Archives de l'auteur : EDP

Votre bibliothèque menace de s'écrouler sous le poids des dizaines d'ouvrages qui la remplissent ? Après un premier article consacré au pilon des livres, intéressons-nous aux différentes solutions existantes pour donner une seconde vie à nos vieux livres.

Photo by Simson Petrol on Unsplash

Faire le tri

Avant de commencer à vider votre bibliothèque, il est évident qu'il faut commencer à faire le tri. Faites des piles de livres auxquels vous tenez plus que tout, ceux que vous relirez plus tard avec plaisir, et ceux qui prennent de la place et la poussière et dont vous savez que vous ne les relirez pas.

Faire un don

Première solution, donner vos livres. Que ce soit à des particuliers, à des associations, à une bibliothèque de quartier (ou de rue) ou une école, il existe une multitude de possibilités. Certains sites comme Bibliothèques sans frontières, GEEV, Recyclivre permettent également le don de livres.

Revendre ses livres

Directement en magasin (comme Gibert Joseph ou Boulinier), par des sites de revente ou des applications (comme bebertweb ou momox), là aussi les solutions sont nombreuses. Certaines petites enseignes acceptent sans souci de reprendre des livres d’occasion pour les revendre ensuite et vous pouvez aussi vous rendre dans les brocantes et vide-greniers.

Recycler ses livres

Comme disait Lavoisier : « Rien ne se perd, tout se transforme ». Que ce soit en bouquet de fleurs, en lustre, en table de chevet, en support pour plantes, en tête de lit, en étagère murale, en porte-manteau ou en cachette secrète, les idées créatives ne manquent pas !

Et vous, que faites-vous de vos vieux livres ?

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C'est un roman d'aventures loufoques qui entraîne son personnage principal dans une épopée rocambolesque sur les mers et océans de notre planète bien malade ; lui-même est pris dans les délires que sa vie décousue lui impose. Il s'est imposé un pari hallucinant à travers son entreprise délicate ; la question qui se pose est : « parviendra-t-il à sa faim de survivre ? »

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Impulsion créatrice tout simplement.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Mon premier NEMEZIDA roman policier.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Obstiné, caustique, libre.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Tout semble vide de vie quand l'âme perd sa flamme (de moi-même).

6. Quel est votre mot préféré ?

Hippopomonstroesquippedaliophobie.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Idée transcrite sur papier puis travaillée sur clavier.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Les survivantsde Piers-Paul Read.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

10. Le mot de la fin ?

Enfin !

AVIS EDITEUR : Burlesque, extravagante et surtout désopilante, l'expédition du fort bien nommé Tanguy est celle de la dernière chance. Réussira-t-il à découvrir son île ? À trouver un bateau ? À ne serait-ce que quitter le cocon familial ? Rien n'est moins sûr...

Rocky A. Harry Rabaraona,  auteur du recueil de poésie Symphonie d'une âme publié aux Éditions du Panthéon, et ancien membre du groupe malgache des années soixante Les Surfs, s'est prêté au jeu du portrait chinois. Découvrez l'interview en vidéo de cet auteur au sourire contagieux.

« Un soir de mai,
Sur le rivage de la mer,
Quand la lumière du phare brillait,
Nous nous tenions la main dans la main.

Un soir de mai,
Les vagues caressaient le rivage,
La brise soufflait doucement ;
Dans l’obscurité, nous avions pleuré.»

Tantôt mélopée tendre et pleine de douceur, tantôt envolée mélodique passionnée et tumultueuse, cette « Symphonie d’une âme » reflète les multiples tonalités composant son auteur. Telle une chanson qui nous va droit au cœur pour y élire domicile, ce recueil de poésie est une ode aux émotions, à la sensibilité d’un esprit qui se laisse toucher par ce qui l’entoure et l’embrasse à plein corps.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Issue d'une famille cartésienne et modeste, ne trouvant ni goût, ni sens, j'ai décidé de m'intéresser à Dieu, à l'esprit qui est en chacun de nous. Par la persévérance journalière j'ai fini par trouver des réponses à mes questions, à améliorer mes façons de penser et à changer les circonstances de ma vie en bien mieux, et ce à tous points de vue.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La Bible, l'homme Jésus, la science, la neuropsychologie, et les NDE.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Conversation avec Dieu de Neale Donald Walsch et la Bible car Dieu y dit : « écrit tout ce que je te dis ».

