En 2017, l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, collectif professionnel qui réunit plus de 400 maisons d’édition indépendantes présentes dans plus de 46 pays dans le monde, a lancé une vaste étude sur la liberté d'édition, partie intégrante de la liberté d’expression. La liberté d’édition relève de la liberté de choisir un auteur, de retenir ou de commander des textes, de les mettre en forme et de les publier, de les diffuser et de les commercialiser.

« Nous devons redoubler de vigilance, mais aussi d’inventivité pour déjouer toute forme d’oppression de la parole. La lutte contre toutes les formes de censure (étatique, administrative, religieuse, économique jusqu’à l’autocensure) est aujourd’hui encore un enjeu prioritaire. » Tel est le contenu de la Déclaration internationale des éditeurs et éditrices indépendants rédigée en 2014.

Si, depuis la création de l’Alliance, les éditeurs – garants de la liberté d’expression aux côtés des journalistes, auteurs, blogueurs, libraires, artistes... – ont toujours alerté sur les phénomènes de censure à l’œuvre dans certains pays, nous constatons depuis quelques années de nouvelles formes d’atteintes à la liberté d’expression – notamment dans un contexte où les pressions et les limitationsqui s’exercent sur la parole publique se renforcent.

Après le vent de liberté espéré lors des révolutions du monde arabe, les séries d’attentats en Afrique, en Europe et dans le monde arabe fragilisent à nouveau la parole : une perte de repères et de sens qui amène à se réinterroger sur les espaces de liberté, sur la portée des mots et des supports qui les véhiculent.

Quels que soient les contextes et les réalités géopolitiques des éditeurs, quelles que soient les formesde censure qu’ils subissent, les éditeurs indépendants de l’Alliance se sont engagés à faire circuler des textes et des idées qu’ils défendent, à faire entendre d’autres voix, parfois minoritaires, à participer à la construction d’une pensée critique, à l’émancipation. Il en est de leur responsabilité, tant professionnelle que citoyenne.

Une étude qui s'annonce particulièrement intéressante, à paraître en septembre 2019 !

SourceQuelle liberté d’édition pour les éditeurs indépendants ?

Écrivez-nous 2, 3 lignes biographiques.

Lire Barjavel, Robert Merle, Bernard Werber.

Découvrir les grands hommes Gandhi, Biko, Martin Luther King.

S'émerveiller devant les graphismes et les histoires de Makyo, Cosey, Servais et Jiro Taniguchi.

 Si vous étiez un livre, vous seriez….

L'Oracle della luna de Frédéric Lenoir.

Si vous étiez une citation

«Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas.» Sitting Bull, Sioux Lakota.

Si vous étiez un marque-page

Celui qui marquerait la page du texte parfait où tout serait écrit.

Si vous étiez un discours

Le discours prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 devant la Chambre des communes de Westminster.

Si vous étiez une collection

Des Bandes Dessinées.

 Si vous étiez un papier

Un parchemin.

Si vous étiez une bibliothèque

La bibliothèque dessinée en première de couverture de la BD «Le triangle secret Tome IV – l'évangile oublié».

Si vous étiez une recette

5cl de rhum, 6cl d'eau gazeuse, 1/2 citron vert,  2 cuillères de sucre en poudre, 7 feuilles de menthe, 4 glaçons pilés.

AVIS ÉDITEUR : 

Conçu comme une sonate, ce recueil nous donne le subtil sentiment qu’il a été composé comme une partition à l’image de la vie. Brillant, il révèle l’intelligence pleinement en éveil de son auteur.

Gustave Olivier Tison, auteur de Putain d'avion publié aux Éditions du Panthéon, était en déplacement sur l'Île de la Réunion. C'est en effet ici que son fils Gildas, mort dans un accident d’avion le 26 janvier 2015 en Espagne, a passé son enfance et appris à voler à Pierrefonds. Focus sur les retombées presse de cette visite chargée d'émotion.

