Rencontre avec Logan Moray, auteur de Confession d’un coeur

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Confession d’un cœur est un roman, rythmé, un peu différent.
Chaque page y possède sa propre histoire, courte mais intense.
Chaque page est une fable où les émotions dansent et se romancent.

Au fil des pages, le lecteur découvre un univers dont son cœur est le héros,
Un monde où ses émotions sont le seul rouge fil.
Pas de raison, ni de réflexion, il est invité  à se laisser bercer par le flot,
De son imaginaire et de ses pensées subtiles.

Envie d’offrir au lecteur le goût de l’implicite, le langage au-delà des mots,
Lui faire apprécier le jeu des sens et la douceur de la métaphore,
Qu’il ose s’abandonner aux vers dont je lui fais cadeau,
Qu’ils le portent au pays du rêve et des envies d’encore.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Les émotions qui me parcourent à tout moment, au présent, dans les souvenirs de moments vécus ou dans l’espoir de moments à venir.

Un mot, un geste, une expérience de vie, une image, un paysage, une personne peuvent éveiller une émotion plus intense qui est source d’inspiration. Si elle me parle, je vais fermer les yeux et l’observer, la laisser me prendre, la comprendre et l’accepter. Puis, je vais la décrire avec des mots et des métaphores, à « ma façon ».

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai toujours aimé écrire mes pensées, mes idées, mes opinions ; fortement influencé par la philosophie gréco-latine (Platon, Aristote, Horace, Socrate, Marc-Aurèle, etc.), me prenant pour un philosophe des bacs à sable, parlant à moi-même dès mon plus jeune âge.

Mais s’il est une œuvre littéraire à sortir du lot, celle qui, comme une étincelle sur les bûches de mon âme, m’a poussé à approfondir cette part de moi et l’épanouir, c’est Le Cercle des poètes disparus de N.H. Kleinbaum.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Romantique, à la fois idéaliste et sentimental, l’esprit toujours dans l’imaginaire. 

Chevaleresque, dans l’attitude et dans le geste.

Fidèle, à moi-même d’abord (ayant trop longtemps vécu dans le conformisme), à mes valeurs ensuite (d’un autre temps – chevalier), dans les relations avec l’autre (amis, amour)

5. Quelle est votre citation favorite ?

Carpe Diem – Horace (23 A.T.N.)

6. Quel est votre mot préféré ?

Lâcher-prise, tel celui qui, conscient de ses capacités et limites, vit dans l’ici et maintenant ; accepte l’autre tel qu’il est, s’offre à l’autre tel qu’il est.

"que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre." Marc-Aurèle

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Sortir prendre l’air, vivre l’ici et maintenant, me laisser envahir par les pensées et émotions de l’instant, m’asseoir quelque part, à-même le sol, sortir mon carnet, mon stylo et écrire. 

L’inspiration dans la Nature, dans l’ouverture à ce qui m’entoure et me traverse au-dedans.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Question piège. Chaque être humain est différent, partageant une part de lui dans des mots qui lui sont propres et uniques. Un livre peut-il seulement nous correspondre si tant est que quelqu’un d’autre l’ait écrit ?

Je vais répondre différemment : un livre qui m’inspire et me parle plus qu’un autre est L’écume des jours de Boris Vian.

Le livre que j’aurai aimé écrire est le roman que je suis en train de rédiger car il me correspond totalement.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo. A l’ancienne. 

10. Le mot de la fin ?

« Dans un monde dépossédé de sa Nature, je me ferai jardinier. Je sèmerai des graines pour cultiver les cœurs et reboiser l’âme humaine ».

Citation personnelle, tel est mon crédo.

En savoir plus sur "Confession d'un coeur" : https://bit.ly/2vOkzcF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *