1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Fake’tualité est une chronique que je voulais acerbe, un cri de mots écrits ! Plus qu’une chronique c’est en fait une critique de l’indigeste plat médiatique qui nous est servi tous les jours sous la forme d’un journal en continu devenu « Info-tainement » Ou quand l’actualité fait perdre la raison et que l’écrit ancre dans le présent une actualité qui passe.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Très jeune je lisais les livres d’histoires, celle du monde, des grands hommes et des femmes engagées qui ont façonnés notre environnement. L’histoire du monde qui m’entoure pour mieux comprendre d’où je viens et surtout ou je vais…

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Piètre écrivain, effrayé par une orthographe scolaire qui me sanctionnait faute de comprendre le fond de mon expression je me suis interdit d’écrire pendant longtemps. Et j’ai lu ! Tout ce qui me tombait sous la main. Fan de BD et D’Alix je rêvais d’aventures et de monde inconnus alors bizarrement avant de voir ma bibliothèque écrite se remplir de polar et de livres politiques, de récits d’aventuriers et de livres d’histoires, c’est avant tout 2000 BD qui ont fait mon éducation littéraire.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Aventurier / Engagé / Torturé.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Entretenir le passé permet de cultiver le présent et ensemencer l’avenir.

6. Quel est votre mot préféré ?

Voyage.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Mettre ma musique sur Spotify, ma playlist préférée mon café et mon clavier.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

L’écume des joursde Boris Vian.

9. Stylo ou clavier ?

Le stylo noir pour mes dessins et le clavier pour mes écrits.

10. Le mot de la fin ?

Heureux !

Avis de l'éditeur

Doté d’un humour caustique, d’un esprit lucide et d’une plume déjantée, Dominique Simoncini nous offre un essai brillant et ultra sensible.

Après l'Afrique, le Canada et la Belgique, c'est au tour de quelques-uns de nos auteurs suisses d'être à l'honneur sur le Blog des Éditions du Panthéon. Service !

1. Le cadeau des anges de Philippe Billard

« Cela fait maintenant cinq ans…
Cinq années que nous partageons et mélangeons nos vies.
Cinq ans que l’on se dit je t’aime chaque soir avant d’éteindre la lumière, chaque matin avant de partir travailler. JE T’AIME… »

Une rencontre inespérée et voilà la passion qui emporte l’âme dans un tourbillon d’émotions. Les voyages, la vie à deux, les anecdotes qui forment le socle de la vie d’un couple sont ici relatés avec toute la tendresse que suscite le souvenir heureux.

Avis éditeur : Comment résister à la tentation d’aimer ? Philippe Billard nous propose un témoignage empreint de tendresse dans lequel il relate le souvenir heureux d’une rencontre inespérée.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Unicuique Fatum de Jean-Pierre Aymon

« Mika observait les nuages qui s’amoncelaient sur les sommets préalpins du Chablais. La cime de l’Est avait complètement disparu derrière d’imposantes masses blanches et duveteuses, que faisaient briller quelques rayons de soleil isolés. La lourdeur de l’air annonçait depuis quelques heures un orage qui devait rafraîchir l’atmosphère, mais qui ne venait toujours pas.»

Dans une ville paisible du Bas-Valais, en Suisse, le destin frappe la femme de Mika sous la forme d’une maladie incurable. Lorsque la question de l’euthanasie active est soulevée, le drame familial bascule dans un conflit sanglant sur fond d’intrigue policière. Les masques tombent, quête de pouvoir et soif de gloire s’affrontent autour de la femme blessée.

Avis éditeur : Quand la question de l’euthanasie se mêle à une enquête policière, les masques tombent. C’est ce que nous propose de découvrir Jean-Pierre Aymon dans ce roman noir qui se déroule dans la quiétude du Bas-Valais en Suisse.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Pleine Conscience Basée sur la Psychologie Bouddhiste de Marcos De Flores

« La mindfulness est une approche qui est très utilisée aujourd’hui pour soigner et prévenir les rechutes de plusieurs problèmes psychologiques et/ou psychiatriques. Elle permet aussi d’améliorer le bien-être et à mieux gérer le stress .»