1. Interview sur Réunion 1ère

2. Article dans Le Quotidien de la Réunion

3. Article et interview pour le site Zinfos974.com

4. Article pour le Journal de l'île de la Réunion

5. Article et interview pour le site LINFO.RE

Cette semaine est synonyme de rentrée des classes pour de nombreux enfants et enseignants. L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages liés à l'école (mais pas que) publiés aux Éditions du Panthéon.

1. Donner du sens à l'école d'aujourd'hui de Christophe Labrousse

« Je fais remarquer que notre rôle d’éducateur consiste à sortir de l’ornière les élèves en difficulté ; ce à quoi ils me rétorquent qu’ils sont professeurs et non éducateurs. Qu’ont-ils alors à voir avec l’Éducation nationale ? Ne devrait-on pas parler plutôt d’Enseignement national ou mieux encore de Déversoir de connaissances national ? Cela finit, comme j’aurais dû m’y attendre, par une convocation dans le bureau du principal, qui m’explique que je n’ai rien compris, qu’en fait cette classe de 5e est une « classe poubelle » et que, malheureusement, ces classes sont indispensables. »

Après des expériences décevantes au sein de l’Éducation nationale, Christophe Labrousse comprend que sa vision humaniste de l’enseignement ne peut s’intégrer à ce milieu. Interpellé par les échecs scolaires et les enfants qui décrochent, il crée en 1996 le collège Dominique Savio, un établissement scolaire hors-contrat.

Refusant tout dogmatisme, il conçoit intelligemment un nouveau système éducatif principalement adapté aux élèves en difficulté. Classes à effectifs restreints, programmes suivant rigoureusement ceux de l’Éducation nationale, les méthodes sont concrètes, vivantes et pensées afin de développer l’épanouissement personnel, l’intégration sociale et l’ouverture au monde des élèves.

Avis éditeur : À la fois passionné et réaliste, Christophe Labrousse défend un modèle éducatif équilibré, mélange de modernité et de tradition afin de mener chaque élève vers l’épanouissement.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. L’école des hommes de Christophe Agogué

« L’éducation présente la double caractéristique de rendre effective et garantie la reproduction de la classe bourgeoise et de constituer un investissement à long terme difficilement compatible avec l’action politique, qui recherche une rentabilité électorale à très court terme. Une refonte totale de l’enseignement ne peut se concevoir sans un effort d’investissement calibré sur 20 à 30 ans, le temps de construire une nouvelle génération. En cela, on se posera bien sûr la question de la compatibilité de nos règles de fonctionnement démocratiques avec une véritable politique désintéressée de l’éducation et du savoir. »

Alors qu’elle se confine aujourd’hui au simple rôle de production et de reproduction des élites, condamnant au passage des pans entiers de notre société à la marginalité, « L’école des hommes » doit changer. Offrir à chaque enfant la possibilité de devenir un citoyen pleinement actif au sein de la collectivité, lui permettre de réaliser un projet de vie, tout autant personnel que professionnel : c’est à ce prix que l’école sera vraiment démocratique. Et révolutionnaire, aussi !

En s’appuyant sur la philosophie dès le plus jeune âge, en s’attachant à la promotion des sciences, de la politique, de l’art et de l’amour – les 4 dimensions vertueuses d’Alain Badiou –, l’éducation publique doit aussi remettre en cause ses méthodes. Terminé, le primat de l’académisme et le monopole des agrégés sur la dispense du savoir, place aujourd’hui à une formation plus participative, moins verticale, où chaque citoyen trouvera un rôle à sa dimension. Il s’agit là d’un véritable programme nécessaire à la reconquête d’une organisation démocratique et citoyenne, mais aussi, et surtout, un vrai défi face à la résignation libérale et passive du consommateur gouverné.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. La Fabrique des Hommes de Lionel Pradelier

Aujourd’hui, à quoi sert l’École ? Un simple passage obligatoire ou un moyen d’épanouissement ?

Lionel Pradelier brosse une photographie de nos sociétés et de leurs paradoxes : d’une part, une puissance à faire et à réparer le monde jusqu’ici inégalée et, de l’autre, un enlisement toujours plus profond par peur ou par incapacité à changer de paradigme. Cette contradiction a fait émerger depuis deux décennies un impérieux désir de Bonheur que l’auteur cherche à traduire et à expliciter. En s’appuyant sur la philosophie, la psychologie positive et les développements des neurosciences, il propose une approche concrète, mesurable et accessible à chacun. Il confirme alors la possibilité d’un cheminement individuel et collectif permettant de mieux appréhender nos perceptions et nos comportements au quotidien, en partie hérités de nos schémas socio-éducatifs.

Fort de ces éléments et au travers de ses expériences, il constate que l’Éducation, et par incidence l’École, s’avère souvent contre-nature aux apprentissages nécessaires au développement de l’individu, à son bien-être et à son bonheur. Pragmatique, l’auteur propose des pistes d’actions pour composer une société plus en phase avec nos aspirations, et surtout plus humaine. Une société où l’école serait créative, solidaire et davantage centrée sur l’Être que sur le savoir. En définitive, s’autoriser une éducation au bonheur.

Avis éditeur : 30 années dans le monde de l’enseignement supérieur et du management donnent à Lionel Pradelier légitimité pour nous alerter. Nous continuons collectivement à faire fausse route dans notre perception de la réussite, ne laissant que peu d’espoir aux nouvelles générations en demande d’un autre contrat social. Désireux de changer notre vision sur ces sujets, il signe son premier essai aux Éditions du Panthéon.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Les clés du succès au baccalauréat de Guy-Hermas Dieu-Béni-Socrate Djamawa-Endjikpeno

« Réussir au baccalauréat n’est pas une chance ; c’est le fruit d’une préparation harmonieuse et sereine qui doit commencer le plus tôt possible. Le temps passe souvent si vite, si bien qu’il vaut mieux commencer à organiser les révisions le plus tôt possible. »

Précieux sésame permettant l’accès aux études supérieures, le baccalauréat est souvent synonyme de stress et de peur de l’échec. Pourtant, la formule pour réussir est simple : de bonnes méthodes de travail et une organisation minutieuse sont les meilleures clés.

En complément des cours dispensés au lycée, l’auteur propose avec cet ouvrage un corpus des meilleures disciplines de travail à adopter, directement inspirées de celles de plusieurs élèves toutes séries confondues. Pédagogique et instructif, il dispense dans un discours ouvert à tous, des conseils de concentration et de discipline : confiance en soi, ténacité et rigueur en sont les maîtres mots. Loin d’être anodines, ces préconisations sont essentielles pour atteindre ses objectifs. Concret, cet ouvrage permet d’être appliqué sitôt lu, afin d’allier la pratique à la théorie. Qu’attendez-vous ?

Avis éditeur : Pédagogique et instructif, Guy-Hermas Dieu-Béni-Socrate Djamawa-Endjikpéno dispense dans un discours ouvert à tous des conseils de concentration et de discipline : confiance en soi, ténacité et rigueur en sont les maîtres mots. Loin d’être anodines, ces préconisations sont essentielles pour atteindre ses objectifs et réussir son baccalauréat.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

5. Agilité Management Accompagnement de Christophe Clavé

Nous définirons ici le coaching comme une pratique dont “la fonction ultime est d’aider les individus et les organisations à fixer leurs buts, leurs visions et leurs plans pour le court terme. Trouver du sens, visualiser l’avenir, apprendre à développer des scenarii, planifier les étapes vers sa vision de l’avenir, tout en gardant ses objectifs à l’esprit.”

L’évolution profonde des pratiques managériales a entraîné un bouleversement du rôle des dirigeants générant de nouveaux besoins d’accompagnement. Afin de cerner précisément en quoi ces nouvelles méthodes ont évolué, Christophe Clavé démontre comment le mentorat et surtout le coaching, avec ses paradoxes et ses spécificités, sont devenus incontournables.

