Archives de l'auteur : EDP

C'est l'heure de la reprise pour les Éditions du Panthéon. Nous espérons que vos vacances se sont bien passées et que vous débordez d'énergie pour partir vers de nouvelles découvertes littéraires. Prochainement, vous pourrez découvrir les ouvrages suivants :

1. Tsadé de Martine Ray

« 7 novembre 2012. 7 heures. Après une énième nuit sans sommeil, Ema prépare le petit déjeuner pour toute la famille. En ce matin, elle se dit que tout va bien, qu’elle a un mari aimant, directeur financier dans une entreprise stable, que sa fille de 18 ans évolue sans soucis majeurs et qu’elle vit dans un appartement confortable dans une jolie banlieue. Vraiment : TOUT VA BIEN. Comme un mantra, dans sa cuisine, Ema se répète, en boucle, que tout va bien… »

Cadre dans un grand groupe bancaire, Ema est une femme qui se veut accomplie. Elle vit avec Pierre, son mari aimant, et Angèle, sa jeune fille de dix-huit ans. Pourtant, Ema n’a de cesse de s’interroger. Une façon pour elle de se rassurer ? De Paris à Amman, son voyage se fera dans le mouvement et la quête de son épanouissement total. Car après tout, c’est peut-être la recherche la plus importante des individus du XXIe siècle…

Tsadé, dix-huitième lettre hébraïque, signifie hameçon. C’est également le symbole de la moralité, de la justice, de l’énergie. C’est ce travail de réflexion sur soi qui amène la tolérance, l’envie d’être réel avec autrui et d’éloigner les jugements. Chacun d’entre nous peut être Ema, Pierre ou Angèle. Mais qui arrive réellement à être soi ?

Avis éditeur : L’histoire d’Ema peut donner à chacun le moyen de se reconnaître en elle et de porter un regard différent sur soi et sa relation à l’autre. Un roman qui donnera à tous l’envie de vivre dans l’amour afin d’accéder à la pleine réalisation de soi.

<<Précommandez le livre>>

2. Le Nœud de Carrick de Claude Popis

Mon propos n’est pas d’écrire mes mémoires, encore moins de publier mon journal intime, il n’existe pas. (…) Non, mon idée est de raconter une époque à travers tout ce que j’ai vu, entendu et vécu en quatre-vingts ans. J’en déduirai quelques constats.

La seconde guerre mondiale, les drames de l’Occupation, les troubles de la Libération, tel est le vécu de Claude Popis durant son enfance. Après une formation d’ingénieur à l’ESTP, sa carrière professionnelle se déroule dans une grande entreprise française du BTP.

Il participe ainsi à tous les événements majeurs de son époque : la guerre d’Algérie, l’euphorie des Trente Glorieuses, le mouvement de Mai 68, les conséquences du choc pétrolier mais aussi l’évolution chaotique de notre démocratie.

Parvenu à l’âge de la réflexion, il dresse un bilan lucide mais sans concession ni désenchantement et délivre un message d’espoir pour les générations futures.

Avis éditeur : Cet ouvrage dresse un bilan lucide mais sans concession de tous les événements majeurs de la deuxième moitié du XXème siècle. Il délivre également un message d’espoir pour les générations futures. Passionnant !

<<Précommandez le livre>>

3. Carmen Flamenco de Louise Doutreligne

Dans sa prison, Don José dort écroulé, tandis que parallèlement, un homme andalou entame une saeta de la mort… La mort : inexorable destin de tout homme ou femme…

Dans cette libre adaptation des œuvres de Mérimée et Bizet, Don José n’est plus le ténor sensible, délicat, terrassé par l’Andalouse. C’est un homme au caractère farouche, violent. Emprise et possession éclatent ; sublimés par le chant en espagnol, le cante, le Flamenco et ses fulgurances.
Livret bilingue, en espagnol et en français, ce texte résonne du chant du désir, des vocalises d’une femme insoumise et des cris de l’homme qui va mourir.

Avis éditeur : L'originalité de cet ouvrage bilingue, en espagnol et en français, permet de découvrir l'univers de Carmen sous un jour nouveau. Don José n’est plus le ténor sensible, délicat, terrassé par l’Andalouse mais un homme au caractère farouche, violent. Réjouissant !

<<Précommandez le livre>>

 

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon recueil « Á la volée…Une éternité » est un recueil de trente-huit poèmes évoquant des termes variés mais essentiellement le temps, l’espérance, l’enfance. L’idée maîtresse de ce recueil est basée sur le temps qui passe, l’éphémère de la vie mais aussi certains moments de la vie qui peuvent être en réalité perçus comme une éternité : des moments gravés en nous pour l’éternité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations résident dans mon quotidien, dans mes expériences personnelles et celles des autres.  Le voyage est également une importante source d’inspiration pour moi. Je suis très  sensible aux droits humains tels que le droit à l’éducation, à l’intégrité physique. Mes poèmes titrés «  Les insoumises » dénonce l’excision et « Tonyé Via Dzi » le droit à l’éducation de tous les enfants.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Plusieurs livres m’ont donné envie d’écrire. Néanmoins, j’ai été très influencée par Baudelaire, Verlaine et Rimbaud.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Je dirais rigueur, humour (auto dérision) et fantaisie !

5. Quelle est votre citation favorite ?

Ma citation favorite est celle – ci de Réné Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque : à te regarder, ils s’habitueront ».

6. Quel est votre mot préféré ?

Volonté.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’écris très tard dans la soirée ou très tôt le matin. En général avec un petit fonds sonore notamment du jazz et un petit verre de vin à côté.

J’aime aussi écrire quand je suis en déplacement : dans l’avion, dans le train et en voiture lorsque ce n’est pas moi qui conduis.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je sais que c’est très ambitieux mais j’aurais aimé écrire : « Comme un chant d’espérance » de Jean d’Ormesson.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier (celui du téléphone, de l’ordinateur, de la tablette) ; l’essentiel c’est d’avoir un clavier. J’écris très rapidement au stylo. Il peut juste m’arriver de prendre quelques notes d’inspiration.

10. Le mot de la fin ?

Merci aux Éditions du Panthéon de me donner l’opportunité de toucher les lecteurs dans le cadre de cette rubrique Rencontre Avec. Je remercie aussi les lecteurs qui me soutiennent et ceux voudront bien me découvrir.

 

Auteur de trois ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon (bientôt quatre), Philippe Pauthonier est un auteur récompensé par plusieurs prix de poésie, notamment le prix de poésie TERPSICHORE, le prix du concours organisé par le musée Eugène Delacroix à Paris et le prix du concours organisé par le Pôle Territorial des Hautes Terres D'OC. L'occasion de vous faire (re)-découvrir ses ouvrages.

1. Écriture vagabonde

 

« La Terre est ronde !
Pour fuir la misère du monde
Je suis parti, tout droit devant moi.
J’avais oublié que la Terre est ronde,
Je me suis retrouvé au même endroit ! »

D’une page à l’autre, au fil du temps, de ses coups de cœur à ses colères, errante, la plume de Philippe Pauthonier se laisse porter par le tourbillon de la vie et de ses émotions. Ambulante, impulsive, elle est le filtre de ses peines, le témoin de ses passions, de ses valeurs et le porte-parole de ses réflexions. À la façon d’un journal intime fait de rimes et de jeux de mots, ce recueil articule des poèmes d’autodérision, des déclarations pleines de tendresse et des raisonnements face à l’actualité. Sans aucune contrainte de style ou de règles, l’auteur se livre au seul plaisir d’écrire, porté par sa liberté de ton et de mot.

Avis éditeur : Philippe Pauthonier s'adonne à l'écriture comme d'autres s'adonnent à la musique. En faisant chanter ses émotions, il s'interroge sur notre monde et s'émerveille sur sa beauté, sa richesse, sa misère et sa diversité. Sensible, il part en quête d'un monde meilleur avec moins de clivages.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

2. Au fil des jours…

 

Le cafetier s’affaire derrière son comptoir,
Quelques consommateurs, ivrognes d’un soir,
Échangent des propos bien péremptoires,
Accoudés au bar, leur sinistre abreuvoir.
Ils refont le monde d’une façon improvisée,
Au fil des tournées sans jamais s’en lasser ;
Ont la solution à tous les maux de la terre,
Incapables de voir leur propre misère…

Emporté par ses émotions, Philippe Pauthonier reprend sa plume impulsive et déverse la pureté de ses passions et réflexions. À la façon d’un journal intime, ce recueil, très éclectique, articule des poèmes d’autodérision, des interrogations ontologiques ou encore des raisonnements face à l’actualité.

Avec la même singularité passionnante que révélait son premier ouvrage, ce second recueil est à l’image d’un arc-en-ciel, fruit du soleil et de la pluie, et propose une large palette de couleurs. Sans aucune contrainte de style ou de règles, l’auteur se livre au seul plaisir d’écrire, porté par sa liberté de ton et son désir de partager ses sensations.

Avis éditeur : Philippe Pauthonier poursuit le chant de ses émotions avec justesse. En s’interrogeant sur notre monde, il révèle son sujet de prédilection : l’amour, et déverse toute la richesse et la beauté du plus grand thème de la vie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

3. Mes voyages poétiques

Mes sentiments sont comme un arc-en-ciel,
Aux multiples nuances et couleurs.
Sur ma vie, il pleut et fait soleil
Au fil des événements et de mes humeurs.

Du bout de sa plume à la fois sincère et facétieuse, Philippe Pauthonier n’hésite pas à marier les contraires, à jouer avec les codes classiques pour l’amour d’une rime nouvelle. Les yeux du poète se posent avec passion ou désespoir, avec tendresse ou dérision, sur un monde riche de merveilles comme de noirceur. Dans ce troisième recueil, il nous guide avec une poignante douceur sur les chemins de sa poésie émotionnelle et profondément humaine.