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Eternel. Vivant. Éveillé.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Rien est impossible à celui qui croit.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Aucun. J'écoute ce que l'esprit me dit d'écrire.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je l'ai déjà écrit. « L'éveil à l'état d’esprit qui change tout ». La question serait plutôt : « quel livre j'aimerais écrire maintenant ».

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

10. Le mot de la fin ?

Bonheur.

AVIS EDITEUR : Passer d'un esprit purement méthodique à une foi vibrante, envers et contre tous : est-ce vraiment possible ? Sans prosélytisme, Bernard Abel entend nous prouver par son propre parcours qu'il est possible de se relever de ses erreurs, d'apprendre de ses échecs et de poursuivre sereinement sa vie.

L'été est une saison propice à la découverte théâtrale, avec comme point d'orgue le Festival d'Avignon qui se déroule du 4 au 23 juillet. L'occasion de découvrir une sélection d'ouvrages au sein de la collection Théâtre des Éditions du Panthéon.

Photo by Vlah Dumitru on Unsplash

1. Lanceurs d’alerte ! de Florence Camoin

« La neurologue – Les « me too » ! Je vous explique : la recherche, ça prend du temps ! Les découvertes miraculeuses, ça ne tombe pas du ciel, comme ça, en un jour ! Alors, en attendant, les labos, qui ont des objectifs précis de rentabilité, font du neuf avec du vieux. Ils prennent la même chose ou presque et la commercialisent en changeant juste le nom sur l’emballage. Dans le jargon pharmaceutique, on appelle ça les « me too » ! « Me too », « Moi aussi » : moi aussi, je suis composé à partir de la même molécule.

La sœur – Vous voulez dire que le laboratoire aurait créé un « me too » pour pouvoir continuer à vendre son poison en toute impunité ? C’est ignoble ! »

Lorsqu’elle apprend la mort de sa sœur, provoquée par un antidépresseur réputé sans danger, une jeune femme attaque le laboratoire qui commercialise ce traitement. Parallèlement, le directeur de la communication du fabricant se démène dans un enchevêtrement politico-juridique teinté de corruption pour faire jour sur les essais cliniques douteux de ce fameux médicament… Intrigue, suspens et humour dans cette pièce socio-burlesque où l’on constate que le progrès scientifique n’a pas que l’amélioration de notre santé pour seul objectif…

Avis éditeur : Que sommes-nous face aux énormes enjeux économiques de l’industrie pharmaceutique ? Dans cette pièce socio-burlesque où se mêlent intrigue, suspense et humour, Florence Camoin montre que le progrès scientifique n’a pas que l’amélioration de notre santé pour seul objectif…

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

2. Nuits d'Automne de Sirine Achkar

« C’est toi le passé.
Toi et ma terre.
Enracinement.
Toi et ton corps assommé par un excès de désir.
Assoiffé.»

Volontairement internée dans un hôpital psychiatrique, une femme s’égare aux confins de la folie. Obsédant, le visage de l’amant perdu martèle son esprit. En écho, lui répondent les réminiscences de l’enfance lointaine et rassurante. Voyage intérieur au rythme d’un cœur brisé, « Nuits d’Automne » est le chant lancinant de l’exil, celui de l’arrachement à la terre et à l’aimé.

Avis éditeur : En questionnant le lien entre sentiment amoureux et racines terrestres, Sirine Achkar nous offre un texte puissant autour du thème de l’exil. Une écriture empreinte d’émotion.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

Plus d'informations sur le spectacle

3. Le Cid des Martigues d'Antoine Stamatakis

« Elvire – Rodrigue… D’où viens-tu ?… Qu’as-tu fait, misérable ?
Rodrigue – Suivre le triste cours de mon sort déplorable.
Elvire – Mais boudi ! Quelle audace ! Cette maison en deuil Ne supportera pas que franchisse son seuil
Celui qui apporta, et de sa propre main
Le malheur en ses murs… Aujourd’hui, ni demain,
Et crois-moi, ni jamais, tu n’y dois revenir. »

Avez-vous déjà imaginé transposer les grands classiques de la littérature théâtrale dans notre monde contemporain ? Antoine Stamatakis a relevé le défi en ranimant les dilemmes cornéliens du Cid dans la bouche fleurie et chantante de boulistes passionnés. Le monde de la pétanque provençal et celui de la tragédie classique s’entremêlent dans une adaptation détonante et pour le moins originale.

Avis éditeur : Une adaptation désopilante du classique de Corneille transposé dans le midi de la France, où la bouche fleurie et chantante de boulistes passionnés ranime les dilemmes cornéliens. Original et ensoleillé !

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

4. La chute de l’île de la décadanse de Franck Steinmetz

« Qui c’est le plus grand ? Qui c’est le plus fort ? Qui c’est le plus beau ? Je suis le champion du karcher, le campeon du lance-flammes, avec moi, pas de flammèche, c’est tout de suite l’incendie du siècle, je suis l’Attila des Las Mégalomanias, je suis le Mégalomane en Chef, le Führer du samedi soir, le Duce de tous les matins du monde, le Despote de ces dames, en un mot comme en deux, je suis, je suis (il s’adresse au public), je suis le « Tout-Puissant ». (Puis avec bravade, face au public) Qui veut m’arrêter, hein, qui veut m’arrêter ? »

Sur une petite île de l’océan Indien, le pouvoir du Président/Roi est absolu. Seules résistent encore la Résidente du Parlement, la Sinistre des Pitances et une journaliste. Les îles voisines se montrent menaçantes. La presse est corrompue ou muselée. La haine de l’autre ne fait qu’augmenter, les tensions montent et le peuple est au bord de l’implosion. L’archipel de Las Megalomanias n’a jamais été aussi proche de l’apocalypse.

Avis éditeur : Une pièce au cœur du théâtre de l’absurde, dans laquelle le fond de la nature humaine est mis en exergue. Des répliques cinglantes sur un univers despotique où les rôles de victime et de bourreau se confondent.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

5. AiMe comme… Marquise de Philippe Froget

« Monsieur, je connais la hauteur de votre état,
Et ne mésestime ni vos lois, ni vos droits.
Mais, le voyez-vous, dans quelques instants, je joue ;
Et pour devenir Andromaque, je l’avoue,
J’ai plus nécessité d’un silence complice
Que du lieutenant général de la police. »

Voici l’histoire de Thérèse de Gorla, dite Marquise ou Mademoiselle du Parc, fille d’un bateleur italien fixé à Lyon, devenue célèbre comédienne française. De son rôle d’Elvire dans « Dom Juan » à celui d’Arsinoé dans « Le Misanthrope », sa beauté et son port de reine lui vaudront de séduire les grands dramaturges de l’époque classique, Molière puis Corneille, sans oublier Racine qui lui écrira « Andromaque » en 1667. Le destin fabuleux de cette jeune femme s’écourtera mystérieusement au lendemain de ses trente-cinq ans, après une incroyable ascension.

Histoire de France, confessions, amours et scandales sont les ingrédients finement travaillés de cette nouvelle création. Une mise en scène dévoilant un tableau historique essentiel et révélant une énigme ahurissante de cette même période : Corneille aurait-il écrit les pièces les plus célèbres attribuées à Molière ? Une hypothèse qui déchaîne encore les passions et nous offre un spectacle authentique !

Avis éditeur : Empreinte d’histoire, de suspense et de références pertinentes, l'intrigue nous transporte dès les premières pages. Philippe Froget signe là une pièce d’une grande finesse.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

Découvrez également le spectacle AiMe comme... Marquise, au Théâtre Espace Roseau Teinturier en Avignon du 5 au 28 juillet à 10h.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Les poèmes et les réflexions de l'ouvrage Eléments-Terre ouvrent, selon moi, sur une sorte de « parler vrai » (-disons le plus objectif possible-), sur une mise à nu de notre situation isolée de terriens, en quête de sens -plutôt insaisissable-... Ils livrent un regard lucide, direct, courageux sur des aspects fondamentaux, basiques, élémentaires de notre condition existentielle. Cet « Aller Simple », à la fois surchargé d'empathie mais sans complaisance pour ce voyage unique, traverse -avec recul- notre théâtre social pétri de stéréotypes, d'artifices, de gadgets, d'illusions fantomatiques, d'aveuglements qui tapissent notre confort quotidien. Cet « Aller Simple » n'oublie jamais à quel point il est cerné, noyé dans l'immensité mystérieuse de l'univers. Il est illustré çà et là symboliquement par Houssa Kyu à l'aide de racines de végétaux et de danseurs en action. L'écriture se veut sobre, épurée, « légère et court vêtue », à la fois imagée et condensée, riche d'émotions, de résonances profondes pour l'esprit, pour le cœur.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Le préambule en laisse entendre quelques-unes, elles partent toutes d'une multitude d'observations, d'expériences personnelles venues du vécu de ce champ du réel, depuis l'enfance, très solitaire...Il ne faut pas oublier pour autant le tempérament naturel aux préoccupations bien ciblées, la formation acquise en héritage, mais aussi l'entourage social, les auteurs, les penseurs -phares…

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je ne sais pas ! Chaque lecture choisie ou conseillée nous impressionne, nous marque plus ou moins, et chacune diffère tellement des autres… La trace laissée est très variable. Mais d'abord, J'écris en cherchant le vide en moi au maximum, pour aller au fond, trouver ce que je crois... Bien évidemment, un support consistant, dont je reste plus ou moins conscient, me porte...

