Archives de l'auteur : EDP

Au lendemain de la journée mondiale du bien-être (Global Wellness Day en anglais), découvrez une sélection d'ouvrages liés à ce thème et publiés aux Éditions du Panthéon.

Photo by Simon Rae on Unsplash

1. Planète healthy girl d'Amandine Poli

« Nous tentons de parcourir l’espace, nous rêvons au-delà de notre planète, alors que l’espace que nous devons conquérir est notre Espace Intérieur. Notre imagination peut nous plonger à l’intérieur de cette Merveille qu’est notre corps, à commencer par la cellule, c’est elle qui nous maintient en vie, qui prend soin de nous en se régénérant encore et encore. »

« Un esprit sain dans un corps sain » : l’adage est bien connu et pour atteindre ce Graal personnel, l’auteur partage avec nous son mode de vie basé sur une alimentation équilibrée et une attention particulière accordée à soi-même et à son environnement. Dans ce guide bien-être émaillé de spiritualité, le lecteur trouvera des conseils d’alimentation, de sport et de philosophie à appliquer facilement au quotidien afin de s’engager sur un chemin plus proche de la nature.

Avis éditeur : Vous êtes à la recherche de bien-être et de spiritualité ? Suivez les conseils judicieux d’Amandine Poli pour prendre en main votre alimentation et votre forme sportive afin de vous rapprocher de la quête d’un esprit sain dans un corps sain. Un ouvrage d’utilité publique !

Lire un extrait :

http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754745536/#pct0

2. La Révolution de l’Éveil de Reda Hoballah

« Avant de commencer ce livre, je veux que tu te rappelles à quel point tu es Unique, et jamais ce mot n’a autant trouvé sa place que dans cet énoncé. Tu es le garant de ce que tu représentes, et le responsable de la beauté humaine qui te porte, te supporte et qui t’a été attribuée. »

Dans la société contemporaine, l’Homme a tendance à suivre un courant trop rapide, trop confus, trop étouffant, tout le temps… et à s’oublier lui-même. Pris dans une existence fondée sur l’approbation d’autrui, nous avançons dans le noir en négligeant de nous connaître nous-mêmes et de nous aimer avant tout. L’auteur nous invite à faire une pause dans ce tourbillon pour nous éveiller, trouver notre réelle place dans l’univers et, enfin, tutoyer la plénitude.

Avis éditeur : Véritable guide spirituel sur le chemin de la plénitude, cet ouvrage de Reda Hoballah nous invite à faire une pause dans le tourbillon de la société contemporaine afin de trouver notre place dans l’univers. Un « Éveil » salvateur.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. Exister de Louxia

« J’aime la magie des instants si petits, mais si précieux. Parce que pour moi, le passage de la féerie et de la magie du monde d’enfant au monde d’adulte est une étape importante dans la vie de tous. J’ai donc voulu écrire un livre qui essaye de donner des clés… du bonheur… Je l’espère ! »

Il n’y a pas d’heure pour faire le bilan d’une vie et se remettre en question, surtout lorsque l’on souhaite avancer vers un plus bel horizon. Dans cet ouvrage aux allures de thérapie, Louxia cherche avant tout à transmettre aux futures générations les fruits de son expérience et l’héritage de son existence. À la fois cathartique et pédagogique, cet essai emmène le lecteur sur la voie du développement de soi et de l’ouverture sur les richesses du monde qui l’entoure.

Avis éditeur : Guide pratique à l’usage de tous, « Exister » est un essai à la fois cathartique et pédagogique qui entraîne le lecteur sur la voie du développement personnel. Une véritable thérapie !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Des pensées pour cheminer ensemble de Sylvie Ferrete Lopes

« Partant du principe que nous sommes amenés à créer des liens, échanger et partager avec les autres, nous devons comprendre les différents mécanismes qui entrent en jeu dans nos relations. »

Après « Des pensées pour vivre en conscience », l’énergéticienne et coach Sylvie Ferrete Lopes nous emmène cette fois sur la voie de l’ouverture à autrui et de l’amour de Soi. À travers ce recueil de réflexions destiné à accompagner le lecteur dans son chemin de vie, elle l’encourage à tirer enseignement et richesse de toute relation humaine. Pratiquer le lâcher-prise et, surtout, s’aimer soi-même sont les clés pour accueillir l’amour du monde.

Avis éditeur : Quelles sont les clés pour pratiquer le lâcher-prise et, surtout, s’aimer soi-même ? Sylvie Ferrete Lopes, maître praticienne Reiki, nous propose d'y répondre à travers ce second recueil de réflexions.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

Écrivez-nous deux ou trois lignes biographiques.
Je suis un jeune homme de 32 ans, instruit, intelligent et de bonne famille.
J'ai commencé à écrire il y a peu, pour guérir d'une déception amoureuse.
J'aime à penser que le monde changera, sous l'impulsion de mes écrits.

