Entretiens

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est l’histoire de mon parcours avec un regard sur la société pendant tout mon parcours. J’ai été paralysé fortement à l’âge de 6 mois et, grâce à maman et ma volonté j’ai été journaliste, photographe, Secrétaire du Comité d’Entreprise et Groupe de Generali Assurances (+ de 6000 salariés), joueur de Rugby, j’ai eu des chevaux qui ont couru à Vincennes (un rêve avec peu d’argent), entre autres. Raconté sous forme d’anecdotes pour être plus vivant avec une certaine dose d’humour.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L’amour de la vie et beaucoup de personnages aimant l’amour de la vie, comme Charles Aznavour par exemple.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le vieil homme et la mer, d’Ernest Miller Hemingway.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Volonté, persévérance et amour de la vie.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Il y a toujours plus malheureux que nous.

6. Quel est votre mot préféré ?

La vie.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

L'inspiration devant le monde.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le deuxième que je suis en train d’écrire.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

L’éternité.

AVIS EDITEUR : Un ouvrage bouleversant et plein d'espoir dans lequel François Zeugin nous raconte son combat face au handicap et les ressorts de sa résilience.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

L’Écologie radicale expliquée à ma belle-mère est un essai politique écrit sous la forme d’un long dialogue entre un homme plutôt jeune et ses beaux-parents sur la question de la crise écologique, que nos sociétés commencent à peine à affronter. D’où vient-elle ? Quelles seront ses conséquences probables ? Et surtout, comment peut-on espérer y faire face ? Le livre traite en particulier du Système technicien auquel se conforment actuellement presque toutes les sociétés du monde. Il présente le courant de l’écologie dite radicale ou profonde, c’est-à-dire qui considère que nous ne résoudrons aucun de nos problèmes sans sortir complètement de ce Système.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Le livre plonge ses racines chez beaucoup de philosophes ou de penseurs de la technique et de l’écologie radicale, même si tous ne revendiqueraient pas ce terme : Martin Heidegger, Hans Jonas, Jacques Ellul, Arne Næss, Günther Anders, Bernard Charbonneau, et tant d’autres… Mais il s’inspire aussi de la pensée d’auteurs de fiction, comme JRR Tolkien, auquel le livre est dédicacé.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Ce n’est pas un livre qui m’a donné envie d’écrire, mais la situation du monde actuel, qui m’est une souffrance sans fin. Chaque hectare de forêt qui brûle, chaque nouvelle espèce qui disparaît, chaque morceau de plastique balancé dans les océans, chaque dixième de degré en plus pour notre planète me donnent envie de hurler. À défaut de pouvoir le faire sans cesse, j’écris.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Lucide, inquiet, déterminé.

5. Quelle est votre citation favorite ?

J’en ai beaucoup ! Et j’aurais bien du mal à en mettre une au-dessus de toutes les autres, d’autant plus que ça change avec le temps. Si, en ce moment, je devais n’en choisir qu’une, ce serait probablement une devise de Guillaume le Taciturne : « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »

6. Quel est votre mot préféré ?

« Amour » pour le signifié. Pour le signifiant, c’est plus dur. Peut-être « inexorable », « adolescence » ou « thaumaturge ».

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Sur le bon et sage conseil d’une amie, elle-même éditrice, auteur et journaliste, j’essaye de travailler à la manière d’un moine : à heures fixes, selon un agenda quotidien et hebdomadaire le plus strict et régulier possible. Je ne dis pas que j’y arrive absolument tout le temps.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Là aussi, difficile de choisir. Peut-être Cahier de verdure, de Philippe Jaccottet. De la poésie, en tout cas, ou de la prose poétique.

9. Stylo ou clavier ?

Pour des raisons pratiques, j’écris presque tout au clavier. De nos jours, même les copies de bac sont dématérialisées et corrigées sur ordinateur… Mais je le déplore. Je regrette vraiment le temps où j’écrivais tout à la main : mes poèmes, mes premières traductions de Tolkien, mes notes pour des essais politiques… D’ailleurs, pour ce à quoi je tiens vraiment, je reviens à l’encre : mon journal intime, par exemple, n’est même pas écrit au stylo, mais à la plume.