La « Mindfulness Based Bouddhist Psychology » (MBBP) est un nouveau protocole intégrant à la fois des exercices de méditation en pleine conscience et des enseignements de la psychologie bouddhiste. L’auteur, psychologue et psychothérapeute TCC, a élaboré le programme MBBP et propose à travers cet ouvrage de nous ouvrir les portes de cette pratique méditative encore méconnue.

Avis éditeur : Dans cet ouvrage innovant, Marcos De Flores nous propose des exercices et des métaphores éclairantes afin de nous faire découvrir une pratique méditative peu connue, la « Pleine Conscience Basée sur la Psychologie Bouddhiste ».

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Légitimité, beauté et force de l’adolescence de Susan Jane Broda Tamburi

« Comment gérer un adolescent est un problème toujours actuel. Le monde change, les comportements évoluent mais le passage de l’enfance au monde adulte est une situation pérenne. Nos enfants passent tous par une étape de leur vie qui est critique et tout parent est, un jour ou l’autre, confronté à la gestion de ce grand malaise appelé «  adolescence  ». »

Étape obligée entre l’enfance et le monde adulte, l’adolescence est la riche et attendrissante matière de cet essai. L’auteur propose d’en comprendre les mécanismes pour non seulement interpréter avec justesse les comportements mais aussi mettre en valeur cette période charnière souvent difficile à appréhender.

Avis éditeur : Véritable guide pour les parents qui souhaitent accompagner leur enfant dans cette étape charnière qu'est l'adolescence, cet essai livre une approche simple pour en comprendre les mécanismes. Pédagogique et instructif.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

5. La fugue de Harald Bredlow

« Achille, Hector, Ulysse et son cheval truqué. Bien sûr, tu connais le reportage de guerre d’Homère avec son background érotique. Mais sais-tu que le cheval de Troie existe toujours ? Il mesure quinze mètres de haut avec un escalier pour y grimper et des fenêtres pour regarder dehors. Évidemment, ce n’est plus celui d’Ulysse  »

Quatre nouvelles, quatre séries de portraits aussi divers que loufoques : deux amis partent sur les traces d’un jeune couple fugueur ; un clochard gagne au jeu et, tel un Gatsby des bas-fonds, invite tous les marginaux à une fête grandiose ; des policiers retraités retrouvent le sel de leur grande époque en planifiant un hold-up. Et en guise d’inattendue conclusion, un médecin engagé par une plantureuse diva part à l’assaut de l’Alaska…
Voyager, rire, s’évader, la riche promesse de ce recueil est tenue par un auteur au meilleur de sa plume.

Avis éditeur : Harald Bredlow, auteur prolifique, décrit dans « La fugue » quatre séries de portraits qui nous invitent au voyage et à l’évasion, non sans une bonne dose d’humour. Réjouissant !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

Vous avez terminé la rédaction de votre manuscrit ? C'est le moment de vous focaliser sur sa présentation et notamment sur sa couverture, premier contact du lecteur avec votre livre. Voici quelques points auxquels il faut être attentif.

Une couverture doit être lisible

Certains points clés sont primordiaux pour la réalisation d'une couverture. Le titre de votre livre en fait partie : généralement au centre de l'oeuvre, il doit être parfaitement lisible. Le nom de l’auteur et celui de l’éditeur figurent également à ses côtés. Votre couverture est l'argument le plus immédiat dont vous disposez : elle doit donner envie en lecteur, ce qui nécessite qu'elle soit être aérée et crédible. Le mot d'ordre : simple et efficace. Attention aux polices fantaisistes ou aux couleurs trop vives. Le thème de votre roman doit être facilement identifiable à travers ces deux aspects, ainsi que dans le choix de l’illustration. Vous pouvez varier la taille de la police pour laisser respirer votre couverture.

