de communication incontournable pour la promotion de l'ouvrage d'un auteur.

En effet, en cliquant « J’aime » sur votre page Facebook, les internautes acceptent de recevoir les messages de l'auteur et sont ouverts à recevoir les informations et les actualités concernant son livre.

De plus, Facebook propose de nombreuses fonctionnalités :

  • Annoncer un événement (dédicace, interview, conférence...)
  • Améliorer sa présence et son référencement sur les moteurs de recherche
  • Établir un contact et toucher plus de lecteurs

Instagram

Avec 1 milliard d'utilisateurs dans le monde, Instagram est le 4ème réseau social en terme de nombre d'utilisateurs, juste derrière Facebook, Youtube (partage de vidéos) et WhatsApp (messagerie instantanée).

Instagram permet de partager ses photographies et ses vidéos avec son réseau d'amis, de fournir une appréciation positive (fonction « j'aime ») et de laisser des commentaires sur les clichés déposés par les autres utilisateurs. Elle permet aussi de dialoguer avec les membres via l'utilisation de la messagerie interne appelée « Instagram direct ».

Réseau social de l'image par excellence, Instagram est intéressant pour les auteurs, d'une part pour effectuer la promotion de leurs ouvrages à travers l'utilisation de visuels, d'autre part par la présence de nombreux "bookstagrammeurs" qui utilisent le réseau comme une plateforme de micro-blogging en diffusant des chroniques d'ouvrages.

Twitter

Twitter est une plate forme gratuite de micro-blogging qui permet la diffusion de message courts : tous les messages sont limités à 280 caractères. Tout comme Facebook, Twitter permet de se créer une liste « d’ amis », aussi appelés « followers ». Une fois que ces derniers vous ont ajouté à leur liste de contacts, ils pourront suivre vos activités, et donc voir tous les messages que vous posterez. Attention cependant : tout le monde n’a pas besoin de vous ajouter pour voir ce que vous postez. Vos messages sont donc tout le temps publics !

De votre côté, vous pouvez créer votre propre liste de contacts personnels, afin de suivre l’activité des personnes et marques qui vous intéressent.

LinkedIn

LinkedIn est un réseau social professionnel en ligne créé en 2003 à Mountain View (Californie). En novembre 2015, le site revendique plus de 400 millions de membres issus de 170 secteurs d'activités dans plus de 200 pays et territoires et plus de 10 millions d'utilisateurs en France.

Si LinkedIn peut être utilisé pour tout ce qui concerne la vie professionnelle (trouver du travail, des employeurs, des prestataires, développer les affaires), ce réseau peut être utile pour les auteurs ayant un vaste réseau professionnel et ainsi diffuser des informations relatives à leurs ouvrages.

À l'occasion des Fêtes de fin d'année, découvrez une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon à poser au pied du sapin !

1. "La Comtesse de Barranquilla" de Nicole Gibelin

« La Colombie demeurera ce qu’elle a toujours été : la terre de tous les possibles et de l’inimaginable, tout comme toi, chère Hilione Samantha Cumberley Higgins, duchesse de Worthrop alias Comtesse de Barranquilla. »

Aussi riche qu’extravagante, la duchesse de Worthrop suit son mari en Colombie, dans la ville de Barranquilla, où ce dernier ouvre la première usine de Coca-Cola d’Amérique du Sud. Entre effluves de Londrès, vapeurs de rhum et moiteur exotique, la bourgade caribéenne est le lieu de toutes les joies, de tous les malheurs et de tous les excès. Durant quarante ans, l’histoire de cette ville si particulière vient peu à peu se lier à la sienne. Devenue par la légende la Comtesse de Barranquilla, elle y vivra une existence singulière, ponctuée de tours du monde, à la rencontre de gens merveilleux comme Ava Gardner, Franklin Roosevelt et Simon Patino.

L’écriture est pour l’auteur une passion lui permettant de mettre en scène les personnages qui ont nourri son imagination. En relatant la vie de la Comtesse, Nicole Gibelin dépeint une fresque passionnante sur les relations entre les deux Amériques au vingtième siècle.

Avis éditeur : Nicole Gibelin dévoile ici un voyage épique en Colombie à travers le portrait d’une femme déterminée à jouer un rôle dans l’histoire. Vivant et exaltant, son récit témoigne d’une époque incroyable faite d’euphorie et d’insouciance.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

Plus d'infos sur la page Facebook de l'auteur.

2. "Les conquérants d’un nouveau monde" de Christophe Agogué

Les derniers pas de l’homme sur la Lune remontent à plus de 45 années : une éternité, à l’aune des progrès technologiques des dernières décennies. Pourtant, depuis 1972, aucun homme ne s’est extirpé hors du champ de la force de gravitation terrestre, et l’exploit des astronautes d’Apollo reste de nos jours encore inédit. Cette performance, favorisée par l’émulation idéologique des années 60, fut en réalité un véritable sprint.

L’auteur se livre à un récit passionné, personnel et documenté, de la grande aventure de la Lune et des premiers hommes de l’espace. Des 7 sélectionnés du programme Mercury aux 12 hommes qui foulèrent le sol lunaire, il partage son enthousiasme et ses questionnements sur les successeurs de Magellan et de Lindbergh.

Avis éditeur : Regard sur cette formidable épopée lunaire, interrogation sur les descendants des grands explorateurs, le nouveau livre de Christophe Agogué nous fait vivre le grand frisson de la conquête spatiale.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

Plus d'infos sur la page Facebook de l'auteur.