10. Le mot de la fin ?

Le mot de la fin, j’ai bien peur que notre civilisation ne l’écrive pour la nature et la vie telles que nous les connaissons. C’est pour éviter cela que je me bats, par l’écriture mais aussi dans les autres aspects de ma vie ; avec, pour reprendre le mot de Gramsci, « pessimisme de la raison, optimisme de la volonté. »

Avis éditeur : À la fois complet et synthétique, cet ouvrage présente le mouvement complexe de l’écologie radicale. Pédagogue et amusant, il saura séduire les écolo-sceptiques !

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Métaphore d’une existence humaine opérant dans un contexte tout à fait particulier, les événements de Une étrange aventure se déroulent dans une île imaginaire de l’archipel des Caraïbes, mais ils pourraient très bien se passer dans n’importe quel pays qui subirait les mêmes revers. L’histoire du récit se développe autour de la ferme résolution d’un médecin, d’origine française, qui décide de mettre au service de son pays natal, ravagé par la violence inattendue de la nature et par l’inaptitude fautive de ses gouvernants, ses énergies morales et professionnelles pour contribuer à lui redonner l’espoir d’un possible rétablissement du bonheur perdu. La réalité objective de l’échec partiel de sa périlleuse entreprise n’enlève en rien à la haute valeur de sa tentative audacieuse. C’est une histoire fantastique, dont le contenu n’est pourtant pas hors du possible et du réel, car, comme l’écrit Tzvetan Todorov, dans son Introduction à la littérature fantastique, si, « à la fin de l’histoire, le lecteur décide que les lois de la réalité demeurent intactes et permettent d’expliquer les phénomènes décrits, nous disons que l’œuvre relève d’un autre genre : l’étrange ».

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La réalité et mon imagination.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je ne sais pas vous répondre.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Personnalité double : réaliste et imaginaire.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Il ne faut pas badiner avec l’amour.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amitié.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Cela dépend des circonstances : en général une demi-page par jour.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je n’y ai encore pensé.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

AVIS EDITEUR : Dans ce roman d'aventures caraïbéennes, Giorgio De Piaggi présente les dilemmes d'un homme entre ses fonctions de médecin et de politicien. Que faire en effet face à une nature parfois violente et une classe dirigeante souvent incompétente ?

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Nous sommes en 2037, la révolution alimentaire a eu lieu et il est recommandé et même imposé de faire partie, comme la majorité de la population, des obèses. Quelques individus refusent de suivre ce diktat et leur rébellion contre la norme pondérale les conduira parfois jusqu’à la mort.

Ce monde, qu’en tant qu’endocrinologue et nutritionniste, je vois s’esquisser depuis 30 ans est en train de se dessiner de plus en plus clairement, avec ses intolérances, ses normes, sa déshumanisation.

Comme Frankenstein prit peur devant le monstre qu’il avait créé, je m’effraie parfois de ce qui est écrit dans ce roman car la fiction est en train de devenir réalité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes patients, les romans.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Peut-être « Jane Eyre » de Charlotte Brontë pour la plongée dans ce 19èmesiècle impitoyable envers les femmes, pour les descriptions d’une nature sauvage et pour cette magnifique histoire d’amour inconditionnel malgré la différence d’âge, les conventions sociales, les haines.

Mais avant, c’est la Comtesse de Ségur, merveilleuse conteuse et enchanteresse de mes années d’enfant.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Empathique, déterminée, curieuse.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (proverbe arabe).

6. Quel est votre mot préféré ?

Délicatesse.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Le matin très tôt, vers 6h, jusqu’à midi.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« La promesse de l’aube » de Romain Gary. Pour son émotion, sa poésie.

9. Stylo ou clavier ?

D’abord stylo puis clavier.

10. Le mot de la fin ?

15 années d’écriture avant d’être publiée. Un bonheur de rencontrer ses lecteurs et de recevoir leurs impressions, leurs critiques.

Un nouveau regard des patients envers leur médecin, souvent étonné, curieux, parfois indifférent, un encouragement pour continuer.

