Non classé

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Dans le premier chapitre de mon livre, je décris chronologiquement le traitement de la leucémie, que j’ai contractée en 2013. Dans le contexte de ce récit, j’évoque des anecdotes en marge de mes pérégrinations médicales mais aussi des réflexions au sujet des problèmes environnementaux. Je termine ce chapitre en invoquant ce que d’aucun prétende, qu’au moment de la mort on voit défiler son parcours de vie, ce qui me permets d’enchaîner le deuxième chapitre, dans lequel, j’évoque des chroniques de vie relatives à l’enfance et à l’adolescence de ma mère. Les événements que je relate se sont déroulés durant la période de l’entre-deux guerres. Ils dépeignent le microcosme d’un petit village en Suisse et m’ont permis de décrire le mode de vie de cette époque, simple et laborieuse, mais aussi avec ses peines, ses drames, ses joies et ses anec­dotes souvent pittoresques, parfois grivoises. Je me remémore également quelques faits marquants qui ont émaillés mon parcours de vie.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Ecrire une fiction ? Difficile pour moi de me plonger dans l’imaginaire, de trouver une intrigue. Alors j’ai choisi de m’inspirer de faits réels.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Ce n’est pas un livre précis qui m’a donné envie d’écrire. C’est le goût de l’écriture au travers de la rédaction de nombreux documents techniques durant ma carrière professionnelle, qui a éveillé en moi l’envie d’écrire dans un autre registre, écrire un roman dont le résultat est ce livre de témoignage.  

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Je pense faire preuve d’ouverture d’esprit, notamment sur ce qui bouleverse le monde d’aujourd’hui, la démographie et ses aspects socio-économiques, le dérèglement climatique, la condition animale, la quatrième révolution industrielle. Je suis quelqu’un de combatif. C’est ce que j’ai démontré en me battant de toutes mes forces contre la maladie, Je déteste la procrastination. Avec moi tout est organisé, planifié et si une action doit être accomplie à moment donné, elle le sera. Cette façon d’agir agace parfois mon entourage.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Ne maudissez pas la pluie car tôt ou tard elle laissera sa place au soleil.

6. Quel est votre mot préféré ?

Empathie. Sentiment que j’ai ressenti de la part du personnel soignant. Sentimentdont devraient faire preuve les dirigeants à l’égard de la classe laborieuse. Mais aussi sentiment que peuvent ressentir les animaux envers leurs congénères, lorsque l’un d’eux souffre.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je consigne mes idées dans un carnet que j’ai toujours sur moi. Et lorsque dans mon esprit, je les ai synthétisées, je m’installe au clavier pour les mettre en forme. Après une première saisie, je retravaille mon texte le lendemain, sur la base d’une impression sur papier qui m’offre une approche de lecture différente de celle de l’écran.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Vivement après-demain de Jacques Attali car s’il exprime les craintes du monde de demain, il garde  néanmoins l’espoir d’un monde meilleur après-demain.

9. Stylo ou clavier ?

Je privilégie le clavier de l’ordinateur, pour les fonctionnalités du traitement de texte et son correcteur orthographique, pour l’accès en ligne au dictionnaire et la possibilité d’enrichir mon vocabulaire en recherchant des synonymes. Et plus généralement pour l’ouverture au monde de l’information que nous offre Internet.

10. Le mot de la fin ?

Contre la leucémie, les traitements chimiothérapiques et la greffe de cellules souches de moelle osseuse, offrent de réelles chances de rémission, voire de guérison. Mon récit, est celui d’un homme qui fait preuve de courage et de pensée positive face à la maladie. Mon expérience est susceptible de donner du courage et de l’espoir aux personnes confrontées à de graves maladies. La rédaction de ce livre a représenté pour moi un exutoire pour tout ce qui me dérangeait et me posait problème.

Ce livre contient une histoire vécue, certes, mais surtout ce livre a lui-même sa propre histoire, une véritable histoire…d’amour!!!
Québécois, en compagnie de mon frère, j’ai eu la chance de littéralement marcher sur les traces de mon ancêtre, chercheur d’or en 1898, en reproduisant son expédition dans les conditions de l’époque. Un parcours aventurier historique : Traverser le Canada en train sur 5000 km suivi d’un parcours en bateau sur 700km jusqu’ en Alaska. Poursuivre vers le nord jusqu’au Yukon en empruntant la légendaire piste Chilkoot sur 70km, et en descendant le fleuve Yukon sur 500 km à bord d’un radeau construit de nos mains. Tout cela avec les équipements et les moyens de l’époque.