Une couverture doit être pertinente

Une couverture doit avant tout délivrer un message, faire passer un ressenti, une émotion. Il est donc fondamental d'être en accord avec le propos du livre. Selon les genres littéraires, on remarque également des codes qu'il est important de s'approprier. Par exemple, si vous avez écrit une romance, il faudra vous diriger vers des couleurs chaudes ou pastels et des typographies plus rondes et féminines. Idem pour la science-fiction où l'illustration est largement majoritaire. Cependant, si vous êtes l'auteur d'un essai, il vaudra mieux vous tourner vers un design épuré qui fera plus sérieux.

Une couverture doit être professionnelle

Si tel est votre souhait, vous pouvez tout à fait réaliser vous-même votre propre couverture. Si vous avez des talents de graphiste ou de dessinateur, cela sera sûrement l'option la plus adapté à votre cas. Dans le cas contraire, n’oubliez pas qu'une couverture amenée à être publiée doit revêtir un aspect professionnel : une impression négligée pourrait faire fuir vos futurs lecteurs, qui préféreront un livre avec un aspect plus soigné. S'entourer de professionnels, c'est l'assurance de regards extérieurs. Or, il est primordial de réussir à se détacher du propos et à sortir de ses idées préconcues pour toucher un maximum de lecteurs.

Demandez des avis extérieurs

N’hésitez pas à faire plusieurs essais de design de couverture et à demander l’avis de votre entourage. Si vous disposez d’un blog auteur, vous pouvez également lancer un jeu-concours : vos abonnés (qui sont aussi vos futurs lecteurs potentiels) votent pour la couverture qui leur plaît le plus et un heureux lecteur tiré au sort gagne un exemplaire gratuit de votre premier livre ! D’une part, vous réaliserez une couverture au plus proche des attentes de vos lecteurs ; d’autre part, vous donnerez l’impression à ces derniers de les intégrer dans votre projet d’écriture, ce qui est un atout considérable pour les fidéliser.

Sources : iggybook, monBestSeller, Publishroom, Librinova,

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon premier livre «une partie de ma vie» est une succession de période de ma vie où j’ai vécu et dû affronter des épreuves difficiles comme d’autres. J’ai cherché au plus profond de moi, le moyen d’avancer et de positiver…

Les textes que j’ai écrits sont tirés de cette force que je ressens et qui m’a relevé à chaque fois. Nous avons tous la possibilité d’avancer si nous croyons profondément en nous.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations me viennent simplement à partir d’un mot auquel, je pense. Dès que celui-ci est posé sur une feuille, le reste vient tout seul de l’intérieur.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le petit princede Saint Exupéry.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Ne jamais abandonner !!!

5. Quelle est votre citation favorite ?

Donne sincèrement avec ton cœur et tu recevras…

6. Quel est votre mot préféré ?

L’espoir !!!

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Mon rituel d’écriture est un peu mon exutoire. Il permet de m’alléger car j’ai besoin d’écrire ce que je ressens. Les mots me viennent sans réfléchir car ils proviennent de l’intérieur…

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Le petit princede Saint Exupéry.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux. Mais il m’arrive d’écrire parfois au stylo.

10. Le mot de la fin ?

Ce premier livre comprend des textes profonds, sincères et lumineux qui ouvrent une fenêtre vers l’espoir …Si tu crois en toi, avance et n’abandonne jamais!!!

Je suis en train de terminer l’écriture du second. Ce deuxième opus comportera des textes sur les trois dernières années que nous venons tous de vivre…

AVIS ÉDITEUR : 

Avec beaucoup de justesse, Éric Vallet propose au travers de son recueil une poésie lumineuse porteuse de valeurs. Au fil des pages, l’espoir devient croissant et la sérénité s’installe.

Demain mardi 2 avril a lieu la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, qui vise à mieux informer le grand public sur les réalités de ce trouble du développement. L'occasion pour les Éditions du Panthéon de vous présenter une sélection d'ouvrages liés au sujet.

1. Parcours atypique d'un autiste d'Aurélien et Catherine Rosse

Après quelques minutes d’observation de mon comportement, ce médecin fut le premier à diagnostiquer l’autisme. Il rassura ma mère en l’informant que les troubles qui m’envahissaient s’atténueraient.

Après une enfance difficile et semée d’embûches, Aurélien est diagnostiqué autiste Asperger à l’âge de 14 ans. Dans ce livre, il nous dévoile un parcours tortueux à travers les différentes structures d’accueil spécialisées dans les troubles qui l’affligent. Il témoigne avec sensibilité d’une évolution progressive de sa personnalité, à son rythme, toujours accompagné par une famille courageuse et déterminée à mettre toutes les chances de son côté.

Il a coécrit ce témoignage avec Catherine Rosse, sa mère.

Avis éditeur : Un témoignage bouleversant écrit à quatre mains entre une mère et son fils, où l'auteur témoigne avec sensibilité de son évolution.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Antigone ou l’Aspie nouvelle de Klara Milo

« Créon
Que tes idées sont noires, ma nièce !

Antigone
Non. Mes idées ne sont ni noires, ni roses, ni jaunes, ni bleues, ni d’aucune couleur. Je ne te comprendrai jamais. C’est tout. »

Dans cette tragédie du XXIe siècle, Antigone, de nouveau la fille d’Œdipe, est une jeune femme entêtée qui veut offrir une sépulture de fortune à son défunt frère. Mais elle est surtout une autiste d’Asperger – une Aspie – avec sa sensibilité exacerbée, son autoritarisme individuel et son carcan de pensées exclusives. Farouche, elle tient tête à son oncle Créon, un roi aussi intransigeant que tyrannique, qui a décrété que quiconque enterrerait l’ennemi du royaume, Polynice, devrait mourir. À la rigidité d’une Aspie caractérielle s’oppose le pouvoir d’un despote autoritaire : qui remportera l’ultime confrontation ?

À une époque où le syndrome d’Asperger touche de plus en plus d’enfants dans le monde, Klara Milo imagine une relecture d’Antigone pour sensibiliser le grand public à cette forme d’autisme. Désireuse de rassurer les parents, à qui elle démontre que la situation est loin d’être ingérable, elle s’adresse également au grand public.

Avis éditeur : Par le biais du mythe, intrinsèquement universel et contemporain, Klara Milo donne une lumière nouvelle à ce syndrome d'Asperger encore trop méconnu. En revisitant habilement l'histoire d'Antigone, elle le rend accessible au grand public : à lire, assurément.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Mon enfant spécial de Marie-Josée Savard

« Bien qu’il ait commencé à lire par lui-même de façon très précoce, il accusait un retard considérable pour son âge dans des gestes de base comme s’habiller ou se moucher. C’est pourquoi nous n’étions pas impressionnés par les mêmes réussites que la plupart des parents. Chaque nouvelle habileté acquise, aussi anodine soit-elle, était extraordinaire à nos yeux. »

À ses quatre ans, l’enfant de Marie-Josée Savard est diagnostiqué avec un trouble du spectre autistique. Aujourd’hui, le petit Zachary a fait des progrès considérables et réussit chaque jour à développer un peu plus son potentiel.

Porteuse d’espoir, l’auteur nous livre son histoire pour encourager les parents à persévérer dans les moments plus difficiles. Des premiers mots à l’autonomie, elle s’appuie sur son vécu et ses recherches pour nous dispenser des conseils. Attentive aux besoins de chacun, elle rappelle combien il peut être épuisant d’être parent d’un enfant spécial, et insiste sur l’importance de la patience, du temps pour soi, mais surtout de savoir se pardonner les erreurs que l’on peut faire. Consciente que chaque enfant est différent, elle propose de mettre à l’essai différentes stratégies en tenant compte des particularités propres à son enfant.

Avis éditeur : En publiant ce livre, Marie-Josée Savard interpelle l’opinion publique et démystifie l’autisme pour enfin faire tomber les préjugés.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est encore un essai, le quatrième. Je dénonce, une fois de plus, les mensonges du pouvoir. Dans cet ouvrage j’ai choisi de me limiter au thème écologique. Je démontre comment l’’écologie est prise en otage pour servir de prétexte à justifier des taxes totalement absurdes. Aujourd’hui le débat sur le réchauffement de la planète est clos. Nous devrions nous contenter et nous satisfaire de la seule pensée officiellement admise, à savoir que ce réchauffement serait du uniquement à l’activité humaine. Or, il se trouve que cette version est contredite par des scientifiques de grandes valeurs auxquels les médias « oublient » de donner la parole.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L’actualité, le comportement de mes contemporains et l’étude critique des dirigeants de notre monde d’une manière générale et de la France plus particulièrement.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Plus qu’un livre, c’est un ensemble de lectures. Je lis essentiellement des essais et des biographies. A la fin d’une lecture, je repense à tout ce que j’ai lu et apporte souvent des critiques qui m’incitent à engager des recherches personnelles sur le sujet. Parfois le sujet ne me paraît pas exploité totalement, alors je me lance dans l’écriture.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Critique, liberté et indépendance, mais ils sont très proches l’un de l’autre, voire interdépendants. Aussi, je me suis créé ma propre devise qui se trouve être aussi un triptyque : Conscience, Honnêteté, Responsabilité.

5. Quelle est votre citation favorite ?

De fait, il y a beaucoup de citations qui me plaisent. Hélas, maladie contagieuse de nos élites autoproclamées, elles sont souvent revendiquées et décortiquées d’une façon purement intellectuelle mais ne sont pas appliquées de façon concrète. J’aime bien celle de Beaumarchais : « Sans liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » que je rapproche de l’observation de Benjamin Franklin : « Un peuple capable de sacrifier un peu de sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et perdra les deux ».

6. Quel est votre mot préféré ?

Amour parce que je crois que l’avenir de l’Homme ne peut passer que par l’amour. Il n’y aura pas de paix sur notre planète tant que l’homme ne sera pas capable d’aimer. Je suis persuadé qu’un jour – que nous ne verrons probablement pas – l’Homme devra se rendre à cette évidence.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n’ai aucun rituel parce que je fuis tout ce qui ressemble à un rituel. Un rituel correspond, pour moi, à mettre un pied dans le monde de l’aliénation et l’autre dans celui de la dépendance.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Il y a tellement de beaux ouvrages qu’il est difficile d’en choisir un seul. Si c’est un bon livre, en général, c’est le dernier que j’ai lu. J’ai beaucoup aimé un livre terminé il y a quelques mois : La physique de la conscience. Mais il y en a tant d’autres, parmi les plus célèbres Le petit prince, L’alchimiste, etc.

9. Stylo ou clavier ?

J’écris tellement mal que n’arrive pas toujours à me relire. Donc, essentiellement le clavier c’est plus facile pour me relire et me corriger, mais j’utilise aussi le stylo pour prendre des notes à la volée.

10. Le mot de la fin ?

Un seul me paraît restrictif, alors permettez-moi – j’abuse peut-être - de profiter de la possibilité que vous m’offrez pour en choisir deux : Éternité et Sagesse.

Avis de l'éditeur

Inviter à la réflexion sur les relations entre économie, politique et écologie. S'interroger en faisant fi du politiquement correct. Emmanuel Decroix sonde dans ce nouvel ouvrage la valeur des mesures dites "écologiques".

C'est le Printemps ! L'occasion de vous présenter une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon ayant trait à cette belle saison, que ce soit dans le titre ou dans le contenu éditorial.

1. Là-bas de Hanka Cerna Collé

« Le train Prague – Paris gare de l’Est part de la gare principale à 11  h  45, nous serons à Paris le lendemain matin. Nous sommes dimanche, 28 juillet 1968, une page avec un point final sur ma vie actuelle est en train de se tourner. Désormais, je ne pourrai que fouiller ma mémoire pour faire revenir des souvenirs de mon enfance, de mon adolescence, des lieux que j’ai fréquentés, des gens que j’aime.»

Hanka Cerna Collé a dix-huit ans dans la Tchécoslovaquie communiste de 1968, en plein printemps de Prague. Elle nous raconte avec une sincérité parfois éprouvée, parfois subtilement nostalgique, sa vie de jeune femme ayant grandi sous l’épée de Damoclès du régime totalitaire. Fraîchement débarquée à Paris avec son amie Zdena, elle espère pouvoir penser, rêver et vivre comme elle l’entend.

