Rencontre avec Alain Fleury, auteur de « Le Clos – La démesure « 

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Il s’agit d’un roman, tiré de certains épisodes de ma vie, quinze années condensées sur six mois et ramenés à l’époque ou notre famille a quitté le clos, racheté plusieurs fois. Les deux derniers acquéreurs ont réalisé avec sérieux, une magnifique propriété.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La fratrie de huit frères et soeurs, élevée par mon père (Riton) et deux soeurs, (Jacqueline et Denise) ont tenté de m’apporter, la partie de vie sociale qui me manquait et la partie culturelle. Imaginez ces enfants livrés à eux mêmes. Claude, plieur de parachutes a mis à ma disposition sa collection de héros de l’aviation française, russe et allemande, Robert, fan des Strauss et tous les disques en sa possession. Jacques, ténor de haut niveau n’a jamais manqué de nous chanter en toutes les langues, le répertoire classique. Encore enfants, la Traviata nous était familière. Je n’oublie pas la pêche à pied, (au début non loin des carcasses de navires) très formatrice. Puis les soeurs de St Vincent de Paul m’ont fourni et commenté des livres : à douze ans, Peguy, Steinbeck, Alexandra Neel...et Robert Surcouf.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Certains de ces jeunes auteurs, études littéraires en avant, écrivent et vendent leur maîtrise de la langue et de l’histoire nonobstant un certain manque d’imagination et d’expérience. Alors, je pouvais tenter de m’aligner. J’ai lu récemment la saga de Gilbert Sinoue, relatant la vie au Moyen Orient à compter du XIVème siècle à nos jours, les colonisateurs, les massacres puis à nouveau les massacres des dictateurs et des nouveaux colonisateurs des XX et XXIème siècle sur des terres jugées trop arides, il y a 2000 ans.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Ambition...humaine. Empathie. Casse-cou.

5. Quelle est votre citation favorite ?

En effectuant une tâche, je dis systématiquement : “ Ne jamais remettre à demain, ce qu’un autre peut faire aujourd’hui”. Mais celle qui a guidé ma vie et qui -détrompez vous- est très usitée : “ C’est seulement par l’entraide et les concessions mutuelles, qu’un organisme groupant des individus en nombre grand ou petit, peut trouver sa pleine harmonie et réaliser des progrès sérieux." J.K.

6. Quel est votre mot préféré ?

Respect mutuel ou liberté individuelle.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’écris en fin d’après-midi et soirée, parfois tard. Au cours de la nuit, j’affine et je rectifie le lendemain matin.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Si j’avais étudié la géopolitique, les grands échecs politiques et l’exploitation ainsi que la négation des peuples, surtout dans les 122 pays les plus pauvres.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier au cours de mon activité professionnelle. Puis deux cents pages du roman manuscrites et...avec de l’aide, la pratique de l’informatique.

10. Le mot de la fin ?

Au suivant ! (si dieu le veut).

Pour en savoir plus sur "Le Clos - La démesure" : https://bit.ly/3asmCBT 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *