1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Ce premier roman raconte la vie d'une famille paisible et tranquille de Manhattan, dans la banlieue de New York, dont le destin et le passé de la mère de famille vont la rattraper et faire basculer sa destinée dans l'horreur et le cauchemar. Le premier événement dramatique plongera cette famille dans l'horreur et la folie.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Depuis tout jeune, je regardais les séries policières américaines à la télévision qui m'ont bien inspirées, mais mes vraies sources d'inspiration ont été les auteurs Stephen King, Mary Higgins Clark et Franck Thilliez.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"Le crime de l'Orient Express" d'Agatha Christie.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Aimable, honnête, franc.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Dans la vie, on ne fait pas ce que l'on veut mais on est responsable de ce que l'on est.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amitié.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J'ai besoin d'écrire toutes les histoires policières qui me viennent dans ma tête. J'ai besoin de m'extérioriser, de me libérer la tête et l'esprit.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

"Croc-blanc" de Jack London.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo.

10. Le mot de la fin ?

Le premier roman, je l'avais terminé en un mois après avoir eu des idées plein la tête. J'avais une envie irrésistible d'écrire alors quand vous avez une envie, une passion, n'hésitez pas, foncez.

Il faut le courage pour tout domaine dans la vie.

Mon second roman réservera une surprise pour les lecteurs, vous allez aimer...

 

Avis éditeur : Dans ce thriller haletant, Jean Camille Vahé nous entraîne dans une enquête complexe dans la sombre ville de Détroit aux États-Unis. Passionnant !

L'arrivée des mastodontes du web sur le marché du livre a fait beaucoup de mal aux librairies indépendantes du monde entier. Celles-ci ont dû s'adapter pour survivre en développant des concepts innovants et surprenants. Petite sélection de librairies toutes plus originales les unes que les autres.

Péniche café librairie L'eau Et Les Rêves 

Alors que de nombreuses péniches des quais de Seine se sont reconverties en terrasses et lieux de vie nocturne, ce petit bateau amarré le long du canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement, a quant à lui choisi de nous emmener sur la côte Atlantique à travers la littérature. Dans la cale de L’eau et les rêves, ce sont des centaines de livres neufs ou d’occasion, liés de près ou de loin à l’univers maritime, que l’on découvre. Romans d’aventures (on peut parier sur la présence des romans initiatiques de Jules Verne !), récits de voyage, ouvrages techniques sur la navigation ou les fonds marins…Chaperonnée par des passionnés, cette jolie librairie qui a conservé l’intérieur typique d’une chaloupe se positionne comme l’antre marine de la capitale. De quoi plonger les Parisiens dans des livres de qualité…

© La Parisienne du Nord

La mouette rieuse

Conçu comme un concept-store culturel, ce lieu situé en plein coeur du Marais historique, entre les rues des Francs-Bourgeois et des Rosiers, déjoue la mise en scène classique d’une librairie et nous entraine sur des chemins de traverse. Sur trois niveaux et une surface de 470m2, la Mouette Rieuse se présente comme une continuité de la ville avec des ambiances différentes. Alors que le rez-de-chaussée s’affiche comme une rue marchande pour une ambiance citadine, le premier étage est construit comme un cabinet de curiosités et un salon de lecture propice à la détente. Le dernier étage, enfin, aux allures de loft tient lieu de salle d’exposition. Dans le prolongement de la librairie, un espace restauration offre un intermède savoureux à tout autre moment de la journée, mais on peut aussi faire quelques achats à l’épicerie fine.

La plus petite librairie du monde

Et voici la plus petite librairie du monde ! Située dans l’un des quartier les plus pauvres de Ougadougou au Burkina Faso, elle est construite de planches, de tôles et de quelques clous. Appelées également “kiosque”, ces petites baraques abritent généralement des bars, des épiceries ou des revendeurs de pièces détachées en tous genres. Mais celle-ci a la particularité d’être la seule librairie ! Même si la population burkinabé est majoritairement analphabète, cela n’a pas empêché Yacouba, propriétaire des lieux, d’ouvrir sa toute petite boutique. Amoureux des livres, il souhaite les partager avec tous les habitants.

© David Pace

Le Sketchbook Project de Brooklyn (NYC, USA)

Le concept de cette librairie unique ? Inviter des artistes (ou non d’ailleurs) à exprimer leur art sur un carnet de croquis vierge. De jeunes talents venant du monde entier peuvent alors créer, exprimer leurs pensées, leurs réflexions mais aussi et surtout partager leur voyage de façon singulière et artistique. Une fois le carnet terminé, celui-ci passe devant un jury qui assigne une référence et décide ou non de le placer dans la librairie. Ainsi tous les visiteurs peuvent feuilleter ce qui s’apparente davantage à des œuvres artistiques plutôt qu’à de simples carnets de voyage.

La Belle Hortense

La Belle Hortense, créée en 1997, ne se contente pas de vendre des livres, puisqu’il s’agit en réalité d’un bistrot-librairie dans lequel vous pourrez non seulement déguster de grands vins mais aussi lire vos livres préférés. Cette librairie propose toute une sélection de romans et beaux-livres que vous pouvez consulter sur place, tout en buvant un café ou un verre de vin. Si vous ne souhaitez pas rester au bar, vous pouvez vous isoler dans la salle située dans le fond de la boutique, où vous pourrez lire tranquillement. Leur carte des vins propose des variétés de la France entière mais faites attention, le prix au verre est assez élevé, il est donc plus intéressant d’acheter une bouteille. Dans cette librairie vous ne trouverez que peu de romans contemporains mais une grande quantité de classiques, de poèmes et de livres philosophiques. Et si cela vous intéresse, sachez que la librairie organise une exposition par mois dans la salle du fond.

Sources : pariszigzag.fr, anousparis.fr, blog.exploratology.comgenerationvoyage.fr

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre raconte des histoires de couples, des couples du hasard, du moment, mais aussi des histoires de couples qui durent. Les personnages des couples unis sur la durée peuvent s'éloigner, se perdre, se perdre de vue. On trouve dans mon livre des thèmes comme le hasard, la perte, mais on se retrouve souvent, par le fruit du hasard ou d'une décision concertée. Les personnages ont plutôt une âme d'artiste et même une vraie nature d'artiste. Certains écrivent des poèmes, des pièces de théâtre. D'autres composent, dessinent, avec pour beaucoup une vraie fascination pour les œuvres d'art qui peut les rapprocher pour former le couple du moment, au présent. L'intensité, au cœur de la rencontre, est présente dans un climat de confidences teinté d'émotions, un peu onirique, avec des contemplatifs qui peuvent se laisser aller à des débordements du cœur et de l'âme. Mon récit recèle des voluptés sensorielles et même gustatives avec un personnage, Chef de cuisine, qui confectionne des mets de choix destiné à une clientèle mais aussi des desserts de princesse pour la femme qu'il aime. Le ton des pièces de théâtre est tantôt léger, un ton de comédie avec des calembours, retournements de situation, du mouvement, tantôt le ton est plus poétique et parfois grave. La gravité de la vie qui interroge sur le rire qui peut, à mes yeux, toujours se faire une belle place au théâtre mais j'apprécie un théâtre qui donne à penser, à réfléchir, qui offre un regard, une vision élargie, approfondie et nuancée de notre monde.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L'amour, avant tout, mais aussi l'émotion artistique, les promenades.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"Les rêveries du promeneur solitaire" de Jean-Jacques Rousseau.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Exaltée, débordante et philosophe.

5. Quelle est votre citation favorite ?

"Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières." de Jean-Jacques Rousseau.

6. Quel est votre mot préféré ?

Inspiration.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n'ai pas de rituel. J'écris un peu partout, dans les transports, les lieux où les gens se retrouvent chaleureusement pour se restaurer ou prendre un verre. J'écris quand l'inspiration vient ou un peu plus tard, avec un vrai travail de mémoire. J'ai des cahiers et carnets un peu partout chez moi. Le clavier de l'ordinateur est vraiment l'étape pour finaliser le travail.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Pour son écriture poétique et inspiré par ce thème inépuisable et inépuisé de l'amour et du couple, "Tous les matins de l'amour..." de Jacques Salomé.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo et clavier.

10. Le mot de la fin ?

Un grand merci à mon éditeur qui m'accompagne avec finesse, douceur et une belle énergie, sur le chemin vers un lectorat.