Avis éditeur : Un témoignage touchant dans lequel Hanka Cerna Collé nous raconte son parcours de jeune femme de la Tchécoslovaquie communiste de 1968 à son arrivée à Paris.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Quatre saisons pour un printemps de Jean-François Costa

Aux leçons de morale du maître en classe et du curé à l’église, Eugène et Palmyre ajoutaient sans en avoir l’air des leçons de vie que le garçon intégrait naturellement et qu’il aurait sûrement à cœur, espéraient-ils secrètement, d’appliquer et de transmettre plus tard à ses propres enfants.

Le temps de l’adolescence est aussi celui où se construisent les bases de nos vies d’adultes. Avec ce roman touchant et éclairé sur la famille, l’instruction et le travail, l’auteur nous rappelle que l’éducation ne se fait pas seulement sur les bancs de l’école.

Avis éditeur : Féru de littérature, Jean-François Costa nous propose un troisième ouvrage où l'on retrouve son amour de la nature et du terroir, à travers un récit personnel dans lequel l’intime mène à l’universel.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Un Printemps à Paris de Christophe Agogué

« (…) le sujet est techniquement inépuisable, sinon affectivement indispensable, empli de richesses inouïes, de petites et de grandes histoires, d’une identité en constante réévaluation. Paris vaut bien encore un petit ajout, une modeste contribution. Et c’est l’énergie qui motive ces quelques évocations. »

À chacun son Paris et son imaginaire parisien. Ville fétiche, ville lumière, Paname vit de son histoire et de ses multiples facettes. Capitale politique, économique, culturelle, cosmopolite, carrefour des idées et itinéraire des artistes, Paris est riche de tout ce qui la caractérise.

Véritable promenade au cœur d’un Paris qui n’appartient qu’à l’auteur, ces pages racontent ainsi des siècles d’urbanisme, les variations imperceptibles du temps, de la vie des quartiers et des monuments. Au fil de la balade s’entremêlent alors un chapelet d’anecdotes et mille détails qui font battre le pouls d’une grande cité.

«Un Printemps à Paris» est la déclaration de Christophe Agogué à sa ville natale, avec toute la tendresse et l’humour distancié qu’on lui connaît.

Avis éditeur : Dans ce livre se rencontrent le passé et le présent, le monumental et le quotidien, les choses et les gens. C’est un passionnant patchwork d’histoires aussi tendres que vivaces.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Des Poèmes pour Chaque Saison de Jean-Charles Watiez

Dans la furie du temps, le tourbillon sans cesse,
Des fausses priorités, de l’émoi, des promesses,
Des esprits tourmentés, fourbus par la vitesse,
Obsédés par l’Avoir, brisés par la tristesse,

L’ennui s’est répandu comme la poudre à canon,
Le malheur est partout, il hante les maisons,
Il explose et jaillit, il casse et il détruit,
Les espoirs et les rêves et le goût de la vie.

Ce recueil est l’expression des découvertes, des expériences et des engagements de l’auteur. Ces poèmes sont réunis au fil des saisons pour marquer leur caractère temporel et éphémère correspondant aux 52 semaines de l’année. Ils ont chacun leur histoire, leur couleur et leur musicalité propre.

D’une construction classique, ces vers nous invitent à redécouvrir nos sentiments, le moment présent et la beauté de la nature avec une tonalité toute contemporaine. Un appel à nos cinq sens et un certain parfum d’enfance.

Avis éditeur : Fine et déliée, la poésie de Jean-Charles Watiez est le reflet de son immense curiosité. Au fil des pages, sa lucidité s’empare de ce qu’il y a de plus humain en nous et saisit notre âme avec vigueur.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

C’est un roman dont la partie centrale se passe en Roumanie, quelques années après la chute de Ceausescu. Une jeune journaliste, Magda, est approchée par le chef des services secrets, Dobrescu. Ce dernier veut faire tomber un homme d’affaires nommé Galata en l’entraînant dans un montage financier compromettant. Pour cela, Magda devra séduire l’ambassadeur du Luxembourg, Luigi di Scossa, qui peut apporter à l’opération la caution d’une fédération bancaire qu’il dirigeait avant son arrivée en Roumanie.