Avis éditeur : Dans un un monde futur, devenu totalitaire, où refuser la norme peut conduire à la mort, Catherine Claveries renverse le concept de minceur souhaitée en obésité forcée. Un roman d’anticipation singulier qui donne à réfléchir.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est une relecture de ma vie à la lumière de ma croyance en l’intervention de la Providence en tous lieux et à toutes les étapes de mon existence.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La Bible, la théologie, l’histoire, les réflexions de grandes figures spirituelles.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Les Mémoires d’Outre Tombe, de Chateaubriand.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Chrétien, malouin, français et européen.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Cherchez et vous trouverez.

6. Quel est votre mot préféré ?

Espérance.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Recherche d’un fil conducteur, recherche des différents thèmes liés à ce fil conducteur, écriture chaque jour au fil de l’inspiration, regroupement des idées, élagage, relecture ligne à ligne.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le Génie du christianisme du 21 ème siècle

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

Alleluia.

Avis éditeur : "Notre destinée est-elle principalement l’effet du hasard, de la volonté et de l’action humaine, ou le fruit de l’intervention de la divine Providence ?" Telle est la question à laquelle Alain Tuloup se propose de répondre dans une relecture de sa vie personnelle avec les yeux de la foi.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Le livre, contenant 744 pages, du genre Essai, paru le 27 juillet 2018, est une étude précise et documentée qui revient sur les inégalités subies par les femmes, les filles et les jeunes filles. Ce livre présente un état des lieux de la situation de l’inégalité femme homme aujourd’hui. Il met en évidence le féminisme d’un point de vue général, partant de la création de l’humanité à nos jours et traite également du Droit, de l’Égalité, de la Discrimination, des Violences faites aux femmes, aux filles et aux jeunes filles. Bien que dénonçant les faits observés, le livre place sans tabou un diagnostic détaillé de nos sociétés, relève certaines incohérences des textes fondamentaux aux lois adoptées et, donne par-dessus tout des solutions pratiques qui demandent beaucoup de courage et d’audace pour amener nos sociétés vers cette égalité tant recherchée qui nous conduira vers un monde plus rasséréné et prospère. Il se focalise sur l’Afrique et met en évidence un cas pratique : l’exemple du Gabon. A travers cet exemple il est mis en lumière l’évolution de l’Objectif 5 du Développement Durable, promouvant l’égalité entre les sexes, énoncé au Sommet sur le Développement Durable de l’ONU en septembre 2015. Ce livre invite à réfléchir et dévoile, sans tabou, les résultats de ma recherche systématique servie par des paramètres rigoureux. Il importe de relever que « la revendication de l’égalité femme- homme n’est pas assimilable à un conflit homme- femme ». Au contraire, la revendication ici « doit résulter non seulement de l’engagement des femmes mais aussi de celui des hommes dans une solidarité bien comprise de leurs intérêts communs. »

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

De prime abord ma vie au quotidien reste une source d’inspiration, sans omettre celle de mes proches. Pour moi, écrire c’est faire passer un message à partir de l’expérience vécue. Mes autres sources peuvent partir des livres ou magazines lus, d’un enseignement reçu, d’une phrase, d’un fait observé, d’un proverbe, d’une cause, d’un documentaire suivi ou d’une histoire vécue, d’une situation préoccupante comme celle de l’Égalité Femme Homme à tous les niveaux. Pour la rédaction du livre : «L’évolution des droits des femmes et leur engagement vers une égalité réelle : le cas du Gabon», les faits de société m’ont inspirés, notamment le mariage forcé ou précoce (le manque de libre arbitre dans le choix du futur époux), le poids de la coutume archaïque qui ne valorise pas l’humain, l’amour de la facilité, l’essor du concubinage, l’abandon scolaire, le manque de confiance des femmes, la spoliation des veuves et des orphelins, le manque de considération des femmes mariées…les inégalités toujours croissantes, l’ignorance des droits ! Ce qui m’amène à énoncer que « la méconnaissance des droits est un frein pour tout épanouissement. Elle conduit à des conséquences irréversibles ».

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

« Learn Corean ». En effet, cet exemple m’a inspirée à faire de même pour ma langue maternelle qui n’avait aucun support « papier ». Je me suis donc lancée dans l’écriture de la langue téké pour la rendre disponible autrement : « Didacticiel de la langue téké- TIGA LA TÈGUÈ/ PARLE LE TÉKÉ ». C’est aussi une manière pour moi d’en laisser une trace écrite et de la transmettre aux autres. Ainsi, l’envie d’écrire s’est installée…depuis, je n’arrête plus !