Avis éditeur : Subtile et profonde, la plume de Marie-Hélène Vignal nous entraîne dans le tourbillon intime d'un couple tourmenté. Onirique et passionnée, la poète s'expose à nous sans fards.

Hier a eu lieu la Journée Internationale du Rire. L'occasion pour les Éditions du Panthéon de vous proposer une sélection d'ouvrages empreints d'humour, en espérant qu'elle fasse du bien à vos zygomatiques 😉

(Photo by Dan Cook on Unsplash)

1. Besoin d'un conseil ? Les copines : rien de pire ! de Lilik

Quand nous sommes un peu perdus, que nous nous sentons un peu bloqués par une situation ou quand nous cherchons des réponses à nos questionnements existentiels, notre réflexe est souvent le même : les copines.
Seulement voilà, à défaut de nous donner des conseils constructifs susceptibles de nous aider, elles se contentent généralement de nous inonder avec ce qu’elles auraient fait à notre place. Super.

Entre petites mesquineries et grandes morales, toujours agrémentées d’une bonne dose d’humour, les recommandations de nos « bonnes copines » sont souvent farfelues et, toutes bienveillantes qu’elles soient, parfois difficiles à suivre ! Lilik nous dévoile ainsi une galerie de personnages hauts en couleur et plus ou moins sages dans ce petit guide de conseils plein de malice et de bonne humeur. Une pépite de second degré à consommer sans modération.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Perpète de Patrick Quibel

« Perpète  ! J’ai eu perpète  ! Enfin, c’est lui qui a eu perpète  !… Eh oui, ma dixième en dix ans  ! Senlis, Montauban, Évreux, c’est mon tour de France à moi des condamnations à perpétuité… Tu l’as dit, c’est un vrai record ! Et tout ça, sans dopage ! À propos de dopage, mets une bouteille de champagne au frais  ! »

Bogdan Popescu a été condamné à perpétuité à la suite du réquisitoire du procureur Chatelet. Décidé à prouver son innocence, il s’évade et séquestre son accusateur afin de se confronter à lui. Il découvre alors que la maîtresse du magistrat est la femme avec laquelle il se trouvait le soir de son prétendu crime… mais elle refuse de témoigner ! Dans cette comédie satirique à la Marcel Aymé, patinée d’un humour dansant aux frontières de l’absurde, l’auteur dévoile les coulisses d’une justice parfois discutable et met en lumière l’obscur jeu du paraître.

Avis éditeur : Véritable comédie satirique, « Perpète » nous raconte avec un humour grinçant les jeux du paraître dans le monde de la Justice. Une pièce de théâtre aussi instructive que distrayante.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. 2020 : les bijoux du président de Philippe Rhöve

« (…) Dans quelques jours, Daffy Crump prête à nouveau serment et sa ministre de la Culture (hum hum), Mik Quart-de-Chiant, a menacé notre Premier ministre Benji Ramon d’interdire aux touristes ricains de mettre les pieds au pays du foie gras. Nos services ont pourtant retrouvé les voleurs de ses bijoux, mais elle n’a jamais pardonné le fait qu’on l’ait ligotée à une chaise en sous-vêtements, et foutu la trouille aux miches en 2016.
– Alors quoi ?
Le parrain commanditaire n’a jamais pu être pincé, on l’appelle le “Carlos aux diamants”. Si vous mettez la main dessus on l’envoie direct aux US, ce qui nous évitera probably un incident diplomatique ; ce serait surtout un geste vers cette grande nation recroquevillée sur elle-même depuis quatre ans et qui refuse de verser le moindre dollar pour protéger l’Europe des Russes (ses nouveaux amis), des Chinois, ni même de la péninsule arabique, voire de l’Iran ; que sais-je encore ! »

2020. Cela fait quatre ans que Jean-Luc Mésendonc est au pouvoir en France. Le pays vit des jours paisibles jusqu’au jour où le président des États-Unis, Daffy Crump, menace le tourisme français. La bague en diamants de sa ministre de la Culture, Mik Quart-de-Chiant, a été volée en France. Débute alors une affaire invraisemblable qui mène le commissaire Aldo Sanfilippo et son équipe vers une enquête d’ordre mondial…

C’est d’une plume effrontée et amusante que les premières lignes dévoilent un roman fictionnel aux références fines et parfois impertinentes. Comment va se dérouler cette enquête « géopolitique » rocambolesque ? Une chose est sûre, l’auteur y a glissé de nombreux pastiches de la société actuelle.

Avis éditeur : À la fois comique et surprenant, le roman de Philippe Rhöve nous rappelle à quel point l’actualité de l’année écoulée fut aussi absurde qu’inattendue. C’est dans un style original qu’il réussit l’exercice du pastiche-multiple !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Comment j’ai rencontré l’Empereur d'Alain Gardella

« Mais que contenait donc cette antiquité ?
Sans trembler, je posai mes mains sur le couvercle et le soulevai, d’un coup d’un seul ! Je ressentis alors comme une immense aspiration… D’une puissance… D’une force… Impossible de lutter. Je venais d’être happé par le vide. Tout allait très vite. Je me retrouvai dans le noir absolu.
Voir les murs bouger après trois bouteilles de whisky ferait penser à une nuit dans une nurserie à côté. »

Au détour d’un pari douteux fait lors d’une soirée trop arrosée, le gouailleur Sébastien Perroni se retrouve devant un mystérieux coffret aux propriétés pour le moins singulières : à peine en a-t-il soulevé le couvercle qu’il se retrouve projeté en pleine bataille napoléonienne ! Notre héros désireux de rentrer chez lui n’est pas au bout de ses surprises… car l’Empereur n’est pas loin.

Voyage dans le temps aux atours rocambolesques et narré par un héros attachant à la langue bien pendue, ce récit mêle humour désopilant et sens aigu de la péripétie invraisemblable.

Avis éditeur : De César à Hitler, ce roman retrace les situations ubuesques d’un héros dépassé par les événements. Un vrai divertissement.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

« La petite fille à la balançoire », mon prochain ouvrage, est un roman qui évoque l’enfance perdue et la ruralité ancienne telle que mes ancêtres l’ont vécue ou ressentie, avec une histoire dramatique entre fiction et réalité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L’enfance, la nature d’avant la technologie moderne, les grands auteurs, les personnages atypiques, anonymes, mystiques.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Parmi d’autres : Le grand Meaulnes, Tintin, etc.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Idéaliste, complexe, blessé,…belge, …

5. Quelle est votre citation favorite ?

Devise positive, contrairement à ce qu’on pourrait penser : « Pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer » (Guillaume 1erd’Orange-Nassau).

6. Quel est votre mot préféré ?

Frère,…être (au sens philosophique)

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Matinal, solitaire, un peu comme Amélie N., mais en moins performant.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Crime et châtiment,… entre autres (liste trop longue !).

9. Stylo ou clavier ?

Clavier. Sans ordi, impossible de m’y retrouver et de me relire.

10. Le mot de la fin ?

J’aimerais le connaître.  Si vous insistez : « Et le Verbe s’est fait chair »…et cher !

Avis de l'éditeur

Dans ce troisième opus publié aux Éditions du Panthéon, Jean-Hubert Mabille trace l’épopée d’une héroïne ordinaire et d’une famille anonyme tout au long du XXème siècle. Un roman réaliste et émouvant.

À l'occasion de la Journée Mondiale du livre et du droit d'auteur qui a lieu aujourd'hui, petit rappel sur qui nous sommes aux Éditions du Panthéon.

Aux Éditions du Panthéon, nous avons la certitude que la diffusion d’idées et le partage d’expériences sont une des principales richesses d’une société. Nous souhaitons ainsi donner à chaque auteur une chance de partager son talent, donner une existence autonome et durable à son œuvre.

Créées au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les Éditions du Panthéon ont été relancées en 1992. Fortes de leur histoire, c’est aujourd’hui un éditeur à taille humaine qui a su allier la tradition littéraire aux nouvelles technologies de l’édition du livre, tout en continuant à porter les mêmes valeurs qui font sa force et son intérêt : amour de la littérature, respect de l'auteur, et attachement au livre.

Parce que dans notre maison d'édition, nous sommes curieux et éclectiques, parce que nous avons soif d'apprendre et de découvrir, et parce que chaque texte est pour nous unique, nous consacrons à nos auteurs toute notre attention, de la réception du manuscrit à son impression, de la promotion à la commercialisation de l'ouvrage.

De l’essai au roman, en passant par le recueil de poèmes ou le récit autobiographique, la mission de notre maison d'édition est de permettre à chaque auteur d’être publié, de partager son talent et de pouvoir s’exprimer en toute liberté.

La maison est installée à Paris, depuis sa création, lieu emblématique de la littérature et de l’édition française qui bénéficie d’un rayonnement international.

Les 2 500 livres publiés à ce jour par les Éditions du Panthéon sont représentatifs de la diversité de notre catalogue. Dans sa démarche éditoriale, la maison accorde une importance particulière au respect des valeurs humaines et éthiques, indissociables des préceptes humanistes qui président à tout acte de création littéraire.

<< Découvrez notre catalogue >>

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Fake’tualité est une chronique que je voulais acerbe, un cri de mots écrits ! Plus qu’une chronique c’est en fait une critique de l’indigeste plat médiatique qui nous est servi tous les jours sous la forme d’un journal en continu devenu « Info-tainement » Ou quand l’actualité fait perdre la raison et que l’écrit ancre dans le présent une actualité qui passe.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Très jeune je lisais les livres d’histoires, celle du monde, des grands hommes et des femmes engagées qui ont façonnés notre environnement. L’histoire du monde qui m’entoure pour mieux comprendre d’où je viens et surtout ou je vais…

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Piètre écrivain, effrayé par une orthographe scolaire qui me sanctionnait faute de comprendre le fond de mon expression je me suis interdit d’écrire pendant longtemps. Et j’ai lu ! Tout ce qui me tombait sous la main. Fan de BD et D’Alix je rêvais d’aventures et de monde inconnus alors bizarrement avant de voir ma bibliothèque écrite se remplir de polar et de livres politiques, de récits d’aventuriers et de livres d’histoires, c’est avant tout 2000 BD qui ont fait mon éducation littéraire.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Aventurier / Engagé / Torturé.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Entretenir le passé permet de cultiver le présent et ensemencer l’avenir.

6. Quel est votre mot préféré ?

Voyage.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Mettre ma musique sur Spotify, ma playlist préférée mon café et mon clavier.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

L’écume des joursde Boris Vian.

9. Stylo ou clavier ?

Le stylo noir pour mes dessins et le clavier pour mes écrits.

10. Le mot de la fin ?

Heureux !

Avis de l'éditeur

Doté d’un humour caustique, d’un esprit lucide et d’une plume déjantée, Dominique Simoncini nous offre un essai brillant et ultra sensible.

Après l'Afrique, le Canada et la Belgique, c'est au tour de quelques-uns de nos auteurs suisses d'être à l'honneur sur le Blog des Éditions du Panthéon. Service !

1. Le cadeau des anges de Philippe Billard

« Cela fait maintenant cinq ans…
Cinq années que nous partageons et mélangeons nos vies.
Cinq ans que l’on se dit je t’aime chaque soir avant d’éteindre la lumière, chaque matin avant de partir travailler. JE T’AIME… »

Une rencontre inespérée et voilà la passion qui emporte l’âme dans un tourbillon d’émotions. Les voyages, la vie à deux, les anecdotes qui forment le socle de la vie d’un couple sont ici relatés avec toute la tendresse que suscite le souvenir heureux.

Avis éditeur : Comment résister à la tentation d’aimer ? Philippe Billard nous propose un témoignage empreint de tendresse dans lequel il relate le souvenir heureux d’une rencontre inespérée.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Unicuique Fatum de Jean-Pierre Aymon

« Mika observait les nuages qui s’amoncelaient sur les sommets préalpins du Chablais. La cime de l’Est avait complètement disparu derrière d’imposantes masses blanches et duveteuses, que faisaient briller quelques rayons de soleil isolés. La lourdeur de l’air annonçait depuis quelques heures un orage qui devait rafraîchir l’atmosphère, mais qui ne venait toujours pas.»