En effet, compte tenu de la diversité et de la complexité des demandes, le leader se retrouve à la convergence d’attentes toujours plus importantes qu’il lui est impossible de maîtriser parfaitement. L’auteur décrypte ainsi toutes les clefs pour faire du management une valeur ajoutée de l’entreprise.

Avis éditeur : Avec un regard bienveillant et expérimenté, Christophe Clavé propose un mode d’accompagnement stratégique dédié à tous les dirigeants. Ainsi, il fait émerger la question du sens de l’action dans un monde où le sens des affaires ne suffit plus…

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Ce texte raconte l’acharnement de mon employeur à me faire quitter mon emploi et met en lumière l’absurdité et la violence des méthodes procédurières dont il a usé et abusé pour y arriver, et cela, pendant plusieurs années.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations proviennent de tous les médias qui nous saturent d’informations.

Je n’ai que l’embarras du choix  pour me faire une opinion sur les dérives de notre société, ou profits, contrats et lois innombrables qui prennent l’ascendant sur la logique et le respect nécessaire aux rapports humains.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Tous les livres palpitants qu’il était impossible de refermer avant la dernière page, le dernier point final et qui m’ont ainsi offert de merveilleuses nuits blanches.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Imaginative : jamais en butée sur une idée.

Volontaire : j’aime aller de l’avant.

Probe : sans marcher sur la tête d’autrui.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent c’est d’apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque

6. Quel est votre mot préféré ?

Chouchou : le petit surnom que j’ai donné à mon amour à moi.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Il me faut une journée ou je sais que je serai seule à la maison car il est impératif que je ne sois pas dérangée. La veille toutes les contraintes bassement matérielles (courses, ménage, lessives…)  auront été expédiées pour que je puisse entrer dans ma bulle le lendemain.

Le jour dit, je commence par prendre un petit déjeuner gargantuesque. Ensuite je passe dans la salle à manger et j’installe mon ordinateur, mes bouquins, classeurs, stylos… que j’étale sur la grande table face à la porte fenêtre qui donne sur le jardin. Je n’oublie pas bouteille d’eau et cigarette électronique. Il est en général 10 heures, 10 heures 30.

Pas de musique, pas de radio, il n’y a rien de mieux que le silence pour que je puisse me concentrer. Tant et si bien que tout d’un coup je commence à avoir faim. Je regarde l’heure, il est 17 heures.

Normal ! Un petit en-cas, je range tout et pour me « dégourdir » la tête je nous prépare un bon petit plat à savourer pour le dîner.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Tous les livres palpitants qu’il était impossibles de refermer avant la dernière page, le dernier point final et qui m’ont ainsi offert de merveilleuses nuits blanches.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier parce que :

-          Economie de papier,

-          Meilleure relecture,

-          Facilité pour corriger,

-          Mise en page automatique,

-          Facilité pour un aperçu du rendu final,

-          Pas de risque de perte de données.

10. Le mot de la fin ?

J’ai eu beaucoup de chance de pouvoir écrire ce livre. Cela a fonctionné comme une thérapie. Le résultat en est si concluant que Clarisse n’a pas dit son dernier mot et a bien l’intention de vous raconter la suite de ses aventures dans sa république bananière !

AVIS ÉDITEUR : 

Clarisse Di Pascal nous offre ici un témoignage sans équivoque qui nous rappelle une des facettes les plus sombres du monde du travail. Sa force mentale et sa détermination à toute épreuve nous inspirent tout le long de son ouvrage.

Selon une étude relayée par le National Geographic, le chien serait le meilleur ami de l'homme depuis la Préhistoire ! L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon qui parlent de nos amis à quatre pattes.