3. "Deux Frères au Klondike… La véritable histoire" de Mario Bergeron

Ensemble, nous avons traversé le pays et la piste Chilkoot. Ensemble, nous avons bâti notre radeau et affronté le fleuve Yukon. Ensemble, nous avons touché le ciel, frôlé la mort, j’en suis persuadé. Ensemble, nous avons trouvé de l’or, beaucoup d’or.

Arrière-arrière-petit-fils d’un chercheur d’or de la ruée de 1898, à 55 ans et sans expérience, l’auteur se laisse entraîner par son frère dans un périple en Alaska et au Yukon, sur les traces de leur ancêtre. Sur la légendaire piste Chilkoot et à bord du radeau qu’ils ont construit, les deux frères vivent plus qu’une expédition dans le Grand-Nord. De rencontres en rencontres, ce voyage dans le temps les transformera à jamais.

Avis éditeur : Partez pour un véritable voyage initiatique en Alaska et au Yukon, à travers ce récit passionnant sur la légendaire piste Chilkoot où l'on suit le périple de deux frères sur les traces de leur ancêtre.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

Plus d'infos sur la page Facebook de l'auteur.

4. "Une larme de graisse" de Catherine Claveries

La révolution alimentaire avait eu lieu en 2027. Elle s’était déroulée de façon pacifique, d’abord parce que les gens ne pouvaient déjà presque plus bouger, mais surtout parce que ce qu’ils réclamaient était en fait officiellement admis depuis longtemps : grosseur = normalité.

2037 – La révolution alimentaire a eu lieu et il est recommandé et même imposé de faire partie, comme la majorité de la population, des obèses.
Quelques individus refusent de suivre ce diktat, et leur rébellion contre la norme pondérale les conduira parfois jusqu’à la mort.
Fable sociale renversant le concept de minceur souhaitée en obésité forcée, « Une larme de graisse » dénonce les manipulations humaines qu’elles soient psychologiques, politiques et, bien sûr, alimentaires.
Les obèses, remplis d’un « trop-vide » d’aliments, deviennent peu à peu émotionnellement inaptes, adhérant à toutes les utopies délétères qu’on leur propose.
César, Rose, Zoé et André se rebellent contre cette lente déshumanisation.

Avis éditeur : Dans un un monde futur, devenu totalitaire, où refuser la norme peut conduire à la mort, Catherine Claveries renverse le concept de minceur souhaitée en obésité forcée. Un roman d’anticipation singulier qui donne à réfléchir..

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

Plus d'infos sur la page Facebook de l'auteur.

5. "Viens près de moi t'asseoir..." de Philippe Pauthonier

« Les pétales des fleurs de cerisiers
Défient l’attraction universelle.
Comme les flammèches d’un brasier,
Ils rejoignent le royaume éternel. »

Une fois installé aux côtés du poète, le lecteur se laisse embarquer dans une symphonie de rimes enlevées à travers les paysages aériens qu’offrent nos émotions. Inscrite dans la trajectoire d’une étoile filante, dans l’allure noueuse d’une branche de cerisier ou dans la courbe du sourire d’une fillette, la beauté du monde est encore une fois transcendée par les mots dans ce quatrième recueil d’un auteur plusieurs fois primé.

Avis éditeur : Lauréat de plusieurs concours de poésie, Philippe Pauthonier nous offre, dans ce quatrième opus, une plume toute en finesse qui transcende la beauté du monde.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

Quelle place pour les influenceurs dans le paysage littéraire ? Retour sur la 2ème Journée des influenceurs littéraires qui s'est déroulée la semaine dernière à la mairie du XIVème à Paris dans le cadre du Festival La fureur des mots.

Au programme, des blogueurs, des professionnels de l'édition, des start-up innovantes réunis autour d'une thématique : la place des influenceurs dans le paysage littéraire.

Les participants de cette table ronde étaient Sabrina Grimaldi, fondatrice de la maison d'auto-édition Publishroom, Nicolas Gary, directeur de la publication du magazine Actualitté, Guillaume Teisseire, cofondateur du réseau social de lecteurs Babelio.com,  et Stéphanie Vecchione, consultante en promotion digitale du livre.

Des sites communautaires jusqu'aux blogs, jamais le discours littéraire amateur n'a été aussi foisonnant. Certains veulent y voir l'alternative à une critique professionnelle de moins en moins écoutée. Les avis d'Amazon et les blogs auraient même déchu les critiques littéraires de leur statut.

Selon Stéphanie Vecchione, "l'acte d'achat d'un livre est la combinaison de liens faibles (les réseaux sociaux) et de liens forts (la famille et les amis)". Plus d'informations sur cette notion de liens faibles/forts dans cet article.

Si nombre de sites, blogs et autres pages sont le fait de passionnés qui souhaitent simplement partager leurs goûts, d'autres sont souvent nés d'une déception face au fonctionnement du milieu littéraire. En témoignent les blogueurs, booktubeurs et autres instagrameurs de plus en plus nombreux à accepter de mettre en avant l'auto-édition et ses auteurs.

La deuxième partie de la journée était consacrée à la parole d'influenceuses littéraires, parmi lesquelles Emma du blog Livres à lire, Emilie de la chaîne Youtube Bulledop, et Aurélie du blog Des livres et moi.

Ces influenceuses littéraires aux milliers d'abonné(e)s sont revenues sur leurs parcours, leurs motivations, leurs façons de travailler mais aussi leur vision du monde de l'édition. Elles se sont également prêtées au jeu des questions pour un moment de rencontre privilégié avec leurs abonnés.

Source : ActuaLitté