Pour vous faire plaisir je citerai Le Paysan de Paris du poète L. Aragon, vivant à cette période un peu à la dérive, en marge de l'air du temps...(?)

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Non-violence, Universalisation, (sur le) qui-vive. (?). (Cela reste très, trop succinct !) ...

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Je cherche l'homme ! » (Diogène, une bougie à la main dans les rues d'Athènes, à midi…).

Citation encore et toujours primordiale, aujourd'hui et partout !

6. Quel est votre mot préféré ?

Paix.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Quelques indications sont évoquées dans le préambule. Cela est venu de façon discontinue dans l'espace et le temps élastiques, par périodes, selon les états d'âme, les circonstances, sans plan préétabli, souvent à partir d'une inspiration-éclair, au hasard du temps qui passe, qu'il fait...L'organisation d'ensemble, ici, est décidée à la fin.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Il en est tant et tant, (en aurais-je été capable ? Souvent, non, sans aucun doute.), sans compter les innombrables ouvrages que je n'ai pas ouverts, que j'ai tendance à oublier, que j'ignore… Si vous en voulez un : La Peste d'A. Camus reste pour moi une référence solide pour son symbolisme universel, pour son sens critique large, pour la voie humaniste qu'il trace entre autres centres d'intérêt…

9. Stylo ou clavier ?

Spontanément le travail à la main, seul le texte compte dans ces moments, sans diversion ni intermédiaire, (les ratures font aller de l'avant), le clavier est réservé pour l'organisation définitive, la finition.

10. Le mot de la fin ?

« C'est ainsi ...Mais quelle chance ! »

Avis de l'éditeur

Transcrits par les mots et les dessins, les "Danseurs" nous représentent, nous les humains, avec nos attitudes diverses, nos désirs de sens... sous une même bannière : celle de la terre.

C'est l'été ! L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon afin de vous proposer de belles découvertes littéraires pendant vos vacances.

Photo by Dan Dumitriu on Unsplash

1. Forte toujours de Bettina Kerstens-Mesclon

« En ouvrant les yeux, je vois la photo.
Pourquoi donc cet homme si sauvage a-t-il pris le temps de m’envoyer ce cliché avec cette légende en plus et si rapidement après son départ ? Je me lève, pas envie de réfléchir à une réponse. Je dois filer à ma réunion à la fac. Rester dans le concret, oui, c’est bien ainsi. »

D’une plume virevoltante, l’auteure nous entraîne dans le tourbillon de la vie d’Anya. Rencontres, valse de l’amour, la jeune femme s’interroge, expérimente et prend un nouvel élan. Sa générosité et son optimisme à toute épreuve illuminent ce roman joyeux.

Avis éditeur : Un roman particulièrement joyeux où Bettina Kerstens-Mesclon nous invite à suivre les aventures amoureuses de son héroïne Anya. Une vraie source de fraîcheur et d’optimisme.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

2. Un voyage pour quatre nouvelles vies de Romane Evena

« Karol rêve d’un ailleurs, toujours penchée au-dessus de ce muret, les yeux grands ouverts pour ne rien rater de ce moment unique, elle est sur le point de prendre une grande décision.»

Karol décide un jour de prendre son envol, au sens littéral du terme. Après le décès brutal de son père, elle entreprend un périple et consigne ses impressions de voyage dans ses carnets. Chaque pays visité est l’occasion d’une rencontre, de celles qui bouleversent votre vie.

Avis éditeur : À la fois roman d’aventures et récit initiatique, cet ouvrage de Romane Evena nous fait voyager à travers le monde. Un périple à l’origine de rencontres bouleversantes.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

3. La belle prisonnière de Jean Edner Sainteus

« Le pays a besoin de tous ses enfants, riches, pauvres, blancs, noirs. C’est ensemble que le développement est possible. »

Jude a laissé derrière lui son enfance difficile et son quartier défavorisé. Mais quand le malheur le rattrape, il est contraint de retourner dans le passé. Face à la misère, il se sent dans l’obligation de prendre les choses en main. Mais il lui faudra faire un choix entre une vie amoureuse épanouie, en sécurité, et l’aide qu’il peut apporter à son prochain. Que va-t-il décider ?

