Entretiens

Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Un ouvrier déprimé par le départ de sa femme, un sans-abri bohème et son petit chien, une jeune orpheline trop souvent punie : rien ne semblait pouvoir lier un jour ces trois personnages et pourtant, l'existence prend parfois d'étranges virages... C'est un roman plein de tendresse et d'émotion qui célèbre avec une poignante douceur le hasard et les miracles de la vie.

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Pierre Bellemare. Quand il racontait ses histoires, il nous les faisait vivre. Cela m'a donné envie de créer mes propres personnages et de les faire se rencontrer.

Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Les Quatre Filles du docteur March, de Louisa May Alcott.

Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Sincère, réfléchie, passionnée.

Quelle est votre citation favorite ?

« Vivre sans espoir c'est cesser de vivre », de Fiodor Dostoïevski.

Quel est votre mot préféré ?

Espoir.

Stylo ou clavier ?

Stylo.

Le mot de la fin ?

Persévérer.

AVIS EDITEUR : Quel peut être le lien entre trois personnages que rien ne semblait réunir ? Marie Paviot nous propose de partir à la découverte des heureux hasards de la vie dans ce roman d’une grande douceur.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Il s’agit d’un témoignage, de mon histoire avec la Gendarmerie. La grande muette.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mon inspiration, c’est ma dignité, car celle-ci a été plus que bafouée.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Aucun.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Opiniâtre, injustice, juste.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Ce sont nos choix qui dirigent notre vie et non l’inverse.

6. Quel est votre mot préféré ?

Injustice.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Le soir.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Un bon polar.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

Posez-vous la question, comment est-ce possible, qu’à l’aube du siècle, on puisse agir de la sorte.

AVIS EDITEUR : Un témoignage puissant dans lequel l'auteur, en colère contre l'injustice d'un système, n'hésite pas à dénoncer les dysfonctionnements de la Gendarmerie, cette institution militaire qui parfois se révèle être une véritable machine à broyer.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

« Pierrot Le SDF » inspiré d'une histoire réelle. Il y a 40 ans, un SDF vivait à Paris, près de l'église Alésia. Je discutais souvent avec lui et son aventure m'avait appris qu'il fallait toujours s'accrocher à la vie même quand elle basculait.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Des maraudes réalisées en plein hiver avec la Croix Rouge, le bénévolat pour l’association La Cimade et les encouragements de mon fils Kamel (co-auteur).

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

« Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera » d’Alain Peyrefitte.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Communication. Partage. Vivre-ensemble.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd'hui » De Michel de Montaigne.

6. Quel est votre mot préféré ?

Tolérance.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Bien installé sous un arbre, nageant dans le silence et une tasse de thé à la menthe à portée de main.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le jour où l'Afrique se réveillera, le sens de l'immigration s'inversera.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

Vaut mieux être un SDF dans certains pays pauvres d'Afrique que dans certains pays riches d'Europe où le verbe partager ne se conjugue plus au présent.

AVIS EDITEUR : Un récit touchant écrit à quatre mains entre le père et le fils, d'où se dégage une analyse lucide mais remplie d'espoir sur la société actuelle et sur le monde professionnel.

Découvrez également les ouvrages précédents de

Bachir Habiballah

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

J’ai écrit « L’élitisme à la française » suite à ma première année en tant qu’enseignante dans un des établissements les plus durs de France en Seine Saint Denis. J’avais envie dans un premier temps, de partager mon vécu en école préparatoire et surtout de parler des codes qu’il faut avoir pour suivre les voies les plus élitistes en France. Au travers du personnage principal Alice, je souhaitais montrer la souffrance des jeunes étudiants face à la difficulté d’apprendre à apprendre et face à la pression sociale et familiale. Je souhaitais dans un second temps, dénoncer l’inégalité en France face à la culture, la littérature ainsi qu’aux études supérieures. Parler du déterminisme social en France que j’ai connu étudiante et que je vois aujourd’hui en tant qu’enseignante m’a permis de livrer sur papier tout mon désarroi et ma souffrance que je vis au quotidien.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations sont les auteurs classiques de mon enfance comme Victor Hugo, Romain Gary, Stendhal...

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le livre qui m’a donné envie d’écrire est « La promesse de l’aube » de Romain Gary.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

En trois mots je suis expressive, sportive et fière.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Ma citation favorite est « Le plaisir se ramasse, la joie se cueille, et le bonheur se cultive », de Bouddha.

6. Quel est votre mot préféré ?

Mon mot préféré est « chouette » parce qu’il ne faut pas avoir peur de dire que c’est « chouette » ce que l’on voit, fait ou partage.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Mon rituel d’écriture c’est le matin très tôt alors que tout le monde dort encore.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le livre que j’aurai aimé écrire « Le rouge et le noir », de Stendhal.

9. Stylo ou clavier ?

J’écris toujours au stylo dans un cahier les petits détails importants et au clavier pour ce qui est du manuscrit.

10. Le mot de la fin ?

Le mot de la fin « Ecrire c’est aussi de ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit », Marguerite Duras.

AVIS EDITEUR : Alors que de nombreux lycéens se préparent à affiner leurs choix sur la plateforme ParcoursSup, cet ouvrage nous alerte sur les aléas et aventures qui peuvent découler d'une scolarité en classe prépa, surtout quand celle-ci se déroule loin des siens. Fort instructif et d'actualité.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C'est un recueil de poèmes écrit spontanément et avec simplicité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Ma famille ; c'est seulement par simplicité des mots que j'ai écrit ces poèmes.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Mes deux récits Mémoires d'une mèreet On n'a plus le temps.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Simplicité, spontanéité, émotions.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Qu'une vie est heureuse quand elle commence par l'amour et finit par l'ambition.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Dix poèmes par jour environ.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Un roman policier.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

10. Le mot de la fin ?

Je remercie les Éditions du Panthéon de leur confiance renouvelée ainsi que les lecteurs qui pourront, je pense, se reconnaitre à travers certains de mes poèmes.

AVIS EDITEUR : Dans « Mon cœur, ma vie, c'est mon histoire », Véronique Rigoulet nous offre une poésie émouvante et universelle, servie par des vers courts et rythmés empreints d’une délicate simplicité.

Découvrez également l'ouvrage précédent de Véronique Rigoulet

AVIS EDITEUR : Dans ce témoignage poétique, Véronique Rigoulet dévoile avec une authenticité désarmante le chemin qu’elle a emprunté pour surmonter son deuil. Un récit à la fois touchant et émouvant.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est l’histoire de mon parcours avec un regard sur la société pendant tout mon parcours. J’ai été paralysé fortement à l’âge de 6 mois et, grâce à maman et ma volonté j’ai été journaliste, photographe, Secrétaire du Comité d’Entreprise et Groupe de Generali Assurances (+ de 6000 salariés), joueur de Rugby, j’ai eu des chevaux qui ont couru à Vincennes (un rêve avec peu d’argent), entre autres. Raconté sous forme d’anecdotes pour être plus vivant avec une certaine dose d’humour.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L’amour de la vie et beaucoup de personnages aimant l’amour de la vie, comme Charles Aznavour par exemple.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le vieil homme et la mer, d’Ernest Miller Hemingway.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Volonté, persévérance et amour de la vie.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Il y a toujours plus malheureux que nous.

6. Quel est votre mot préféré ?

La vie.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

L'inspiration devant le monde.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le deuxième que je suis en train d’écrire.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

L’éternité.