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Humaniste, déterminée et libre. Faire preuve d’humanisme devrait être le leitmotiv de tout être pensant. La détermination dans les actions à mener et la liberté de penser, d’écrire et d’agir sont nécessaires pour tout simplement faire avancer les choses et être ! Cependant, il ne faut pas faire de cette liberté un prétexte pour vivre dans le désordre et le non-respect de la dignité de l’autre et des valeurs humaines.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Ni haine, ni peur, c’est là notre victoire. » - Albert CAMUS.
C’est une citation que j’apprécie beaucoup. C’est un appel à la tolérance, à bâtir la confiance, à promouvoir le dialogue et à construire des ponts entre les humains. Il importe pour moi d’éteindre les feux de la haine sous quelle que forme que ce soit. Et j’ai choisi l’écriture pour faire ma part. Chacun-e devrait vouloir et pouvoir faire sa part. La haine est le plus souvent sustentée par la peur de l’autre. Ainsi, éviter la haine, c’est en quelque sorte annihiler la peur. L’assurance s’installe, la paix intérieure est préservée, l’harmonie s’invite et c’est là notre victoire !

6. Quel est votre mot préféré ?

L’engagement !

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n’ai pas de rituel en tant que tel. C’est généralement par inspiration. Quand je suis inspirée j’écris, peu importe le sujet, le lieu, le temps. Une idée me traverse l’esprit, devant la télé par exemple, j’écris ! Je peux commencer en un instant « T » et poursuivre dans la nuit ou de préférence au petit matin, ou quelques jours après.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Quand certain-e-s pensent aux livres déjà lus, moi je pense à ceux qui auraient pu exister, à l’instar d’un titre qui me taraude toujours l’esprit et que je souhaiterais léguer : « Un guide pour la vie en toute quiétude. » Certainement que je le ferai un jour !

9. Stylo ou clavier ?

Je suis les deux, certes, mais sans omettre le crayon à papier. Je commence toujours par écrire mes pensées sur un papier, en me servant d’un stylo ou d’un crayon à papier. Puis intervient le clavier pour tout rassembler, saisir et donner une suite !

10. Le mot de la fin ?

Ne pas avoir peur de dire ce qui est droit et juste !
Poursuivre et préserver la PAIX en promouvant le respect des valeurs humaines et familiales, la dignité de toutes et de tous et l’Egalité Femme Homme (EFH) : tels sont les gages d’un monde plus humain et plus rasséréné !

Avis éditeur : Toujours d’actualité, cette étude précise et documentée revient sur les inégalités subies par les femmes. Une mise au point salutaire.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

L’histoire d’un personnage en apparence banale qui vit plusieurs vies en parallèle entre ombre et nuit, dans lesquelles le bien et le mal jouent sous tous les visages qu’ils prennent dans l’actualité banalisée du quotidien, qui ne permet pas de déterminer leurs frontières dans une analyse superficielle.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Les observations quotidiennes dans mon expérience professionnelle et la lecture unidirectionnelle et superficielle des médias de l’immédiat sans recul.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Les Âmes mortes de Gogol.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Un esprit libre, non formatable par quelque parti, religion, association ou allégeance, mais épris de spiritualité sans rite ni curatelle, en admiration quotidienne devant la beauté et la complexité nature et ses créations, dont la plus complexe et la plus parfaite du système solaire, le cerveau humain.

5. Quelle est votre citation favorite ?

On est riche de ce que l’on donne.

6. Quel est votre mot préféré ?

Extase.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’écris sur mon ordinateur lorsque je ressens comme une transe qui m’y force, dès qu’une pensée ou une observation me traverse l’esprit, puis je lis et relis cent fois mon texte jusqu’à ce qu’il passe ma censure.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le Maître et Margueritede Boulgakov.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier.

10. Le mot de la fin ?

Ne jamais croire sans vérifier les informations ou les interprétations des médias qui cherchent à nous influencer et définissent les bons et les méchants de l’actualité dans le prêt-à-penser des puissants et des riches qui les possèdent ou les influencent.