Dans une ville paisible du Bas-Valais, en Suisse, le destin frappe la femme de Mika sous la forme d’une maladie incurable. Lorsque la question de l’euthanasie active est soulevée, le drame familial bascule dans un conflit sanglant sur fond d’intrigue policière. Les masques tombent, quête de pouvoir et soif de gloire s’affrontent autour de la femme blessée.

Avis éditeur : Quand la question de l’euthanasie se mêle à une enquête policière, les masques tombent. C’est ce que nous propose de découvrir Jean-Pierre Aymon dans ce roman noir qui se déroule dans la quiétude du Bas-Valais en Suisse.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Pleine Conscience Basée sur la Psychologie Bouddhiste de Marcos De Flores

« La mindfulness est une approche qui est très utilisée aujourd’hui pour soigner et prévenir les rechutes de plusieurs problèmes psychologiques et/ou psychiatriques. Elle permet aussi d’améliorer le bien-être et à mieux gérer le stress .»

La « Mindfulness Based Bouddhist Psychology » (MBBP) est un nouveau protocole intégrant à la fois des exercices de méditation en pleine conscience et des enseignements de la psychologie bouddhiste. L’auteur, psychologue et psychothérapeute TCC, a élaboré le programme MBBP et propose à travers cet ouvrage de nous ouvrir les portes de cette pratique méditative encore méconnue.

Avis éditeur : Dans cet ouvrage innovant, Marcos De Flores nous propose des exercices et des métaphores éclairantes afin de nous faire découvrir une pratique méditative peu connue, la « Pleine Conscience Basée sur la Psychologie Bouddhiste ».

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Légitimité, beauté et force de l’adolescence de Susan Jane Broda Tamburi

« Comment gérer un adolescent est un problème toujours actuel. Le monde change, les comportements évoluent mais le passage de l’enfance au monde adulte est une situation pérenne. Nos enfants passent tous par une étape de leur vie qui est critique et tout parent est, un jour ou l’autre, confronté à la gestion de ce grand malaise appelé «  adolescence  ». »

Étape obligée entre l’enfance et le monde adulte, l’adolescence est la riche et attendrissante matière de cet essai. L’auteur propose d’en comprendre les mécanismes pour non seulement interpréter avec justesse les comportements mais aussi mettre en valeur cette période charnière souvent difficile à appréhender.

Avis éditeur : Véritable guide pour les parents qui souhaitent accompagner leur enfant dans cette étape charnière qu'est l'adolescence, cet essai livre une approche simple pour en comprendre les mécanismes. Pédagogique et instructif.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

5. La fugue de Harald Bredlow

« Achille, Hector, Ulysse et son cheval truqué. Bien sûr, tu connais le reportage de guerre d’Homère avec son background érotique. Mais sais-tu que le cheval de Troie existe toujours ? Il mesure quinze mètres de haut avec un escalier pour y grimper et des fenêtres pour regarder dehors. Évidemment, ce n’est plus celui d’Ulysse  »

Quatre nouvelles, quatre séries de portraits aussi divers que loufoques : deux amis partent sur les traces d’un jeune couple fugueur ; un clochard gagne au jeu et, tel un Gatsby des bas-fonds, invite tous les marginaux à une fête grandiose ; des policiers retraités retrouvent le sel de leur grande époque en planifiant un hold-up. Et en guise d’inattendue conclusion, un médecin engagé par une plantureuse diva part à l’assaut de l’Alaska…
Voyager, rire, s’évader, la riche promesse de ce recueil est tenue par un auteur au meilleur de sa plume.

Avis éditeur : Harald Bredlow, auteur prolifique, décrit dans « La fugue » quatre séries de portraits qui nous invitent au voyage et à l’évasion, non sans une bonne dose d’humour. Réjouissant !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

Vous avez terminé la rédaction de votre manuscrit ? C'est le moment de vous focaliser sur sa présentation et notamment sur sa couverture, premier contact du lecteur avec votre livre. Voici quelques points auxquels il faut être attentif.