1. "Dormir avec les anges" de Josyane Carole Rousso

« Quelques jours plus tard le verdict tombe, comme un couperet : l’ensemble du système lymphatique des mamelles est atteint, les boules vont se reformer, grossir, saigner. Tu ne guériras jamais.
À plus ou moins longue échéance, tu es condamnée. Je m’effondre.
Je n’ai jamais connu de cas similaire auparavant, d’attente aussi atroce. Comment vais-je le vivre ? »

Lors d’un séjour à Londres, une femme a le coup de foudre pour une petite femelle teckel aperçue dans une vitrine. Elle la ramène à Étretat, où commencera une belle histoire aux accents tragiques…

Sa plume met ainsi en lumière l’histoire d’un lien indéfectible : celui d’une femme et son chien. Un récit émouvant, passant du point de vue de l’animal à celui de sa maîtresse, qui révèle la joie mais aussi la souffrance engendrées par cet attachement inaltérable.

Avis éditeur : Un ouvrage touchant qui révèle un lien indéfectible scellé par une entente tacite et profondément sincère.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

2. "Idrus, 3 ans et 9 mois ou La féroce épilepsie" de Régis Jacquet

« Pour relever la tête “sans les crocs”, et surtout prouver, s’il en est besoin, à certains esprits que la gent animale, particulièrement canine, peut apporter sérénité, joies et chagrins dans un respect et une reconnaissance mutuels.Simple témoignage, un de plus, me direz-vous… À chacun son exorcisme ! Tel est le mien que je tiens à faire partager telle une thérapie bienfaisante.Acceptez donc en toute ouverture d’esprit, loin de toute moralisation, l’augure d’une relation si personnelle et enrichissante pour ces deux Êtres, dont je ne suis que le conteur éphémère encore vivant et le rapporteur le plus fidèle qu’il soit, en mémoire à celui qui m’a donné tant de plaisirs gratuits et de leçons de canidé. »

Dès sa plus tendre enfance, l’auteur a connu la compagnie de la gent canine. À l’heure de la retraite, concrétiser son rêve d’adolescent en adoptant un Braque allemand s’est donc inexorablement imposé.

Sa plume dévoile ainsi le récit d’une relation qui s’est construite au fil du temps et qui s’est, malheureusement, finie trop vite. Un témoignage fort qui traduit l’intensité d’une relation atypique.

Inspiré par la vague 1968, Régis Jacquet est sensible à toute forme d’expression artistique. Veuf depuis 2009, il révèle aujourd’hui le récit d’un parcours commun, celui d’un homme et son chien dont l’attachement restera indéfectible.

Avis éditeur : Un témoignage touchant qui révèle un parcours commun scellé par une entente tacite et passionnée et qui rappelle la fugacité de l’existence.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

3. "Un seul espoir pour la vie !" de Maryline Marzinkowski

« Il est très fatigant, il me suit partout, touche à tout. Il s’intéresse à tout ce que je fais. Il va même jusqu’à entrer dans ma garde-robe lorsque je prends un vêtement, il fouine, on dirait qu’il choisit. Je dois donc toujours faire très attention à ne pas l’enfermer. Cela lui arrivera une fois ou deux. Je deviens donc moi-même très vigilante quant à sa présence à mes côtés. S’il n’est pas dans mon champ de vision, je le cherche immédiatement. On peut se demander lequel des deux a envahi la vie de l’autre. »

Le jour où Maryline Marzinkowski croise le regard d’un petit chiot dans une galerie commerciale, elle est loin de se douter de la tournure des événements. Entré en fanfare dans sa vie, l’irrésistible yorkshire bouleverse tout sur son passage, prenant une grande place dans sa maison et son cœur. Pour lui, rien n’est trop beau ! Attendrie, elle relate ses facéties, se remémore ses petites habitudes et révèle leur relation fusionnelle et haute en couleurs.