Avis éditeur : Une composition originale sur le paysage médiatique actuel, où se croisent pêle-mêle un horloger, un serial killer, un espion, un mécène et un pervers. Un regard lucide sur notre société hyper médiatisée.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre est un ouvrage qui traite le sujet de l’immigration en trois dimensions. La première dimension, est qu’il est un avertisseur pour les candidats à l’exil. La deuxième, est qu’il est un guide pratique pour les immigrés Africains en Europe. La troisième, est qu’il est un aide mémoire et un outil d’invitation au retour sur les terres Africaines.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations sont basées sur le vécu, l’observation, et les témoignages.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

L’enfant Noirde Camara Laye.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Amour – Patience – Travail.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« La bonne éducation est la clé qui ouvre la porte qui mène à la paix » de Doumbouya Kadiatou.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je ne suis pas un rituel précis, j’écris quand l’inspiration est là.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je crois avoir écrit le livre que j’aurai aimé écrire. Si demain un autre sujet me touche et que l’envie d’écrire se manifeste, alors je me mettrai au travail.

9. Stylo ou clavier ?

Je dirai stylo.

10. Le mot de la fin ?

Je tiens à remercier mes lecteurs pour tout l’amour partagé à travers ce livre. Egalement un grand merci à ma maison d’édition pour le bon travail abattu pour la promotion de ce livre.

Avis de l'éditeur

Un ouvrage lucide qui invite le lecteur à se rendre compte de la réalité de l’immigration en Europe.

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est, avant d’être un recueil de poèmes, un récit, à la chronologie non linéaire, de ma vie et des différentes émotions que j’ai pu vivre à un moment ou un autre de celle-ci.

Autrement, c’est un recueil qui tranche souvent, qui peut choquer, faire pleurer, aimer, mais c’est avant tout une œuvre vraie et sans artifice autre que les figures styles.

Mon recueil est une succession de propos authentiques, personnels, polémiques, violents, doux, attentionnés, j’en passe et c’est pour ça qu’il est à lire avec attention mais aussi, probablement, avec passion.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Avant tout, moi-même ; parfois j’écris hors de mon ressenti mais je puise toujours un peu dans mon vécu afin de pouvoir être la plus juste dans la retranscription des émotions.

D’une manière plus générale, je m’inspire beaucoup du réel et notre manière de le percevoir : j’écris ce qui est, comment nous voyons ce qui est et comment nous voulons que ce qui est soit.

Enfin, je m’inspire également de ce que je lis, entends, écoute : une discussion, un livre, un commentaire sur internet, une chanson, un poème, tout peut être source d’inspiration si tant est que l’on prête attention à ce qu’il faut.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Romances sans paroles de Verlaine qu’on m’a donné à lire en seconde, j’ai adoré ce livre et je le relis sans problème de temps à autres.

En revanche, je n’avais pas réellement l’envie de me faire publier jusqu’à un certain oral blanc de français en prépa. Mon professeur, à qui j’avais demandé de lire mon premier poème et de m’en faire un retour, m’a donné un texte de Sartre (dont j’ai oublié la source) dans lequel l’auteur défendait la thèse qu’une œuvre littéraire ne peut être complète sans l’intervention d’un lecteur ou d’une lectrice ; je l’ai vu comme un message de la part de mon professeur et j’ai décidé d’écrire encore plus et d’essayer de me faire publier.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Rêveuse, passionnée et curieuse.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« L’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ».
Je trouve qu’il y a plusieurs sens de lecture à cette phrase. On peut la prendre comme une inspiration à toujours nous fier à nous-même et de faire ce que l’on sent bien et que ce sera le résultat qui importera ; on peut aussi considérer que l’on est toujours dans une chute perpétuelle au bout de laquelle il y aura un atterrissage mais rien ne dit s’il sera douloureux ou non et c’est à nous de faire en sorte qu’il ne le soit pas ; enfin, on peut considérer que malgré tous nos efforts, si l’on échoue, nos efforts n’auront pas compté et c’est une vision très pessimiste mais malheureusement juste, à mon avis, du monde dans lequel nous sommes : on nous pousse au résultat qu’importent les méthodes, bonnes ou mauvaises et je trouve cela profondément injuste.

6. Quel est votre mot préféré ?

Définir un mot préféré est un exercice difficile, il y en a tellement qui sont si beaux que ce serait difficile d’en choisir un seul ; de manière générale, je trouve que les mots qui comportent une allitération et/ou une assonance sont très beaux, par exemple « précipice » ou « octogone ».

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n’en ai pas vraiment, j’ai plutôt des situations types.

La plupart du temps, je me décide à écrire sur un certain sujet et j’essaie de trouver l’inspiration pour, que ce soit en regardant dans mon passé, dans l’actualité ou en rêvant la situation.
Parfois, je lis quelque chose qui me plaît et qui me donne envie d’écrire, dans ce cas, je réfléchis aux différents angles de vue et de réflexion pour prendre pas forcément le meilleur (si tant est qu’il y en ait un) mais celui qui me plaît et me parle le plus.

Enfin, et c’est comme ça que j’ai écrit mes poèmes préférés, je vaque à mes activités et une phrase, un vers, une strophe me vient en tête, je réfléchis alors à comment le tourner, comment rythmer et rimer de la manière qui me va le plus, alors je commence à étoffer comme des fondations sur lesquelles on viendrait construire l’ensemble du texte.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Aucun. Pour moi, un livre, ce n’est pas qu’un ensemble de mots sur un papier ou une histoire racontée, c’est aussi et surtout la réflexion et la transcription d’une pensée de l’auteur ou l’autrice au moment de son écriture ; c’est pour ça que je n’ai pas envie de le faire et que toute manière, il me le serait impossible.

En d’autres termes, écrire un livre à la place de quelqu’un entraînerait nécessairement de le modifier et donc de le dénaturer, même s’il est mieux écrit, il sera tout de même écrit différemment et ne pourrait plus être considérer comme étant le même ; on pourrait comparer ça à un dessin : il est parfois aisé de reproduire le style d’un dessinateur ou d’une dessinatrice mais il y aura toujours un coup de crayon qui ne sera pas exactement le même, un peu plus appuyé, légèrement décalé.

9. Stylo ou clavier ?

Porte mines et gomme, j’aime pouvoir effacer autant que je veux sans avoir de ratures et j’aime aussi la sensation du crayon contre le papier. En revanche, je compile ensuite tous mes poèmes sur ordinateur une fois qu’ils sont écrits.

10. Le mot de la fin ?

Écrivez !

Parfois ça vient de rien et on découvre qu’on a un talent pour l’écriture alors qu’on n’y croyait pas. Pour ma part, j’ai toujours été mauvaise élève en cours de français, notamment en dissertation et je pensais, alors que j’en ai toujours, ou presque, eu envie, que je n’aurais jamais les capacités nécessaires pour pouvoir me faire éditer mais j’ai essayé un jour d’écrire parce que j’en ai eu l’envie et l’inspiration (ça se travaille à force d’écrire).

Avis de l'éditeur

«Pensées pansées» est spontané, porté par un souffle puissant, celui d’un être authentique.

Amandine Poli, auteure de Planète healthy girl publié aux Éditions du Panthéon, s'est prêtée au jeu du portrait chinois. Découvrez l'interview en vidéo de cette auteure à l'énergie communicative ! Elle sera également présente au magasin Bio Concept le 16 septembre prochain à Ixelles (Belgique)

« Nous tentons de parcourir l’espace, nous rêvons au-delà de notre planète, alors que l’espace que nous devons conquérir est notre Espace Intérieur. Notre imagination peut nous plonger à l’intérieur de cette Merveille qu’est notre corps, à commencer par la cellule, c’est elle qui nous maintient en vie, qui prend soin de nous en se régénérant encore et encore. »

« Un esprit sain dans un corps sain » : l’adage est bien connu et pour atteindre ce Graal personnel, l’auteur partage avec nous son mode de vie basé sur une alimentation équilibrée et une attention particulière accordée à soi-même et à son environnement. Dans ce guide bien-être émaillé de spiritualité, le lecteur trouvera des conseils d’alimentation, de sport et de philosophie à appliquer facilement au quotidien afin de s’engager sur un chemin plus proche de la nature.

AVIS EDITEUR : Vous êtes à la recherche de bien-être et de spiritualité ? Suivez les conseils judicieux d’Amandine Poli pour prendre en main votre alimentation et votre forme sportive afin de vous rapprocher de la quête d’un esprit sain dans un corps sain. Un ouvrage d’utilité publique !

<<Lire un extrait>>

<<Commandez le livre>>