Une couverture doit être lisible

Certains points clés sont primordiaux pour la réalisation d'une couverture. Le titre de votre livre en fait partie : généralement au centre de l'oeuvre, il doit être parfaitement lisible. Le nom de l’auteur et celui de l’éditeur figurent également à ses côtés. Votre couverture est l'argument le plus immédiat dont vous disposez : elle doit donner envie en lecteur, ce qui nécessite qu'elle soit être aérée et crédible. Le mot d'ordre : simple et efficace. Attention aux polices fantaisistes ou aux couleurs trop vives. Le thème de votre roman doit être facilement identifiable à travers ces deux aspects, ainsi que dans le choix de l’illustration. Vous pouvez varier la taille de la police pour laisser respirer votre couverture.

Une couverture doit être pertinente

Une couverture doit avant tout délivrer un message, faire passer un ressenti, une émotion. Il est donc fondamental d'être en accord avec le propos du livre. Selon les genres littéraires, on remarque également des codes qu'il est important de s'approprier. Par exemple, si vous avez écrit une romance, il faudra vous diriger vers des couleurs chaudes ou pastels et des typographies plus rondes et féminines. Idem pour la science-fiction où l'illustration est largement majoritaire. Cependant, si vous êtes l'auteur d'un essai, il vaudra mieux vous tourner vers un design épuré qui fera plus sérieux.

Une couverture doit être professionnelle

Si tel est votre souhait, vous pouvez tout à fait réaliser vous-même votre propre couverture. Si vous avez des talents de graphiste ou de dessinateur, cela sera sûrement l'option la plus adapté à votre cas. Dans le cas contraire, n’oubliez pas qu'une couverture amenée à être publiée doit revêtir un aspect professionnel : une impression négligée pourrait faire fuir vos futurs lecteurs, qui préféreront un livre avec un aspect plus soigné. S'entourer de professionnels, c'est l'assurance de regards extérieurs. Or, il est primordial de réussir à se détacher du propos et à sortir de ses idées préconcues pour toucher un maximum de lecteurs.

Demandez des avis extérieurs

N’hésitez pas à faire plusieurs essais de design de couverture et à demander l’avis de votre entourage. Si vous disposez d’un blog auteur, vous pouvez également lancer un jeu-concours : vos abonnés (qui sont aussi vos futurs lecteurs potentiels) votent pour la couverture qui leur plaît le plus et un heureux lecteur tiré au sort gagne un exemplaire gratuit de votre premier livre ! D’une part, vous réaliserez une couverture au plus proche des attentes de vos lecteurs ; d’autre part, vous donnerez l’impression à ces derniers de les intégrer dans votre projet d’écriture, ce qui est un atout considérable pour les fidéliser.

Sources : iggybook, monBestSeller, Publishroom, Librinova,

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon premier livre «une partie de ma vie» est une succession de période de ma vie où j’ai vécu et dû affronter des épreuves difficiles comme d’autres. J’ai cherché au plus profond de moi, le moyen d’avancer et de positiver…

Les textes que j’ai écrits sont tirés de cette force que je ressens et qui m’a relevé à chaque fois. Nous avons tous la possibilité d’avancer si nous croyons profondément en nous.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations me viennent simplement à partir d’un mot auquel, je pense. Dès que celui-ci est posé sur une feuille, le reste vient tout seul de l’intérieur.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le petit princede Saint Exupéry.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Ne jamais abandonner !!!

5. Quelle est votre citation favorite ?

Donne sincèrement avec ton cœur et tu recevras…

6. Quel est votre mot préféré ?

L’espoir !!!

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Mon rituel d’écriture est un peu mon exutoire. Il permet de m’alléger car j’ai besoin d’écrire ce que je ressens. Les mots me viennent sans réfléchir car ils proviennent de l’intérieur…

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le petit princede Saint Exupéry.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux. Mais il m’arrive d’écrire parfois au stylo.

10. Le mot de la fin ?

Ce premier livre comprend des textes profonds, sincères et lumineux qui ouvrent une fenêtre vers l’espoir …Si tu crois en toi, avance et n’abandonne jamais!!!

Je suis en train de terminer l’écriture du second. Ce deuxième opus comportera des textes sur les trois dernières années que nous venons tous de vivre…

AVIS ÉDITEUR : 

Avec beaucoup de justesse, Éric Vallet propose au travers de son recueil une poésie lumineuse porteuse de valeurs. Au fil des pages, l’espoir devient croissant et la sérénité s’installe.