Si vous étiez un livre, vous seriez….
Rempli de raisonnement et certainement rédigé par un sage.

Si vous étiez une citation
Il serait bien judicieux de citer ici un grand penseur ou autre grande personnage mais il n'en sera rien. Je préfère citer Nicolas Beauclercq auteur de À l'avenir: " Maintenant que je suis grand, je regarde avec des yeux désabusés, je vois clairement les choses et je regrette mes yeux d'enfant. "

Si vous étiez un marque-page
Je serais fortement usagé mais je me trouverais toujours à mon poste dans un livre.

Si vous étiez un discours
Je serais silencieux, je ne parlerais point à tout le monde mais pour chacun qui me lirait.

Si vous étiez une collection
Je demeurerais incomplète pour ne pas dépérir sous le regard du collectionneur, peut-être pour conserver la sensation d'être désirée.

 Si vous étiez un papier
Je serais cartonné car je me serais renforcé avec le temps, ce temps si précieux qui nous détruit jour après jour.

Si vous étiez une bibliothèque
Je me trouverais dans un salon au 19ème siècle et j'apprécierais la compagnie de personnes éloquente évoquant la dernière aventure de Philéas Fogg.

Si vous étiez une recette
Je serais un mélange entre la délicieuse vérité et l'infect mensonge, je laisserais tout le monde inassouvi.

Si vous étiez un titre de livre
Je serais À l'avenir...

AVIS ÉDITEUR : 

Né d’une solitude, ce témoignage raconte une vie. Troublant cri du cœur et miroir de l’existence, il est un appel sincère à plus d’humanité.

Découvrez une sélection des 5 plus belles bibliothèques de Paris. Des lieux magiques, que ce soit pour dévorer un livre ou simplement admirer ces bijoux architecturaux.

Site Richelieu, Bibliothèque nationale de France, 58 Rue de Richelieu, 75002, Paris, www.bnf.fr

Bibliothèque Mazarine, 23 Quai de Conti, 75006, Paris, www.bibliotheque-mazarine.fr

Bibliothèque Sainte-Geneviève,10 Place du Panthéon, 75005, Paris, www.bsg.univ-paris3.fr

Bibliothèque de la Sorbonne, 17 Rue de la Sorbonne, 75005, Paris, www.bibliotheque.sorbonne.fr

Bibliothèque de l'Hôtel de Ville, 5 Rue de Lobau, 75004, Paris, www.paris.fr

Source : https://www.admagazine.fr

À l'occasion de la Journée nationale de la résistance qui a lieu aujourd'hui, focus sur l'ouvrage d'Yves Grandjean Commencer sa vie sous le nazisme ou mémoire d'un gamin de 4 ans, dans lequel l'auteur relate avec simplicité une période de l’histoire que l’on croit toujours bien connaître… À tort.

« Je n’ai pas résisté à l’idée de rassembler mes souvenirs et à coucher sur le papier cette autobiographie. Décrire et développer la vie contraignante, la pression permanente, en espérant que les générations suivantes ne traversent plus jamais une telle période, mais aussi qu’elle soit sauvée de l’oubli. Je n’arrive toujours pas à parler de cette époque sans ressentir une vibration émotionnelle. »

L’auteur est né en Alsace, près de la frontière allemande, au début de la seconde guerre mondiale. À travers ce témoignage poignant, émaillé d’anecdotes révélatrices, il nous livre son vécu d’enfant de la campagne française occupée par les nazis. Un héritage de taille et un devoir de mémoire qui nous transportent durant les heures sombres de l’histoire de France.

Avis éditeur : Un ouvrage poignant sur une période de l’Histoire qu’on croit toujours bien connaître, dans lequel Yves Grandjean apporte une dimension personnelle à travers son vécu d’enfant de la campagne française occupée par les nazis.

<< Commandez l'ouvrage >>

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre parle du choc culturel en matière d’amour et de sexe. L’histoire raconte comment une femme née dans un pays de l’Extrême-Orient dans lequel elle a reçu une éducation considérablement différente, s’adapte à la société française dans laquelle la diversité la conduit à de perpétuelles confusions.

Les points de vue alternent entre « je », pour décrire ses souvenirs, ses états d’âme, à chacune des rencontres avec des hommes, et « elle », pour raconter l’histoire vécue par cette femme à un ami. Chaque chapitre, portant un prénom ou un lieu comme titre, peut être lu de façon indépendante, mais la chronologie joue un élément crucial pour comprendre l’évolution de cette femme asiatique, qui va presque jusqu’à acquérir la mentalité « occidentale » ou « française ».