AVIS EDITEUR : Un ouvrage bouleversant et plein d'espoir dans lequel François Zeugin nous raconte son combat face au handicap et les ressorts de sa résilience.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

L’Écologie radicale expliquée à ma belle-mère est un essai politique écrit sous la forme d’un long dialogue entre un homme plutôt jeune et ses beaux-parents sur la question de la crise écologique, que nos sociétés commencent à peine à affronter. D’où vient-elle ? Quelles seront ses conséquences probables ? Et surtout, comment peut-on espérer y faire face ? Le livre traite en particulier du Système technicien auquel se conforment actuellement presque toutes les sociétés du monde. Il présente le courant de l’écologie dite radicale ou profonde, c’est-à-dire qui considère que nous ne résoudrons aucun de nos problèmes sans sortir complètement de ce Système.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Le livre plonge ses racines chez beaucoup de philosophes ou de penseurs de la technique et de l’écologie radicale, même si tous ne revendiqueraient pas ce terme : Martin Heidegger, Hans Jonas, Jacques Ellul, Arne Næss, Günther Anders, Bernard Charbonneau, et tant d’autres… Mais il s’inspire aussi de la pensée d’auteurs de fiction, comme JRR Tolkien, auquel le livre est dédicacé.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Ce n’est pas un livre qui m’a donné envie d’écrire, mais la situation du monde actuel, qui m’est une souffrance sans fin. Chaque hectare de forêt qui brûle, chaque nouvelle espèce qui disparaît, chaque morceau de plastique balancé dans les océans, chaque dixième de degré en plus pour notre planète me donnent envie de hurler. À défaut de pouvoir le faire sans cesse, j’écris.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Lucide, inquiet, déterminé.

5. Quelle est votre citation favorite ?

J’en ai beaucoup ! Et j’aurais bien du mal à en mettre une au-dessus de toutes les autres, d’autant plus que ça change avec le temps. Si, en ce moment, je devais n’en choisir qu’une, ce serait probablement une devise de Guillaume le Taciturne : « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »

6. Quel est votre mot préféré ?

« Amour » pour le signifié. Pour le signifiant, c’est plus dur. Peut-être « inexorable », « adolescence » ou « thaumaturge ».

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Sur le bon et sage conseil d’une amie, elle-même éditrice, auteur et journaliste, j’essaye de travailler à la manière d’un moine : à heures fixes, selon un agenda quotidien et hebdomadaire le plus strict et régulier possible. Je ne dis pas que j’y arrive absolument tout le temps.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Là aussi, difficile de choisir. Peut-être Cahier de verdure, de Philippe Jaccottet. De la poésie, en tout cas, ou de la prose poétique.

9. Stylo ou clavier ?

Pour des raisons pratiques, j’écris presque tout au clavier. De nos jours, même les copies de bac sont dématérialisées et corrigées sur ordinateur… Mais je le déplore. Je regrette vraiment le temps où j’écrivais tout à la main : mes poèmes, mes premières traductions de Tolkien, mes notes pour des essais politiques… D’ailleurs, pour ce à quoi je tiens vraiment, je reviens à l’encre : mon journal intime, par exemple, n’est même pas écrit au stylo, mais à la plume.

10. Le mot de la fin ?

Le mot de la fin, j’ai bien peur que notre civilisation ne l’écrive pour la nature et la vie telles que nous les connaissons. C’est pour éviter cela que je me bats, par l’écriture mais aussi dans les autres aspects de ma vie ; avec, pour reprendre le mot de Gramsci, « pessimisme de la raison, optimisme de la volonté. »

Avis éditeur : À la fois complet et synthétique, cet ouvrage présente le mouvement complexe de l’écologie radicale. Pédagogue et amusant, il saura séduire les écolo-sceptiques !

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Métaphore d’une existence humaine opérant dans un contexte tout à fait particulier, les événements de Une étrange aventure se déroulent dans une île imaginaire de l’archipel des Caraïbes, mais ils pourraient très bien se passer dans n’importe quel pays qui subirait les mêmes revers. L’histoire du récit se développe autour de la ferme résolution d’un médecin, d’origine française, qui décide de mettre au service de son pays natal, ravagé par la violence inattendue de la nature et par l’inaptitude fautive de ses gouvernants, ses énergies morales et professionnelles pour contribuer à lui redonner l’espoir d’un possible rétablissement du bonheur perdu. La réalité objective de l’échec partiel de sa périlleuse entreprise n’enlève en rien à la haute valeur de sa tentative audacieuse. C’est une histoire fantastique, dont le contenu n’est pourtant pas hors du possible et du réel, car, comme l’écrit Tzvetan Todorov, dans son Introduction à la littérature fantastique, si, « à la fin de l’histoire, le lecteur décide que les lois de la réalité demeurent intactes et permettent d’expliquer les phénomènes décrits, nous disons que l’œuvre relève d’un autre genre : l’étrange ».

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La réalité et mon imagination.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je ne sais pas vous répondre.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Personnalité double : réaliste et imaginaire.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Il ne faut pas badiner avec l’amour.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amitié.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Cela dépend des circonstances : en général une demi-page par jour.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je n’y ai encore pensé.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

AVIS EDITEUR : Dans ce roman d'aventures caraïbéennes, Giorgio De Piaggi présente les dilemmes d'un homme entre ses fonctions de médecin et de politicien. Que faire en effet face à une nature parfois violente et une classe dirigeante souvent incompétente ?

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Nous sommes en 2037, la révolution alimentaire a eu lieu et il est recommandé et même imposé de faire partie, comme la majorité de la population, des obèses. Quelques individus refusent de suivre ce diktat et leur rébellion contre la norme pondérale les conduira parfois jusqu’à la mort.

Ce monde, qu’en tant qu’endocrinologue et nutritionniste, je vois s’esquisser depuis 30 ans est en train de se dessiner de plus en plus clairement, avec ses intolérances, ses normes, sa déshumanisation.

Comme Frankenstein prit peur devant le monstre qu’il avait créé, je m’effraie parfois de ce qui est écrit dans ce roman car la fiction est en train de devenir réalité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes patients, les romans.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Peut-être « Jane Eyre » de Charlotte Brontë pour la plongée dans ce 19èmesiècle impitoyable envers les femmes, pour les descriptions d’une nature sauvage et pour cette magnifique histoire d’amour inconditionnel malgré la différence d’âge, les conventions sociales, les haines.

Mais avant, c’est la Comtesse de Ségur, merveilleuse conteuse et enchanteresse de mes années d’enfant.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Empathique, déterminée, curieuse.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (proverbe arabe).

6. Quel est votre mot préféré ?

Délicatesse.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Le matin très tôt, vers 6h, jusqu’à midi.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« La promesse de l’aube » de Romain Gary. Pour son émotion, sa poésie.

9. Stylo ou clavier ?

D’abord stylo puis clavier.

10. Le mot de la fin ?

15 années d’écriture avant d’être publiée. Un bonheur de rencontrer ses lecteurs et de recevoir leurs impressions, leurs critiques.

Un nouveau regard des patients envers leur médecin, souvent étonné, curieux, parfois indifférent, un encouragement pour continuer.

Avis éditeur : Dans un un monde futur, devenu totalitaire, où refuser la norme peut conduire à la mort, Catherine Claveries renverse le concept de minceur souhaitée en obésité forcée. Un roman d’anticipation singulier qui donne à réfléchir.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est une relecture de ma vie à la lumière de ma croyance en l’intervention de la Providence en tous lieux et à toutes les étapes de mon existence.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La Bible, la théologie, l’histoire, les réflexions de grandes figures spirituelles.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Les Mémoires d’Outre Tombe, de Chateaubriand.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Chrétien, malouin, français et européen.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Cherchez et vous trouverez.

6. Quel est votre mot préféré ?

Espérance.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Recherche d’un fil conducteur, recherche des différents thèmes liés à ce fil conducteur, écriture chaque jour au fil de l’inspiration, regroupement des idées, élagage, relecture ligne à ligne.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le Génie du christianisme du 21 ème siècle

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

Alleluia.

Avis éditeur : "Notre destinée est-elle principalement l’effet du hasard, de la volonté et de l’action humaine, ou le fruit de l’intervention de la divine Providence ?" Telle est la question à laquelle Alain Tuloup se propose de répondre dans une relecture de sa vie personnelle avec les yeux de la foi.