Avis éditeur : L’humanité est au cœur de ce troisième recueil de Philippe Pauthonier. Exploré dans ses différents aspects, magnifiques ou épouvantables, l’humain révèle à travers ces textes toute l’étendue de sa singularité.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

 

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Il s'agit d'une fiction humoristique. Le héros, après avoir fait le pari fou de pénétrer dans l'Elysée et d'y passer la nuit, parvient à se cacher dans les caves du palais, échappant ainsi aux fouilles minutieuses des services de sécurité. C'est dans un réduit qui lui sert de planque qu'il tombe sur un coffre qu'il a le malheur d'ouvrir et qui va le transporter loin en arrière dans le temps. Il a alors bien du mal à comprendre, et à accepter, qu'il n'est ni plus ni moins tombé sur les lieux de l'état-major de Napoléon 1er , en pleine bataille d'Austerlitz. Il réussit à s'échapper et remettant la main sur le coffre, à ce seul détail près que, en posant les pieds sur une île quelque part dans le pacifique, lieu de sa seconde étape, il réalise que l'empereur s'était accroché à lui au moment où il l'ouvrait et que désormais il allait devoir composer avec lui. Voyage dans le temps aux atours rocambolesques, ce roman est une suite de péripéties invraisemblables au cours desquelles deux personnages que tout oppose vont devoir vivre une cohabitation parfois compliquée mais souvent hilarante.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Sans doute les voyages et l'Histoire. Ce roman est un mélange des deux.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"LE VIEUX QUI NE VOULAIT PAS FÊTER SON ANNIVERSAIRE" de Jonas Jonasson.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Humain, apaisé , joyeux .

5. Quelle est votre citation favorite ?

"On n'est jamais puni pour avoir fait mourir de rire." Proverbe chinois.

6. Quel est votre mot préféré ?

Bonheur.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Aucun. C'est selon le moment, l'envie, le besoin de créer.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

"Le guide des égarés" de Jean D'ormesson.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

S'aimer soi-même pour mieux aimer et aider les autres. Prendre conscience de la beauté de ce qui nous entourent et fuir les esprits chagrins et malsains. Aimer la vie et chasser les peurs qui nous empêchent d'avancer. Croire en soi.

 

AVIS ÉDITEUR : 

De César à Hitler, ce roman retrace les situations ubuesques d’un héros dépassé par les événements. Un vrai divertissement.

L'été est une saison propice à la découverte théâtrale, avec comme point d'orgue le Festival d'Avignon qui se déroule en ce moment jusqu'au 24 juillet. L'occasion de (re)découvrir une sélection d'ouvrages au sein du catalogue des Éditions du Panthéon.

1. Sans concession de Christophe Agogué

« Il n’empêche, l’affaire a pris une telle ampleur, la petite amie de l’agresseur a été la nounou d’un des neveux d’un terroriste rentré de Syrie, elle est elle- même musulmane et… »

À l’issue d’une réunion des principaux journalistes de la chaîne de télévision franco-quatari « Bien Chez Vous », l’équipe apprend l’arrestation d’un de leurs collaborateurs, accusé d’apologie du terrorisme après que son enfant eut refusé de respecter la minute de silence lors de la récréation. La situation est bien évidemment irréaliste… Mais l’est-elle vraiment ?
Dans cette nouvelle théâtrale, Christophe Agogué poursuit sa réflexion sur la société démocratique de normalité. Drôle et cynique, il invoque l’absurde pour caricaturer les médias et les libertés publiques. Avec humour et humeur, il dénonce notre monde fragilisé par ses certitudes morales et par la peur de la différence. Sans concession, la férocité de son propos n’a d’égal que sa finesse.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754734257/#pct0

2. Foutue guerre de Philippe Froget

« La salle d’attente est sidérante : les uns n’ont plus qu’une jambe, les autres n’ont plus qu’un bras, d’autres encore ont perdu un œil, ou une partie de leur visage, mais tous partagent le même souhait : repartir sur le front et en découdre avec l’ennemi. »

En mai 1916, à Verdun, le commandant Sylvain Raynal a écrit, avec quelques valeureux poilus, l’une des pages les plus héroïques de la guerre, au moment où l’armée française était malmenée.
Sous forme de pièce de théâtre, cet ouvrage raconte comment une poignée d’hommes épris de patriotisme a pu faire douter pendant quelques jours la grande armée allemande, en pleine première guerre mondiale.

L’auteur a toujours été fasciné par la Guerre de 14-18, ainsi que par les carnets de guerre légués par son grand-père, le caporal Froget. Lorsqu’il découvre le récit écrit par le commandant Raynal, il choisit de s’inspirer librement du parcours des deux hommes et de lier leurs destins dans une résistance inouïe. Foutue guerre est un hommage à de grands hommes et un remède contre l’oubli.

3. Antigone ou l’Aspie nouvelle de Klara Milo

« Créon
Que tes idées sont noires, ma nièce !

Antigone
Non. Mes idées ne sont ni noires, ni roses, ni jaunes, ni bleues, ni d’aucune couleur. Je ne te comprendrai jamais. C’est tout. »

Dans cette tragédie du XXIe siècle, Antigone, de nouveau la fille d’Œdipe, est une jeune femme entêtée qui veut offrir une sépulture de fortune à son défunt frère. Mais elle est surtout une autiste d’Asperger – une Aspie – avec sa sensibilité exacerbée, son autoritarisme individuel et son carcan de pensées exclusives. Farouche, elle tient tête à son oncle Créon, un roi aussi intransigeant que tyrannique, qui a décrété que quiconque enterrerait l’ennemi du royaume, Polynice, devrait mourir. À la rigidité d’une Aspie caractérielle s’oppose le pouvoir d’un despote autoritaire : qui remportera l’ultime confrontation ?

À une époque où le syndrome d’Asperger touche de plus en plus d’enfants dans le monde, Klara Milo imagine une relecture d’Antigone pour sensibiliser le grand public à cette forme d’autisme. Désireuse de rassurer les parents, à qui elle démontre que la situation est loin d’être ingérable, elle s’adresse également au grand public.

Avis éditeur : Par le biais du mythe, intrinsèquement universel et contemporain, Klara Milo donne une lumière nouvelle à ce syndrome d'Asperger encore trop méconnu. En revisitant habilement l'histoire d'Antigone, elle le rend accessible au grand public : à lire, assurément.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Faux-semblants. Tous menteurs… sauf moi ! de Gérard Baudon

« D’accord. Je reconnais bien volontiers que je mens à tout le monde tout le temps, mais je me mens tout autant à moi-même. J’essaie d’oublier le passé, de l’effacer à tout jamais. Hélas, il me rattrape sans cesse. Et voilà pourquoi, sous des dehors joyeux et décontractés, je suis un homme perpétuellement anxieux.
Surtout, je t’en prie, ne le répète à personne. De toute façon, mon personnage est si bien campé que personne ne te croirait. »

Cathy quitte Paris pour présenter Omar, son fiancé, à ses parents divorcés de longue date. En apparence authentiques, ces derniers cachent de nombreux secrets, à l’instar de tout leur entourage. Terreau de notre société, ciment de l’amitié et parfois même liant de notre couple : tout le monde ment ! Il semblerait que Cathy soit la seule personne sincère de tous… Mais est-ce bien une qualité ?

Alfred de Musset le disait dès 1834 : « Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ».

Avis éditeur : avec ce vaudeville lyrique, Gérard Baudon répond brillamment à tous les codes du genre : tromperies, jeux de dupes, galéjades et touche d’absurde sont tous au rendez-vous, non sans humour !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736794/#pct0

5. RTT de Lionel Jacomet

« Daniel : Pourquoi diable avoir créé deux sexes avec l’idée que l’amour les réunirait ? On voit le résultat au quotidien.
Bienheureux les hermaphrodites… les escargots… eux… ne sont pas tristes.
Hélène : Tu sais Daniel, les escargots… il leur arrive d’en baver… »

Hélène et Daniel sont en couple depuis trois ans. Si elle l’aime sans conditions, lui la trompe sans vergogne. Lorsqu’il pose à sa demande une RTT pour profiter de quelques jours à ses côtés, la situation dégénère rapidement : quatre actes parfois suffisent !

La vie de couple est hélas un exercice difficile, surtout en fin de semaine. Cinglantes, parfois tranchantes mais toujours de bon ton, les réparties du duo se muent en un match de tennis aussi sportif que vengeur. Après tout, Voltaire nous avait prévenus : tous les raisonnements des hommes ne valent pas un sentiment d’une femme…

Avis éditeur : passionné par la comédie, Lionel Jacomet nous dévoile une nouvelle théâtrale piquante et réjouissante, rythmée par les ripostes et les traits d’humour empruntés au vaudeville. Avec RTT, l'auteur rend hommage au Théâtre de Boulevard, pour lequel il a une tendresse toute particulière.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736794/#pct0

6. Le jugement éphémère, ou les aveux de Monsieur Keyneh de Mohammad Reza Amiri

SELVA
Tu es fou et ambitieux.

KEYNEH
Je ne suis pas fou… Peut-être que nous avions tort d’être dans tous nos états, peut-être que durant tout ce temps, nous nous sommes concentrés sur nos défauts… Mon erreur a été de t’emmener un jour chez Haha pour réaliser ton portrait… pour te l’offrir comme cadeau d’anniversaire… Ce cadeau voulait dire que « je t’aime ». Comprends-tu ?

Cette pièce représente le florilège de quantité d’œuvres littéraires. Abel Sánchez. Une histoire de passion, la Genèse, sont autant de références précieusement utilisées pour nous entraîner dans une étonnante réinterprétation de l’histoire de l’humanité à nos jours.