Avis éditeur : Roman teinté des racines haïtiennes de l’auteur, « La belle prisonnière » est une histoire touchante dans laquelle le personnage principal, Jude, est confronté à un choix cornélien : vivre sa vie amoureuse en sécurité, ou bien aider ceux qui sont dans le besoin.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

4. Comme un sac de voyage de Dorota Pasieczna

« Leur hôtel jouxtait une église chancelante sur ses fondations.
Le musée régional n’étant pas énorme, une virée à Huacachina représentait the main course de l’étape ! Ils continuaient à grimper sur l’épine dorsale du dinosaure poudreux. L’insolation intense des surfaces mouvantes ayant agressé leurs plantes sensibles, leurs chaussettes en avaient gros sur la patate… »

Estelle est journaliste. Dépêchée au Pérou, elle cherche à retranscrire ses impressions sur ce pays qui la fascine par sa diversité géographique et culturelle, l’ancien empire Inca toujours au coin des rues liméniennes… Expatriée, elle réfléchit à son parcours et ses rencontres, d’un soir ou plus, et met en perspective sa propre existence dans un roman éloquent et foisonnant de références.

Avis éditeur : Sous la forme d’un récit de voyage, Dorota Pasieczna, d’origine polonaise, nous invite à découvrir ses impressions sur le Pérou d’une plume sensible et pleine de verve.

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

5. Un amour de voisin de Justine Beau

« Ma vie se résume à faire des pâtes pour le reste de mes jours, avec mon chat… J’ai vingt ans, pas de petit ami – qui s’approcherait d’une fille avec les cheveux qui se tirent dans tous les sens ? Même si je les attache et mets une tonne de laque, ça ne tient jamais  ; mes cheveux complotent contre moi, ce n’est pas possible…»

Alice organise des mariages. Orchestrant le bonheur des autres, elle cherche encore celui qui pourra faire le sien jusqu’au jour où, gaffeuse invétérée, elle chute dans les escaliers de son immeuble… Et tombe nez à nez avec Edward, son nouveau voisin. L’histoire d’une rencontre, ponctuée par les apparitions facétieuses d’amis aussi attachants qu’envahissants. Un récit tendre, naïf et plein d’humour.

Avis éditeur : Un récit tendre et plein d’humour au rythme endiablé, où l’on suit les aventures d’Alice, organisatrice de mariages et gaffeuse invétérée. Drôlissime !

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

6. Le rêve d’Honoré d'Adriana Valenti Sabouret

« Par ailleurs, cette île renfermait, comme dans un secret écrin, des légendes passionnées douces et amères, à l’image du peuple sarde. »

En 1838, croulant sous les dettes et souhaitant gagner de l’argent rapidement pour pouvoir rejoindre sa bien-aimée, Honoré de Balzac s’embarque pour la Sardaigne. Parti pour y faire des affaires, il tombe finalement sous le charme de cette île sauvage et mystérieuse. Mise en perspective historique, sous forme romanesque, du périple italien de Balzac, « Le rêve d’Honoré » est autant un hommage à l’écrivain qu’un cri d’amour à destination de la Sardaigne.

Avis éditeur : Partez à la découverte de l’île sauvage et mystérieuse qu’est la Sardaigne, à travers une fresque historique, romanesque, du périple italien d’Honoré de Balzac. Un ouvrage passionnant !

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre parle du drame qui a bouleversé ma vie à jamais ce mardi 22 Juillet 2014. La perte de mon enfant Kylian 12 ans et demi et de mon neveu Jordan 14 ans et demi dans cet accident de bus. Lors d'une sortie avec des jeunes, organisé par le service jeunesse de ma ville.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Faire vivre à ma façon Kylian et Jordan. Partager mon histoire. Laisser une empreinte de leur passage parmi nous.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Aucun. J'ai voulu écrire sur papier mon histoire. Cela a été pour moi une bonne thérapie sans penser que j'en ferais un livre.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Maman / souffrance / Deuil.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Je ne vois pas pourquoi je ferais un travail de deuil. On ne se console pas de la perte d'un enfant. (Cette citation vient de moi).