Une épopée extraordinaire pour l’aventurier que je n’étais pas. Ce livre est un voyage dans le temps, une histoire de frères, une histoire d’amour, une histoire de vie, une histoire de fin de vie. Le livre se lit comme un roman, mais tout est vrai, même les sentiments…Vous y voyagez comme si vous y étiez!

Au retour de notre expédition j’ai appris la grave maladie de ma conjointe. J’ai dès lors cessé de travailler pour demeurer près d’elle et en prendre soin. C’est à ce moment que j’ai débuté l’écriture de mon aventure, teintée émotionnellement par l’accompagnement de ma conjointe en fin de vie. Francine m’a encouragé, critiqué, elle a rédigé le 4e de couverture, ce fut notre projet commun, notre dernier…Une semaine avant son décès elle a eu le premier exemplaire entre ses mains. Elle est, pour un moment, revenu à la vie. C’est là que j’ai compris que c’était vraiment notre projet commun, elle en était tellement fière.

Voilà je vous disais que ce livre a sa propre histoire, une histoire d’amour, vous la connaissez maintenant. Il vous reste à découvrir toute notre histoire à l’intérieur de ce livre.

Bienvenue sur nos sentiers et à bord de notre radeau!!!!

Avis de l'éditeur

Le traitement de la leucémie constitue le fil conducteur de ce récit, éprouvant témoignage adressé à ceux confrontés à de graves maladies.

7 Commentaires

Le Jeu Concours Photo de Librairie  est désormais terminé. Nous  vous remercions pour votre intérêt, et félicitons les participants pour leur contribution. À vous de choisir quelle est la photo que vous préférez (en commentaire). Résultats le 14 janvier !

Photo n°1 : Une vraie librairie d'abondance (Sienne, Italie)

Photo n°2 : Librairie Peyrucq (Nay)

Photo n°3

Photo n°4 : Librairie La Cavale (Montpellier)

Photo n°5 : Boîte à livres (Paris)

EDIT : 

Le jeu concours est terminé ! Nous vous remercions vivement pour vos participations et pour vos votes.

Le gagnant de la liseuse Kindle est la photo n°1.

Le gagnant de 3 ouvrages au choix dans le catalogue des Éditions du Panthéon est la photo n°2.

Enfin, le gagnant d'un ouvrage au choix dans le catalogue des Éditions du Panthéon est la photo n°4.

Les gagnants seront prochainement contactés par email. Merci encore et à très bientôt pour d'autres événements !

C'est l'heure de la reprise pour les Éditions du Panthéon. Nous espérons que les Fêtes se sont bien passées et nous vous souhaitons à toutes et à tous une excellente année 2019. Découvrez les ouvrages à paraître prochainement !

1. Maubourg de Colette Dardenne

« Le retour lui parut durer une éternité. Il fit plusieurs crochets pour éviter de traverser des hameaux  ; heureusement, il connaissait comme sa poche toutes les routes du canton, au point qu’il aurait presque pu les parcourir les yeux fermés. Il fit un dernier détour pour aborder par en bas les Vieux-Chênes. La ferme de sa grand-mère se trouvait ainsi la première à l’entrée du hameau. Lucas coupa les gaz un peu avant d’y parvenir et, poussant sa machine, il se glissa sans bruit dans l’ancienne grange qui lui servait de garage et d’atelier. »

1994, à Maubourg, petite bourgade d’environ 1 700 âmes. René Lamotte-Jarnaud, ancien résistant, chef d’entreprise et maire de la commune, déroule paisiblement le fil de son existence jusqu’à ce que l’on tente, brutalement, de l’assassiner lui et plusieurs de ses proches. Les gendarmes enquêtent mais manquent d’indices probants. Vengeance pour un crime commis soixante ans plus tôt, ou machination familiale pour hériter des entreprises Jarnaud ? Le mystère plane…

Avis éditeur : Une enquête policière passionnante au fin fond de la Creuse, dans laquelle Colette Dardenne brosse une galerie de portraits singuliers.

2. Plumes d’astres de Michel Maury

« Les yeux levés vers le ciel
Tiens, une étoile  !
Elle est immobile
Tiens, une étoile  !
Elle éclaire le nocturne
Tiens, une étoile  !
Elle file dans le ciel
Tiens, une étoile  ! »

S’asseoir sur le sol et lever les yeux pour observer la danse des étoiles filantes dans un ciel d’été. Prendre un pinceau, des couleurs et figer le monde dans une vivante symphonie de nuances. Ériger les émotions sur le piédestal qu’elles méritent, à l’abri du fiel et de la fange. C’est cela que Michel Maury a su faire à travers des poèmes rythmés, chantants, au charme étrange… Et qu’il partage aujourd’hui sans tambours ni trompettes, en toute simplicité.

Avis éditeur : D’une plume rythmée et onirique, Michel Maury nous entraîne la tête dans les étoiles dans ce recueil de ses meilleurs textes.

3. Les Codes Idéologiques du PKK de Fikret Bilâ

« Vous trouverez un historique succinct du PKK dans le premier chapitre de ce livre. Le deuxième chapitre analyse le développement intellectuel de Bookchin, débutant avec le communisme, en passant par l’anar-chisme, et pour finir avec le communalisme sous la forme d’un mode de vie et d’un système communa-liste-confédéraliste au sein d’une société écologique, qu’Öcalan décrit comme étant sa nouvelle idéologie. Dans le troisième chapitre, j’examinerai et j’analyserai de façon comparative les idées d’Öcalan avec l’œuvre de Bookchin, décrivant la façon dont Öcalan adopta ce modèle qu’il nomme sa «  nouvelle idéologie  ». Le quatrième chapitre est une analyse du contrat KCK, pour savoir si les articles du contrat sont compatibles ou non avec les idées de Bookchin.»

Économiste de formation et successivement directeur éditorial de divers organes de presse turcs, Fikret Bilâ met en lumière ses observations concernant l’évolution du PKK. Ce groupe terroriste, fondé à l’origine par Abdullah Öcalan et ses associés en 1978 afin de créer un état indépendant et unifié du Kurdistan, devient plus tard le KCK et change d’idéologie. Cet ouvrage décortique les principes et contradictions d’une organisation particulièrement mouvante.

Avis éditeur : Fikret Bilâ analyse dans cet essai les principes et les contradictions du PKK, ce mouvement à l’évolution particulièrement complexe.

4. Lampsi d'Angélique Astesiano

« Si j’avais bien cerné un point fondamental au fil du temps, c’est que pour vivre pleinement, il fallait ressentir chaque instant. Et pour ressentir, il fallait accepter la souffrance. Car il n’y a rien de plus douloureux en ce monde qu’éprouver de réelles sensations. Brutes et étincelantes, elles nous laissent entrevoir la supercherie qui règne en maître sur l’humanité.»

Cassiopée souffre d’un mal-être profond et ne se sent pas à sa place dans l’univers moderne. Elle a donc choisi une solution fatale… mais se retrouve pourtant derrière les portes d’un Enfer bien réel. Elle y découvre les abysses de la cruauté. À la porte du désespoir, va-t-elle trouver la volonté nécessaire pour faire face à ses démons personnels et aux êtres malfaisants qui l’entourent ? La réponse se trouve peut-être dans les étoiles…

Avis éditeur : Comment trouver sa place dans le monde moderne quand on souffre d’un mal-être profond ? Véritable exutoire, ce récit nous plonge aux frontières du désespoir dans un style maîtrisé et romantique.

5. Une histoire, une vie de Jean Mouillot

« La décision d’écrire s’est prise par hasard sur le sable d’une plage de la Côte d’Azur par la découverte soudaine d’un étrange paradoxe. Je sais être un homme plutôt misanthrope, tout en n’étant pas, comme le dit le dictionnaire, un individu qui hait le genre humain. Pourtant, il me faut l’avouer, même si je ne les hais pas, je n’aime pas beaucoup les hommes. Ce qui est illogique, c’est que date de cette époque le projet de me proposer comme bénévole dans un service de soins palliatifs. Pourquoi  cette contradiction frappante ? »

À la retraite après une vie mouvementée, Jean Mouillot part trois mois en pèlerinage pour Compostelle. Surgit inéluctablement dans ses réflexions la question de « l’après-moi ». Né en Algérie, il souhaite transmettre à ceux qu’il aime ainsi qu’à un public amnésique des événements qui ont bouleversé cette contrée, ses aventures de jeunesse dans ce pays extraordinaire, cette terre dont le souvenir doit être ravivé dans la mémoire de ses pairs. Plus qu’un témoignage, cet ouvrage est le gage de transmission d’une expérience riche et colorée.

Avis éditeur : Jean Mouillot nous offre avec pudeur et sensibilité un témoignage puissant sur une terre qui fut le théâtre de sa vie : l’Algérie.

Écrivez-nous 2, 3 lignes biographiques.

Lire Barjavel, Robert Merle, Bernard Werber.

Découvrir les grands hommes Gandhi, Biko, Martin Luther King.

S'émerveiller devant les graphismes et les histoires de Makyo, Cosey, Servais et Jiro Taniguchi.

 Si vous étiez un livre, vous seriez….

L'Oracle della luna de Frédéric Lenoir.