Le théâtre du jugement éphémère se définit par une simplicité globale : les phrases, les mots, les sons sont ouverts, sensibles, évidents. Pour autant, leur intérêt réside dans leurs significations cachées, révélatrices des plus anciennes croyances, pour en délivrer un message essentiel et moral.

Avis éditeur : Voilà une pièce finement travaillée. Pas de superflu ni de détails accessoires, mais des références pertinentes déposées subtilement par l’auteur.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736794/#pct0

>> Retrouvez tout le catalogue Théâtre des Éditions du Panthéon <<

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?
Un livre qui aborde avec simplicité et humanité deux thèmes récurrents de la littérature : la trahison et le besoin de spiritualité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?
Les émotions.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?
« L’art poétique » de Boileau.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?
Discret, subtil, constant.

5. Quelle est votre citation favorite ?
Si vis pacem para bellum.

6. Quel est votre mot préféré ?
Dryade.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?
Les notes n'importe quand, sur n'importe quel support.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?
Les Fables de Jean de la Fontaine.

9. Stylo ou clavier ?
Stylo !

10. Le mot de la fin ?
Mort de trouille de l'accueil du lecteur 🙂

LIRE UN EXTRAIT

AVIS ÉDITEUR : 

Les processus inconscients qui nous animent sont dévoilés dans cette nouvelle iconoclaste. L’auteur y explore la psyché de Pierre, fragilisé par une rupture. Un ouvrage réjouissant.

C'est l'été ! L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon afin de vous proposer de belles découvertes littéraires pendant vos vacances.

1. La Comtesse de Barranquilla de Nicole Gibelin

« La Colombie demeurera ce qu’elle a toujours été : la terre de tous les possibles et de l’inimaginable, tout comme toi, chère Hilione Samantha Cumberley Higgins, duchesse de Worthrop alias Comtesse de Barranquilla. »

Aussi riche qu’extravagante, la duchesse de Worthrop suit son mari en Colombie, dans la ville de Barranquilla, où ce dernier ouvre la première usine de Coca-Cola d’Amérique du Sud. Entre effluves de Londrès, vapeurs de rhum et moiteur exotique, la bourgade caribéenne est le lieu de toutes les joies, de tous les malheurs et de tous les excès. Durant quarante ans, l’histoire de cette ville si particulière vient peu à peu se lier à la sienne. Devenue par la légende la Comtesse de Barranquilla, elle y vivra une existence singulière, ponctuée de tours du monde, à la rencontre de gens merveilleux comme Ava Gardner, Franklin Roosevelt et Simon Patino.

L’écriture est pour l’auteur une passion lui permettant de mettre en scène les personnages qui ont nourri son imagination. En relatant la vie de la Comtesse, Nicole Gibelin dépeint une fresque passionnante sur les relations entre les deux Amériques au vingtième siècle.

Avis éditeur : Nicole Gibelin dévoile ici un voyage épique en Colombie à travers le portrait d’une femme déterminée à jouer un rôle dans l’histoire. Vivant et exaltant, son récit témoigne d’une époque incroyable faite d’euphorie et d’insouciance.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

2. L'envolée de Charlotte Brouillot

« Le hasard a fait que nous nous sommes levés en même temps, et le hasard a encore fait que nous marchions côte à côte.
Nous allions manifestement dans la même direction.
Il devait rentrer chez lui, je rentrais chez moi. J’essayais d’accélérer le pas, il essayait de ralentir, mais dès le départ, nous aurions dû faire l’inverse.»

Rebecca a peur des moustiques, parle anglais, préfère le cappuccino au café et aime la bière. Elle croit au destin, aux chiffres impairs et à la lune. Elle a une sœur redoutable, une meilleure amie explosive et ses parents sont séparés bien qu’amoureux. Réfléchie, pudique, tourmentée et amoureuse de Lucien, elle peine à être légère. Patiemment, elle devient ce qu’elle doit apprendre à être, et s’envole, enfin.

Avis éditeur : Avec ce premier roman aussi grave qu’aérien, Charlotte Brouillot touche du doigt l’essentiel. À la fois drôle et sérieuse, désespérée et pleine d’espoir, sa plume déroule une histoire d’amour, d’amitié et de jeunesse mais surtout de vie, dans ce qu’elle contient de plus amer et de plus beau.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

3. Je cours toujours dans les aéroports d'Anna B. Gabrielle

« Elle avait pris un bus tout plein de couleurs. Dans les bus d’ici, les gens montent pour vous vendre toutes sortes de choses. Parfois délicieuses, parfois loufoques. Les gens se parlent, échangent, sourient, toujours. C’est étonnant de saisir tant d’humanité dans notre société égoïste et personnelle du nouveau siècle. Peut-être que là, au bout du monde, ça existe encore, ce que l’on est en train de perdre. Peut-être que Lucie s’illusionne mais peut-être qu’il est là, le sens. »

Perdue dans une vie où elle ne distingue plus ses propres contours, Lucie part se perdre au bout du monde pour se retrouver elle-même. Un aller simple en poche, elle quitte sa Bretagne natale pour s’envoler vers l’Amérique du Sud et découvrir ses trésors, bien souvent humains… Car les souvenirs et les paysages les plus précieux sont ceux que l’on possède en nous, et ils se présentent là où l’on s’y attend le moins.