Après quelques réticences initiales, Di Scossa se laisse séduire et tombe amoureux de Magda.

Le roman est construit autour de cette intrigue. Il est aussi ponctué de récits et confidences que Luigi fait à l’un de ses collègues.

Sans en dire trop, je précise que l’ouvrage comporte une partie finale évoquant la dimension spirituelle de l’attente.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

D’abord la vie, source inépuisable d’œuvres romanesque. Mais parfois, on ne peut ou ne veut tout dire de la vie. Ou bien l’on souhaite relater plusieurs faits réels en un seul. Dans « Attende encore », vous trouvez des faits et personnages réels, d’autres inventés.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Le premier : « Mrs Dalloway » de Virginia Woolf.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Têtu, obstiné, persévérant.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« La vérité ne se trouve pas dans les livres mais dans la vie » (Ionesco, La cantatrice chauve). Mais comme souvent chez cet auteur, il ne faut pas prendre les mots au pied de la lettre.

6. Quel est votre mot préféré ?

Construire.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Il faut d’abord attendre le moment propice. Celui-ci dépend de nombreux facteurs : l’inspiration, le temps dont vous disposez, l’urgence de l’écriture. Puis, quand j’y suis, je travaille plusieurs heures par jour, sans insister lorsque la lassitude gagne. Mais les moments durant lesquels on n’écrit pas ne sont pas inactifs. En général, je continue à penser à mon projet, quitte à revenir sur les pages déjà rédigées.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« Le quatuor d’Alexandrie » de Lawrence Durrell.

9. Stylo ou clavier ?

J’ai commencé au stylo mais aujourd’hui, clavier.

10. Le mot de la fin ?

Ecrivain tardif, j’ai découvert les bienfaits de l’écriture pour soi-même. Ensuite, la rencontre avec le lectorat est un moment magique.

 

AVIS ÉDITEUR : 

Le thème de l'attente traité magistralement au travers de l'histoire d'une jeune journaliste roumaine et de celle d'un ambassadeur du Luxembourg. Inattendu et inspirant.

À l'occasion de la journée mondiale du recyclage, nous avons le plaisir de vous présenter une sélection d'ouvrages publiés aux Éditions du Panthéon ayant trait à l'écologie, où le recyclage fait naturellement partie des solutions à envisager.

 

1. Propulse de Antoine Estève

« Depuis le début du millénaire notre famille humaine et animale a développé le concept original, préalablement dénommé CREAJOB, et maintenant portant le nom de PROPULSE. Ce concept désire marier la créativité, l’imagination, le « pourquoi pas ? » en utilisant les techniques apportées par l’informatique. »

Antoine Estève reprend le projet de son fils disparu, après un long combat contre la SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique), en inspirant une dynamique exprimée par le terme de PROPULSE. Comme pour ses précédents ouvrages utilisant les compétences de ses chats, il s’adjoint ici l’aide de son chien Rusty pour comparer les différentes formes d’apprentissage en Europe. À l’issue de ses recherches, il propose une nouvelle filière de formation dans l’écologie et l’environnement et développe un concept mariant l’informatique et la promotion de projets novateurs nécessitant un soutien afin d’être « propulsés » dans la société.

Avis éditeur : Un ouvrage extrêmement novateur, dans lequel Antoine Estève reprend le projet de son fils disparu, qui développe une nouvelle filière de formation alliant écologie, informatique, économie ou encore sociologie.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Écolo - Démago : Quand écologie rime avec démagogie de Emmanuel Decroix

Quand un homme – ou femme – politique revendique être écologiste, il me paraît diffcile de lui accorder un soupçon de confiance. L’écologie n’a jamais été un système de gouvernement ou de gestion d’un pays. L’écologie n’a aucun rapport avec le capitalisme ou le socialisme, pour ne prendre que ces deux exemples.