Atteint d’une maladie, le petit Rusty a aujourd’hui quitté sa maîtresse. En hommage à celui qui fut son confident et son compagnon sept années durant, elle nous livre un témoignage ému et sincère.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

L’épreuve est une notion  universelle, car aucun être humain n’est à l’abri d’une tuile, d’un mal, d’une maladie, d’un malheur ; la vie est un marathon jalonné d’obstacles ; nul, parmi les humains, ne peut s’y soustraire ni y remédier ; l’épreuve concerne chacun d’entre nous, sans exception. Or cet essai traite de l’épreuve, plus spécialement telle que les musulmans la vivent, la perçoivent, l’appréhendent et la gèrent selon ce qui est dit dans le  saint Coran et les Hadiths du prophète Muhammad. A travers cette réflexion de l’auteur, le lecteur découvre l’islam, une religion mal connue, mal comprise, très mal jugée injustement. Cet ouvrage aborde certes l’épreuve et ses multiples significations, mais initie également les néophytes à l’islam.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Le Coran, la Bible et tous les ouvrages touchant aux religions.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Les Oiseaux se cachent pour mourir de Colleen Mc Cullough puis Le Promontoire de Henri Thomas.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Pieuse, meurtrie et néanmoins romantique

5. Quelle est votre citation favorite ?

La devise de Socrate : « Connais-toi toi-même ».

6. Quel est votre mot préféré ?

Enthousiasme.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’écris toujours sur papier, je relis et corrige mon texte, puis je passe à la saisie sur l’ordinateur.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

L’Odyssée d’Homère.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo.

10. Le mot de la fin ?

Malgré et contre tout, rien ne vaut la Vie !

 

LIRE UN EXTRAIT

C'est l'heure de la reprise pour les Éditions du Panthéon. Nous espérons que vos vacances se sont bien passées et que vous débordez d'énergie pour partir vers de nouvelles découvertes littéraires. Prochainement, vous pourrez découvrir les ouvrages suivants :

1. Tsadé de Martine Ray

« 7 novembre 2012. 7 heures. Après une énième nuit sans sommeil, Ema prépare le petit déjeuner pour toute la famille. En ce matin, elle se dit que tout va bien, qu’elle a un mari aimant, directeur financier dans une entreprise stable, que sa fille de 18 ans évolue sans soucis majeurs et qu’elle vit dans un appartement confortable dans une jolie banlieue. Vraiment : TOUT VA BIEN. Comme un mantra, dans sa cuisine, Ema se répète, en boucle, que tout va bien… »

Cadre dans un grand groupe bancaire, Ema est une femme qui se veut accomplie. Elle vit avec Pierre, son mari aimant, et Angèle, sa jeune fille de dix-huit ans. Pourtant, Ema n’a de cesse de s’interroger. Une façon pour elle de se rassurer ? De Paris à Amman, son voyage se fera dans le mouvement et la quête de son épanouissement total. Car après tout, c’est peut-être la recherche la plus importante des individus du XXIe siècle…

Tsadé, dix-huitième lettre hébraïque, signifie hameçon. C’est également le symbole de la moralité, de la justice, de l’énergie. C’est ce travail de réflexion sur soi qui amène la tolérance, l’envie d’être réel avec autrui et d’éloigner les jugements. Chacun d’entre nous peut être Ema, Pierre ou Angèle. Mais qui arrive réellement à être soi ?

Avis éditeur : L’histoire d’Ema peut donner à chacun le moyen de se reconnaître en elle et de porter un regard différent sur soi et sa relation à l’autre. Un roman qui donnera à tous l’envie de vivre dans l’amour afin d’accéder à la pleine réalisation de soi.

<<Précommandez le livre>>

2. Le Nœud de Carrick de Claude Popis

Mon propos n’est pas d’écrire mes mémoires, encore moins de publier mon journal intime, il n’existe pas. (…) Non, mon idée est de raconter une époque à travers tout ce que j’ai vu, entendu et vécu en quatre-vingts ans. J’en déduirai quelques constats.