Avis éditeur : Roman introspectif tout en douceur et en émotion, cet ouvrage dépeint à la fois un voyage physique et une expérience émotionnelle intime et sincère.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

4. Des poèmes pour chaque saison de Jean-Charles Watiez

Dans la furie du temps, le tourbillon sans cesse,
Des fausses priorités, de l’émoi, des promesses,
Des esprits tourmentés, fourbus par la vitesse,
Obsédés par l’Avoir, brisés par la tristesse,

L’ennui s’est répandu comme la poudre à canon,
Le malheur est partout, il hante les maisons,
Il explose et jaillit, il casse et il détruit,
Les espoirs et les rêves et le goût de la vie.

Ce recueil est l’expression des découvertes, des expériences et des engagements de l’auteur. Ces poèmes sont réunis au fil des saisons pour marquer leur caractère temporel et éphémère correspondant aux 52 semaines de l’année. Ils ont chacun leur histoire, leur couleur et leur musicalité propre.

D’une construction classique, ces vers nous invitent à redécouvrir nos sentiments, le moment présent et la beauté de la nature avec une tonalité toute contemporaine. Un appel à nos cinq sens et un certain parfum d’enfance.

Avis éditeur : Fine et déliée, la poésie de Jean-Charles Watiez est le reflet de son immense curiosité. Au fil des pages, sa lucidité s’empare de ce qu’il y a de plus humain en nous et saisit notre âme avec vigueur.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

5. Des mots pour une vie d'Ada Raynal-Vulpiani

« Il ne me força pas la main, ou plutôt la parole. Il entama la conversation et elle se poursuivit une heure durant sans que je ne m’en rende compte. Je ne voulais pas parler de l’incident des jours passés, je n’étais pas prête, c’était trop tôt. Moi-même, je ne comprenais pas ce qui était arrivé, il m’était impossible de mettre des mots dessus. Au cours de notre échange, je lui ai parlé de moi, de ma vie en général. J’avais l’impression de m’égarer, de mentionner des faits sans aucun rapport les uns avec les autres. Mais il parvint à tisser une toile sur laquelle il m’écrivait. »

Direction le sud-est de la France, où vit Francesca. Nous prenant à témoin dans un récit étonnant de justesse, elle se raconte sans pudeur à travers son quotidien, ses voyages riches de rencontres bouleversantes et ses réflexions sur la vie, sa vie… et peut-être un peu la nôtre, aussi.

Menée par la plume sensible de l’auteur, «Des mots pour une vie» est une histoire aux allures de journal intime pleine d’humanité et de réalisme sur l’évolution de cette jeune femme déterminée à tirer le meilleur parti de son existence. Ses dilemmes et questionnements quotidiens susciteront une irrésistible adhésion du lecteur.

Avis éditeur : Un récit humain et vrai, racontant avec sensibilité mais sans sensiblerie le combat quotidien contre les petites choses de la vie d’une jeune femme ordinaire. Tout en spiritualité et en philosophie.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

6. Forever, l'amour toujours - Tome II de Cécile Blot-Vase

« Plongée dans un profond coma depuis six heures, et ayant frôlé la mort de près, j’ouvris les yeux au Sydney Adventist Hospital. Jetant un rapide regard autour de moi, je compris où je me trouvais, et constatai avec un immense bonheur, et un fort soulagement, que mon beau portoricain était à mes côtés. Il était endormi sur une chaise, sa tête déposée sur ma main droite, légèrement appuyée sur le bord de mon lit. Reprenant lentement mes idées, je fus attendrie par sa posture. Avec délicatesse, je retirai mes doigts un à un, ne voulant pas le faire sursauter. Il était terriblement beau lorsqu’il dormait, si bien que je ne pus m’empêcher de rester à l’admirer quelques secondes avant de le réveiller. »

Paloma se réveille à l’hôpital de Sydney. Rassurée de voir Rick auprès d’elle, elle absorbe sans retenue l’énergie frénétique de celui qui compte le plus à ses yeux. Aux prises avec la complexité d’une famille qui tente de l’éloigner de celui qu’elle aime, Paloma doit apprivoiser ses pulsions et apprendre à se confronter aux différents avis qui l’entourent.

Dans cette fresque en perpétuel mouvement, on retrouve l’héroïne du premier roman de Cécile Blot-Vase, paru en 2016. Avec son écriture sauvage et son sens inné de la description, l’auteure poursuit ici son exploration de l’amour au travers d’un couple que tout oppose.