Emmanuel Decroix amène à s’interroger sur le sens premier de l’écologie. Il démontre que l’idée est vendue par des politiciens qui ne se préoccupent ni de la nature, ni de l’Homme : le mode de pensée « écolo » devient alors un outil électoral, pris en otage par l’économie contemporaine qui manque singulièrement de rigueur. S’imposent alors des interrogations essentielles auxquelles l’auteur propose des solutions concrètes, simples et efficaces en faveur de notre planète. Les politiciens ont-ils vraiment intérêt à prendre des mesures écologiques ?

Avis éditeur : Inviter à la réflexion sur les relations entre économie, politique et écologie. S'interroger en faisant fi du politiquement correct. Emmanuel Decroix sonde dans ce nouvel ouvrage la valeur des mesures dites "écologiques".

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Corriger le progrès de Jean Coroller

« Si l’on admet la valeur morale de la logique, il faut aussi admettre qu’elle sert à construire de l’ordre sensible. Pas n’importe quel ordre. Si l’on croit en la bonté, il ne peut s’agir que d’ordre logique miséricordieux. Quelque chose qui aide à vivre.
C’est le thème de cet essai. »

Dans cet essai novateur, Jean Coroller expose sa vision des évolutions sociétales constatées dans divers domaines au fil du temps. Dans un but de réconciliation de l’homme avec ses pairs comme avec la nature et le reste de son environnement, il propose des mesures correctives afin de pallier les dérives actuelles et de réparer, sinon effacer, les erreurs commises par le passé. Que le social et l’environnemental deviennent des solutions et non plus des problèmes.

Avis éditeur : Peux-t-on réparer les erreurs commises dans le passé en matière d’écologie ? Jean Coroller propose des mesures correctives dans cet essai novateur, où le social et l’environnemental ne sont plus des problèmes mais des solutions.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. L’Écologie radicale expliquée à ma belle-mère de Aurélien Dupouey-Delezay

« Le constat que trace l’écologie radicale, c’est qu’il y a un décalage, et même un gouffre, entre notre très haut niveau de développement technique et notre faible niveau de développement spirituel et moral. Nous sommes exactement dans la situation de l’apprenti sorcier : nous avons éveillé un pouvoir que nous ne maîtrisons pas, mais qui nous permet de modifier à la fois la nature et l’être humain lui-même. Pour prendre une autre comparaison, la technique industrielle est dans nos mains comme une arme à feu dans celles d’un enfant de huit ans. Ça ne peut finir que par un drame ! »

La crise écologique est l’un des principaux enjeux de notre époque. Convaincu que seule l’écologie radicale offre des moyens de se préparer au choc à venir, l’auteur s’emploie à la définir au travers d’un dialogue familial. En prônant une véritable réconciliation avec la nature et une philosophie basée sur le respect de toutes les formes de vie, y compris non-humaine, il démontre que cette démarche ne vise pas seulement un bouleversement de notre organisation politique et sociale, mais conduit irrémédiablement à un renouvellement complet de nos mentalités.

Doté d’un esprit lucide et d’une plume convaincante, le défenseur de la planète dresse le constat d’un certain échec de l’écologie radicale, et propose quelques pistes pour une plus grande efficacité de ce courant dont il se revendique.

Avis éditeur : À la fois complet et synthétique, cet ouvrage présente le mouvement complexe de l’écologie radicale. Pédagogue et amusant, il saura séduire les écolo-sceptiques !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Ludique, divertissant, récréatif.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Toutes les femmes que j'ai rencontrées.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Un film de François Truffaut, "L'homme qui aimait les femmes".

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Fidèle en amitiés.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Je dis ce que je fais. Je fais ce que je dis.

6. Quel est votre mot préféré ?

Séduction.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

C'est un livre coup de coeur.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Une vie de rêve et d'amour.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo.

10. Le mot de la fin ?

Merci.

AVIS ÉDITEUR : 

C’est avec humour et sincérité que l’auteur nous révèle les pages secrètes de sa vie. Tantôt convaincu, tantôt convainquant, Hugo Haf assume ses passions avec aplomb !