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n'ai pas spécialement de rituel d'écriture.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Un livre sur l'amour réciproque et fusionnel que j'ai eu avec mon enfant, mon rayon de soleil durant sa courte vie.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux, stylo et clavier.

10. Le mot de la fin ?

Kylian mon rayon de soleil tu me manques tellement ! Tout là-haut tu t'es envolé avec ton cousin Jordan qui me manque aussi terriblement. Quelle souffrance votre absence...

Avis de l'éditeur

Il n'y a pas de date pour cesser de pleurer son enfant. À travers ce témoignage pudique et poignant, Marie-Noël Michalon prend la plume pour revenir sur ce drame qui a marqué la France. Avec un courage désarmant, elle s'interroge sur le deuil, la douleur, la culpabilité. Pour elle, pour eux, pour chacun d’entre nous : comment survivre ?

Après quelques astuces consacrées au choix du titre et à la couverture d'un livre, intéressons-nous à un aspect important de la quatrième de couverture d'un ouvrage, la présence de la photo de l'auteur, et les écueils à éviter.

Photo by Alexander Dummer on Unsplash

Mettre (ou pas) une photo de l'auteur

C'est un grand classique pour les livres, au dos de l'ouvrage, ce qu'on appelle la quatrième de couverture, figurent généralement un texte qui résume l'ouvrage, et une photo de l'auteur. Cette photo a un objectif très simple : permettre au lecteur de mettre un visage sur le nom de l'auteur et de personnifier l'objet littéraire. Naturellement ce choix est tout à fait personnel, de nombreux auteurs choisissent de ne pas en mettre.

Les écueils à éviter

Certains types de photos sont à proscrire à tout prix :

  • le scan d'une vieille photo prise il y a des années
  • les photos de vacances ou avec des amis
  • la photo hors-sujet
  • les postures trop forcées
  • un arrière-plan saugrenu

Quelques conseils à suivre

Tâchez de rester naturel autant que possible, votre univers littéraire est intimement lié à l'image que vous devez donner à ceux qui vous lisent. Votre pose, mais également l’expression de votre visage doivent rester crédibles. Prenez votre photo en lumière naturelle, plutôt à la lumière du matin. Privilégiez les portraits en noir et blanc, avec un profil partiel plutôt que la tête droite. Enfin, pour une touche d'originalité, n'hésitez pas à mettre vos mains en scène.

Contactez un professionnel

De la même façon que pour la couverture du livre, faire appel à un professionnel est fortement recommandé s'agissant de la photo de l'auteur. Il est important d'avoir une vision extérieure, surtout quand on se met soi-même en scène, sans compter que le résultat sera plus sobre et de meilleure qualité.

Sources : Du film et du papier, Tiffany Oliver, BibliObs

Jean-Pierre Ricard, ancien directeur de prison et auteur de Traversières de hasard, était l'invité du journal de la mi-journée de France Info hier dans le cadre de la prise d'otages à la prison de Condé-sur-Sarthe.  L'occasion de faire un focus sur son ouvrage publié aux Éditions du Panthéon.

« Cet ouvrage, aboutissement d’une perpétuité consacrée à l’Administration pénitentiaire (AP), résulte d’une longue négociation avec moi-même. Instruit du chemin parcouru, j’ouvre ici une discussion avec mes souvenirs. Guidé par une conviction, celle d’œuvrer utilement en passeur de mémoire. »

À la croisée de tous les échecs sociaux se trouve la prison dont l’auteur nous dévoile des facettes méconnues. Sans aucune prédestination à ce milieu insolite, il est d’abord surveillant en mai 1968, puis dirige plusieurs établissements. Durant plus de quarante ans, il côtoie l’humanité carcérale et les déviances de tous ordres, et témoigne de la fragilité des frontières entre la marginalité et le supposé normal. Son jugement est sans appel : le système pénitentiaire en constante évolution, souvent remis en cause, est le réceptacle exacerbé des dérives sociétales. Une réponse controversée au besoin de justice et de réparation.

<< Commandez l'ouvrage >>

Retrouvez l'intervention de Jean-Pierre Ricard dans le journal de la mi-journée de France Info du 12 juin 2019.

Jean-Pierre Ricard sera également présent le samedi 15 juin 2019 de 11h à 13h à l'Association Française de Criminologie de Montpellier pour un débat sur le thème "Un demi-siècle de Politique Pénitentiaire". Venez nombreux le rencontrer !