Avis éditeur : Avec cette histoire d’amour au suspense haletant, Cécile Blot-Vase réussit brillamment la suite de «Forever, l’amour toujours». Tout au long du roman, le lecteur, placé en position d’observateur, voit Paloma bouillonner, mais aussi souffrir, et surtout espérer.

<<Lire un extrait>>

<<Acheter le livre>>

Et retrouvez Forever, l’amour toujours - Tome I

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

« Les deux Charlotte » est une pièce de théâtre dans laquelle j’ai imaginé une rencontre fortuite entre Charlotte Corday et Charlotte Robespierre (la sœur de Maximilien) la veille de l’assassinat de Marat par la première, le 13 juillet 1793, et qui eut pour conséquence l'accélération du processus de la Terreur révolutionnaire. Mais ces deux femmes, radicalement opposées politiquement, l’étaient-elles vraiment en tant que femmes ?

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Globalement les conflits historiques ou simplement humains.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je pense que c’est « Mateo Falcone » de Prosper Mérimée.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

« Très-bonne-question », mais les mots me manquent pour y répondre…

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Hâte-toi lentement » (Boileau).

6. Quel est votre mot préféré ?

Doute.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Généralement en fin d’après midi et en soirée, dans le silence.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« Cromwell » de Victor Hugo (pas la préface mais la pièce).

9. Stylo ou clavier ?

Les deux me semblent désormais complémentaires, mais je finalise au clavier.

10. Le mot de la fin ?

Demain sera un autre jour.

LIRE UN EXTRAIT

CHRONOLOGIE

- Théâtre

2016 -  Les deux Charlotte (Charlotte Corday et Charlotte Robespierre), auteur.  - mise en scène Francis Lalanne - (Festival off d’Avignon)
1980 -  Bobok  (d’après Dostoievski), adaptation et mise en scène - (L’Echaudoir-Paris),avec Alain Cuniot.
1978 – La Mort de Gaspard Hauser, auteur. – mise en scène Jean-Luc Jeener – (Festival off d’Avignon), avec Yasmina Reza.
1977 – Comme un long couteau blanc, auteur et metteur en scène -
(Festival off d’Avignon)
1976 - Flora Tristan, auteur. – mise en scène Patrick Dréhan (Festival off d’Avignon)
1975 - La Mort de la Poupée, auteur et metteur en scène (Festival off d’Avignon)
1974 - Double-scull, auteur et metteur en scène (La Vieille Grille- Paris), avec Myriam Mézières.

- Édition

2017 -  Les 29 Jours du Roi Bissextile (Editions du Panthéon)
          - La Mort de la poupée suivie de Bobok en 1 volume (Editions duPanthéon)
2015 -  Les deux Charlotte(Editions du Panthéon)
1992 -  L’Entreprise et les Médias (Armand Colin)
1979 -  Le Roi Bissextile (Nouvelles Editions Oswald)

- Prochainement (fin 2018)

Edition : Rouget de Lisle ou la Marseillaise désenchantée
Théâtre : Les deux Charlotte (courant novembre) à Dinant (Belgique), dans une mise en scène de Bruno Mathelart.

L'Heroic fantasy est un genre littéraire que nous affectionnons beaucoup aux Éditions du Panthéon. Petite découverte autour de trois auteurs prolifiques : Emmanuel Le Brigand, Daisy de Palmas Jauze et Yves Laousse.

 

"L’héritier du vent. Tome III : La Nuit des Flambeaux" d'Emmanuel Le Brigand

 

Sans se défaire de son assurance, Satora s’expliqua sur ses intentions. « Sois rassuré mon ami, je sais parfaitement ce que je fais. Vois-tu, le petit peuple se dresse comme un chien. Il peut facilement prendre un nouveau maître si celui-ci assure sa pitance et sa sécurité… Ce n’est pas vrai que le monde s’est régulièrement fait asservir par des dictateurs car là où personne n’obéit, aucun individu seul ne peut diriger. Mais parfois, un aboyeur haineux doublé d’un roquet démagogue séduit les simplets. Et il lui est ensuite aisé de former des suiveurs, des collaborateurs, des soldats ou des matons. En bref, de parfaits citoyens seront prêts à soumettre leurs semblables pour un toit et un morceau de pain. Même si leur chef donne des ordres moralement discutables, qui vont à l’encontre du bien public, ces ignares le serviront aveuglément, jusqu’à remplir des camps de contestataires, réprimer des insurrections populaires, abattre des innocents, alimenter les bûchers et creuser les fosses communes.
La nature humaine est fascinante et je pense qu’il n’y a aucune limite à sa cruauté dès lors qu’un supérieur assume la responsabilité des pires exactions… Je compte mettre ces connaissances à profit pour m’attacher les services de troupes fidèles… L’essentiel étant que leurs membres ne réfléchissent pas ! Ils doivent juste obéir aveuglément et charger sans hésitation la foule des dissidents, même s’il se trouve dans les rangs des insatisfaits leurs parents ou leurs propres enfants… Un pays ne se soumet pas à un homme, il se soumet aux forces de répression qui travaillent pour cet homme. »