La seconde guerre mondiale, les drames de l’Occupation, les troubles de la Libération, tel est le vécu de Claude Popis durant son enfance. Après une formation d’ingénieur à l’ESTP, sa carrière professionnelle se déroule dans une grande entreprise française du BTP.

Il participe ainsi à tous les événements majeurs de son époque : la guerre d’Algérie, l’euphorie des Trente Glorieuses, le mouvement de Mai 68, les conséquences du choc pétrolier mais aussi l’évolution chaotique de notre démocratie.

Parvenu à l’âge de la réflexion, il dresse un bilan lucide mais sans concession ni désenchantement et délivre un message d’espoir pour les générations futures.

Avis éditeur : Cet ouvrage dresse un bilan lucide mais sans concession de tous les événements majeurs de la deuxième moitié du XXème siècle. Il délivre également un message d’espoir pour les générations futures. Passionnant !

<<Précommandez le livre>>

3. Carmen Flamenco de Louise Doutreligne

Dans sa prison, Don José dort écroulé, tandis que parallèlement, un homme andalou entame une saeta de la mort… La mort : inexorable destin de tout homme ou femme…

Dans cette libre adaptation des œuvres de Mérimée et Bizet, Don José n’est plus le ténor sensible, délicat, terrassé par l’Andalouse. C’est un homme au caractère farouche, violent. Emprise et possession éclatent ; sublimés par le chant en espagnol, le cante, le Flamenco et ses fulgurances.
Livret bilingue, en espagnol et en français, ce texte résonne du chant du désir, des vocalises d’une femme insoumise et des cris de l’homme qui va mourir.

Avis éditeur : L'originalité de cet ouvrage bilingue, en espagnol et en français, permet de découvrir l'univers de Carmen sous un jour nouveau. Don José n’est plus le ténor sensible, délicat, terrassé par l’Andalouse mais un homme au caractère farouche, violent. Réjouissant !

<<Précommandez le livre>>

 

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon recueil « Á la volée…Une éternité » est un recueil de trente-huit poèmes évoquant des termes variés mais essentiellement le temps, l’espérance, l’enfance. L’idée maîtresse de ce recueil est basée sur le temps qui passe, l’éphémère de la vie mais aussi certains moments de la vie qui peuvent être en réalité perçus comme une éternité : des moments gravés en nous pour l’éternité.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations résident dans mon quotidien, dans mes expériences personnelles et celles des autres.  Le voyage est également une importante source d’inspiration pour moi. Je suis très  sensible aux droits humains tels que le droit à l’éducation, à l’intégrité physique. Mes poèmes titrés «  Les insoumises » dénonce l’excision et « Tonyé Via Dzi » le droit à l’éducation de tous les enfants.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Plusieurs livres m’ont donné envie d’écrire. Néanmoins, j’ai été très influencée par Baudelaire, Verlaine et Rimbaud.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Je dirais rigueur, humour (auto dérision) et fantaisie !

5. Quelle est votre citation favorite ?

Ma citation favorite est celle – ci de Réné Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque : à te regarder, ils s’habitueront ».

6. Quel est votre mot préféré ?

Volonté.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’écris très tard dans la soirée ou très tôt le matin. En général avec un petit fonds sonore notamment du jazz et un petit verre de vin à côté.

J’aime aussi écrire quand je suis en déplacement : dans l’avion, dans le train et en voiture lorsque ce n’est pas moi qui conduis.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je sais que c’est très ambitieux mais j’aurais aimé écrire : « Comme un chant d’espérance » de Jean d’Ormesson.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier (celui du téléphone, de l’ordinateur, de la tablette) ; l’essentiel c’est d’avoir un clavier. J’écris très rapidement au stylo. Il peut juste m’arriver de prendre quelques notes d’inspiration.

10. Le mot de la fin ?

Merci aux Éditions du Panthéon de me donner l’opportunité de toucher les lecteurs dans le cadre de cette rubrique Rencontre Avec. Je remercie aussi les lecteurs qui me soutiennent et ceux voudront bien me découvrir.

 

Auteur de trois ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon (bientôt quatre), Philippe Pauthonier est un auteur récompensé par plusieurs prix de poésie, notamment le prix de poésie TERPSICHORE, le prix du concours organisé par le musée Eugène Delacroix à Paris et le prix du concours organisé par le Pôle Territorial des Hautes Terres D'OC. L'occasion de vous faire (re)-découvrir ses ouvrages.

1. Écriture vagabonde

 

« La Terre est ronde !
Pour fuir la misère du monde
Je suis parti, tout droit devant moi.
J’avais oublié que la Terre est ronde,
Je me suis retrouvé au même endroit ! »

D’une page à l’autre, au fil du temps, de ses coups de cœur à ses colères, errante, la plume de Philippe Pauthonier se laisse porter par le tourbillon de la vie et de ses émotions. Ambulante, impulsive, elle est le filtre de ses peines, le témoin de ses passions, de ses valeurs et le porte-parole de ses réflexions. À la façon d’un journal intime fait de rimes et de jeux de mots, ce recueil articule des poèmes d’autodérision, des déclarations pleines de tendresse et des raisonnements face à l’actualité. Sans aucune contrainte de style ou de règles, l’auteur se livre au seul plaisir d’écrire, porté par sa liberté de ton et de mot.

Avis éditeur : Philippe Pauthonier s'adonne à l'écriture comme d'autres s'adonnent à la musique. En faisant chanter ses émotions, il s'interroge sur notre monde et s'émerveille sur sa beauté, sa richesse, sa misère et sa diversité. Sensible, il part en quête d'un monde meilleur avec moins de clivages.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

2. Au fil des jours…

 

Le cafetier s’affaire derrière son comptoir,
Quelques consommateurs, ivrognes d’un soir,
Échangent des propos bien péremptoires,
Accoudés au bar, leur sinistre abreuvoir.
Ils refont le monde d’une façon improvisée,
Au fil des tournées sans jamais s’en lasser ;
Ont la solution à tous les maux de la terre,
Incapables de voir leur propre misère…

Emporté par ses émotions, Philippe Pauthonier reprend sa plume impulsive et déverse la pureté de ses passions et réflexions. À la façon d’un journal intime, ce recueil, très éclectique, articule des poèmes d’autodérision, des interrogations ontologiques ou encore des raisonnements face à l’actualité.

Avec la même singularité passionnante que révélait son premier ouvrage, ce second recueil est à l’image d’un arc-en-ciel, fruit du soleil et de la pluie, et propose une large palette de couleurs. Sans aucune contrainte de style ou de règles, l’auteur se livre au seul plaisir d’écrire, porté par sa liberté de ton et son désir de partager ses sensations.

Avis éditeur : Philippe Pauthonier poursuit le chant de ses émotions avec justesse. En s’interrogeant sur notre monde, il révèle son sujet de prédilection : l’amour, et déverse toute la richesse et la beauté du plus grand thème de la vie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0

3. Mes voyages poétiques

Mes sentiments sont comme un arc-en-ciel,
Aux multiples nuances et couleurs.
Sur ma vie, il pleut et fait soleil
Au fil des événements et de mes humeurs.

Du bout de sa plume à la fois sincère et facétieuse, Philippe Pauthonier n’hésite pas à marier les contraires, à jouer avec les codes classiques pour l’amour d’une rime nouvelle. Les yeux du poète se posent avec passion ou désespoir, avec tendresse ou dérision, sur un monde riche de merveilles comme de noirceur. Dans ce troisième recueil, il nous guide avec une poignante douceur sur les chemins de sa poésie émotionnelle et profondément humaine.

Avis éditeur : L’humanité est au cœur de ce troisième recueil de Philippe Pauthonier. Exploré dans ses différents aspects, magnifiques ou épouvantables, l’humain révèle à travers ces textes toute l’étendue de sa singularité.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754738613/#pct0