Si vous étiez une citation

«Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas.» Sitting Bull, Sioux Lakota.

Si vous étiez un marque-page

Celui qui marquerait la page du texte parfait où tout serait écrit.

Si vous étiez un discours

Le discours prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 devant la Chambre des communes de Westminster.

Si vous étiez une collection

Des Bandes Dessinées.

 Si vous étiez un papier

Un parchemin.

Si vous étiez une bibliothèque

La bibliothèque dessinée en première de couverture de la BD «Le triangle secret Tome IV – l'évangile oublié».

Si vous étiez une recette

5cl de rhum, 6cl d'eau gazeuse, 1/2 citron vert,  2 cuillères de sucre en poudre, 7 feuilles de menthe, 4 glaçons pilés.

AVIS ÉDITEUR : 

Conçu comme une sonate, ce recueil nous donne le subtil sentiment qu’il a été composé comme une partition à l’image de la vie. Brillant, il révèle l’intelligence pleinement en éveil de son auteur.

Cette semaine est synonyme de rentrée des classes pour de nombreux enfants et enseignants. L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages liés à l'école (mais pas que) publiés aux Éditions du Panthéon.

1. Donner du sens à l'école d'aujourd'hui de Christophe Labrousse

« Je fais remarquer que notre rôle d’éducateur consiste à sortir de l’ornière les élèves en difficulté ; ce à quoi ils me rétorquent qu’ils sont professeurs et non éducateurs. Qu’ont-ils alors à voir avec l’Éducation nationale ? Ne devrait-on pas parler plutôt d’Enseignement national ou mieux encore de Déversoir de connaissances national ? Cela finit, comme j’aurais dû m’y attendre, par une convocation dans le bureau du principal, qui m’explique que je n’ai rien compris, qu’en fait cette classe de 5e est une « classe poubelle » et que, malheureusement, ces classes sont indispensables. »

Après des expériences décevantes au sein de l’Éducation nationale, Christophe Labrousse comprend que sa vision humaniste de l’enseignement ne peut s’intégrer à ce milieu. Interpellé par les échecs scolaires et les enfants qui décrochent, il crée en 1996 le collège Dominique Savio, un établissement scolaire hors-contrat.

Refusant tout dogmatisme, il conçoit intelligemment un nouveau système éducatif principalement adapté aux élèves en difficulté. Classes à effectifs restreints, programmes suivant rigoureusement ceux de l’Éducation nationale, les méthodes sont concrètes, vivantes et pensées afin de développer l’épanouissement personnel, l’intégration sociale et l’ouverture au monde des élèves.

Avis éditeur : À la fois passionné et réaliste, Christophe Labrousse défend un modèle éducatif équilibré, mélange de modernité et de tradition afin de mener chaque élève vers l’épanouissement.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. L’école des hommes de Christophe Agogué

« L’éducation présente la double caractéristique de rendre effective et garantie la reproduction de la classe bourgeoise et de constituer un investissement à long terme difficilement compatible avec l’action politique, qui recherche une rentabilité électorale à très court terme. Une refonte totale de l’enseignement ne peut se concevoir sans un effort d’investissement calibré sur 20 à 30 ans, le temps de construire une nouvelle génération. En cela, on se posera bien sûr la question de la compatibilité de nos règles de fonctionnement démocratiques avec une véritable politique désintéressée de l’éducation et du savoir. »

Alors qu’elle se confine aujourd’hui au simple rôle de production et de reproduction des élites, condamnant au passage des pans entiers de notre société à la marginalité, « L’école des hommes » doit changer. Offrir à chaque enfant la possibilité de devenir un citoyen pleinement actif au sein de la collectivité, lui permettre de réaliser un projet de vie, tout autant personnel que professionnel : c’est à ce prix que l’école sera vraiment démocratique. Et révolutionnaire, aussi !

En s’appuyant sur la philosophie dès le plus jeune âge, en s’attachant à la promotion des sciences, de la politique, de l’art et de l’amour – les 4 dimensions vertueuses d’Alain Badiou –, l’éducation publique doit aussi remettre en cause ses méthodes. Terminé, le primat de l’académisme et le monopole des agrégés sur la dispense du savoir, place aujourd’hui à une formation plus participative, moins verticale, où chaque citoyen trouvera un rôle à sa dimension. Il s’agit là d’un véritable programme nécessaire à la reconquête d’une organisation démocratique et citoyenne, mais aussi, et surtout, un vrai défi face à la résignation libérale et passive du consommateur gouverné.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. La Fabrique des Hommes de Lionel Pradelier

Aujourd’hui, à quoi sert l’École ? Un simple passage obligatoire ou un moyen d’épanouissement ?