« Quelle ironie ! » Cracha Aïhann. « Gens d’armes et militaires sont supposés défendre une nation et finalement, ils servent surtout à dominer le peuple, tout en le tenant à l’écart du grand banquet où festoie une minorité de fous ! »

Satora lâcha un rire cynique qui résonna dans la grande salle de réception. « Fais attention au vocabulaire que tu utilises ! C’est nous qui sommes désormais à la table du banquet ! »

Avis éditeur : Avec cet ultime tome des aventures de Güen, Emmanuel Le Brigand clôt cette épopée fantastique en beauté. Dans la juste lignée des grands maîtres du genre, il pose un point final à une épopée hallucinante de détails et d'imagination. L'heroïc fantasy a de beaux jours devant elle !

Du même auteur :

Retrouvez l'agenda d'Emmanuel Le Brigand :

"La Dragon Fantasy" de Daisy de Palmas Jauze

« Affirmer, au début du XXIe siècle, l’existence d’un mytho centrisme revu qui oriente une étude littéraire vers des phénomènes narratifs soumis à leur formalité, ne laisse personne indifférent car les théoriciens littéraires ont écarté aujourd’hui le travail sur la formalité […] C’est, cependant, ce que j’ai ressenti lorsque j’ai découvert que chaque étape devenait prévisible, au fur et à mesure de mes lectures »

L’auteure, spécialiste des dragons dans la littérature de tout temps, analyse les composants itératifs et les ingrédients du succès contemporain d’un sous-genre de la Fantasy centré sur ces créatures légendaires qu’elle baptise la Dragon Fantasy.

Avis éditeur : (Re)-découvrez l'univers Fantasy de Daisy de Palmas Jauze qui, à travers ce troisième essai publié aux Éditions du Panthéon, s’intéresse à la réappropriation de la symbolique ancienne des dragons, et le rôle joué par celle-ci dans la narration romanesque.

Du même auteur :

"L’Orme coupé – Tome III" d'Yves Laousse

« Elles ont volé longtemps avant d’arriver… Un jour, elles ont stoppé leur course et se sont dit adieu… (…)
Puis, elles sont reparties, chacune de leur côté, pour une course plus longue encore. Quand elles se sont posées enfin, des milliers d’années-lumière les séparaient les unes des autres. Elles sont perchées tout en haut de tours éternelles et scrutent pensivement une mer obscure que jamais rien ne trouble. »

La voie lactée est plus que jamais menacée, et l’état de guerre est déclaré. Renaud est rejoint dans sa quête par sept autres guerriers : ensemble, ils vont enfin pouvoir partir à la recherche des Tours.
Les flottes de la communauté ne suffiront pas pour survivre à la titanesque bataille qui se profile, et l’avenir des Lactéens repose sur les épaules des Chevaliers Liges. L’apocalypse annoncée depuis la nuit des temps semble inévitable…

Avis éditeur : Dans "L’Orme Coupé", récit fantastique et grandiose en 3 tomes où s’entrecoupent mythes, prédictions et prophéties, Yves Laousse nous dévoile son odyssée chevaleresque et futuriste.

Du même auteur :

 

Les vacances approchent à grands pas, et pour partir la tête pleine de musique et de joie de vivre, les Éditions du Panthéon vous proposent de répondre à quelques questions afin de tenter de gagner un ouvrage de Guillaume Vergès, auteur de Magic System - Le mystère 1er Gaou, la première biographie sur le groupe éponyme.

1. De combien de membres se compose le groupe Magic System ?

2. De quel pays est originaire Magic System ?

3. Quand les Éditions du Panthéon ont-elles été créées ?

4. Quel est le distributeur des Éditions du Panthéon ?

5. Avec quelle association les Éditions du Panthéon ont-elles signé un partenariat ?

<< Retrouvez Guillaume Vergès en dédicace au Salon International du Livre d'Abidjan >>

10 participants seront tirés au sort et remporteront un livre chacun !

Conditions :
Chaque participation est unique et doit être envoyée sur diffusion@editions-pantheon.fr, au plus tard le mardi 3 juillet 2018, 9h.
- Précisez  en objet : Concours Magic System
- Indiquez en plus des réponses, vos nom-prénom, mail, adresse postale (pour envoi de l'ouvrage)
- Livraison en France métropolitaine, Belgique et Suisse.
Date de clôture : mardi 3 juillet 2018, 9h.

À vous de jouer !

Et puisque nous sommes en pleine Coupe du Monde de Football, impossible de ne pas penser à l'hymne non officiel de la Coupe du Monde 2014 au Brésil !

EDIT : 

Le jeu concours est terminé ! Vous avez été très nombreux à participer et nous vous en remercions.

Les gagnants seront contactés par email et recevront leur lot très prochainement.

Vous pouvez acheter le livre de Guillaume Vergès ici !