Lionel Pradelier brosse une photographie de nos sociétés et de leurs paradoxes : d’une part, une puissance à faire et à réparer le monde jusqu’ici inégalée et, de l’autre, un enlisement toujours plus profond par peur ou par incapacité à changer de paradigme. Cette contradiction a fait émerger depuis deux décennies un impérieux désir de Bonheur que l’auteur cherche à traduire et à expliciter. En s’appuyant sur la philosophie, la psychologie positive et les développements des neurosciences, il propose une approche concrète, mesurable et accessible à chacun. Il confirme alors la possibilité d’un cheminement individuel et collectif permettant de mieux appréhender nos perceptions et nos comportements au quotidien, en partie hérités de nos schémas socio-éducatifs.

Fort de ces éléments et au travers de ses expériences, il constate que l’Éducation, et par incidence l’École, s’avère souvent contre-nature aux apprentissages nécessaires au développement de l’individu, à son bien-être et à son bonheur. Pragmatique, l’auteur propose des pistes d’actions pour composer une société plus en phase avec nos aspirations, et surtout plus humaine. Une société où l’école serait créative, solidaire et davantage centrée sur l’Être que sur le savoir. En définitive, s’autoriser une éducation au bonheur.

Avis éditeur : 30 années dans le monde de l’enseignement supérieur et du management donnent à Lionel Pradelier légitimité pour nous alerter. Nous continuons collectivement à faire fausse route dans notre perception de la réussite, ne laissant que peu d’espoir aux nouvelles générations en demande d’un autre contrat social. Désireux de changer notre vision sur ces sujets, il signe son premier essai aux Éditions du Panthéon.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Les clés du succès au baccalauréat de Guy-Hermas Dieu-Béni-Socrate Djamawa-Endjikpeno

« Réussir au baccalauréat n’est pas une chance ; c’est le fruit d’une préparation harmonieuse et sereine qui doit commencer le plus tôt possible. Le temps passe souvent si vite, si bien qu’il vaut mieux commencer à organiser les révisions le plus tôt possible. »

Précieux sésame permettant l’accès aux études supérieures, le baccalauréat est souvent synonyme de stress et de peur de l’échec. Pourtant, la formule pour réussir est simple : de bonnes méthodes de travail et une organisation minutieuse sont les meilleures clés.

En complément des cours dispensés au lycée, l’auteur propose avec cet ouvrage un corpus des meilleures disciplines de travail à adopter, directement inspirées de celles de plusieurs élèves toutes séries confondues. Pédagogique et instructif, il dispense dans un discours ouvert à tous, des conseils de concentration et de discipline : confiance en soi, ténacité et rigueur en sont les maîtres mots. Loin d’être anodines, ces préconisations sont essentielles pour atteindre ses objectifs. Concret, cet ouvrage permet d’être appliqué sitôt lu, afin d’allier la pratique à la théorie. Qu’attendez-vous ?

Avis éditeur : Pédagogique et instructif, Guy-Hermas Dieu-Béni-Socrate Djamawa-Endjikpéno dispense dans un discours ouvert à tous des conseils de concentration et de discipline : confiance en soi, ténacité et rigueur en sont les maîtres mots. Loin d’être anodines, ces préconisations sont essentielles pour atteindre ses objectifs et réussir son baccalauréat.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

5. Agilité Management Accompagnement de Christophe Clavé

Nous définirons ici le coaching comme une pratique dont “la fonction ultime est d’aider les individus et les organisations à fixer leurs buts, leurs visions et leurs plans pour le court terme. Trouver du sens, visualiser l’avenir, apprendre à développer des scenarii, planifier les étapes vers sa vision de l’avenir, tout en gardant ses objectifs à l’esprit.”

L’évolution profonde des pratiques managériales a entraîné un bouleversement du rôle des dirigeants générant de nouveaux besoins d’accompagnement. Afin de cerner précisément en quoi ces nouvelles méthodes ont évolué, Christophe Clavé démontre comment le mentorat et surtout le coaching, avec ses paradoxes et ses spécificités, sont devenus incontournables.

En effet, compte tenu de la diversité et de la complexité des demandes, le leader se retrouve à la convergence d’attentes toujours plus importantes qu’il lui est impossible de maîtriser parfaitement. L’auteur décrypte ainsi toutes les clefs pour faire du management une valeur ajoutée de l’entreprise.

Avis éditeur : Avec un regard bienveillant et expérimenté, Christophe Clavé propose un mode d’accompagnement stratégique dédié à tous les dirigeants. Ainsi, il fait émerger la question du sens de l’action dans un monde où le sens des affaires ne suffit plus…

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0