Certains lecteurs se demanderont sûrement si ce livre entre dans la catégorie « autobiographie ». Je ne peux pas l’affirmer de manière tranchée, car chaque chapitre contient une part de vécue et d’imagination avec un degré très variant selon les chapitres. Certains sont quasi-vécus, d’autres du quasi-imaginatifs, et d’autres encore sont un équilibre… Tout ce que je peux dire, c’est que les personnages sont tirés du réel.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mon rêve, mon imagination, et les hommes. Il y a également mon entourage, et une amie très particulière avec qui je peux parler de ma vie intime et vice versa...

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je ne peux pas désigner un seul livre. C’est plutôt l’ensemble des livres que j’ai lu durant ma jeunesse. J’avais longtemps oublié cette envie d’écrire, que j’ai pourtant pensé être mon destin à l’époque. Je lis beaucoup de nouveau, désormais en Français. Duras, Lévy, Nothombe, Weber… tous ces auteurs me donnent envie. Mais, ce qui est sûr, c’est qu’au seuil de mes cinquante ans, j’ai voulu faire un trait sur ma vie. Voilà ce qui m’a poussé !

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Franche, rêveuse, déterminée.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Si vous ne lisez pas chaque jour, les épines se hérissent dans la bouche ». C’est le dicton qui vient du recueil coréen de la veille sagesse nommé « Trésor qui éclaire le cœur ». Cela signifie qu’on peut facilement sortir des mots blessants à l’autrui si on ne lit pas, alors il faut lire chaque jour pour s’auto-discipliner.

6. Quel est votre mot préféré ?

Tolérance, l’esprit de la France que j’estime beaucoup. Ma compatriote qui a beaucoup de curiosité pour le pays où je vis me demande souvent comment se définit la France. Je sors ce mot illico presto, sans hésitation. Les Coréens pensent alors tout de suite à un mot coréen approximatif dit « Jeong », une sorte de générosité, mot qui renvoie à un approchement humain. Mais je me constate que, d’après mes vingt six ans de vie en France, la tolérance est non seulement humaine, mais aussi institutionnelle. Citons un exemple de cas institutionnel : la priorité à droite en France, en comparaison avec la Corée qui donne la priorité aux voitures qui vont tout droit. Cette priorité française, je la considère comme une sorte de tolérance institutionnelle, il faut céder aux faibles, à ces voitures qui sortent à ma droite. C’est excellent, et j’adore ce mot.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J’utilise souvent un petit carnet pour écrire les choses importantes. Ce carnet m’avait beaucoup aidé lors de l’écriture de mon livre, surtout lorsque j’avais besoin de chercher la chronologie.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

« Un barrage contre pacifique ». J’aime Marguerite Duras. Si Marc Lévy m’avait fait pleurer (« Si c’était vrai »), Amélie Nothomb (« Stupeur et tremblements », « Ni d’Eve ni d’Adam ») m’avait fait rire. Marguerite Duras, quant à elle, m’avait fait rire et pleurer en même temps dans ce livre. Je retrouve la beauté de la langue française dans les livres Duras. J’aimerais être capable d’en faire autant, dans ma langue maternelle.

9. Stylo ou clavier ?

Clavier comme beaucoup de gens de nos jours, je suppose. Les carnets sur lesquels j’ai gribouillé de temps en temps m’aident aussi. Mais écrire avec stylo sans trop gâcher les papiers serait pour moi une grande joie, même si je pense que je suis loin d’en être capable.

10. Le mot de la fin ?

À toute personne qui a lu mon livre, je pose un quiz : selon vous quel est le chapitre le plus imaginatif ? Merci d’envoyer votre réponse à l’adresse suivante : diffusion@editions-pantheon.fr

Avis éditeur : Premier tome du jardin de Cho Hye-Geun, ce roman témoigne du parcours amoureux et érotique d’une femme coréenne confrontée aux moeurs occidentales. Troublante fresque de l'apprentissage du désir, c'est également celle d'un coeur brisé...

Aujourd'hui a lieu la Journée Européenne de la Mer. L'occasion de découvrir deux ouvrages liés à ce thème et publiés aux Éditions du Panthéon, "Zakouski" de Michel Sakharoff et "Le rapport d’étonnement N° 32280" de Philippe Petit.

Photo by Ivana Cajina on Unsplash

Zakouski de Michel Sakharoff

« Une goutte de vie,
Un instant d’infini,
Petit coin d’univers,
Fait d’amour et de guerre,
Juste un point dans l’espace,
Entre Vénus et Mars. »

En vers ciselés, Michel Sakharoff entraîne le lecteur à sa suite, passant d’un sujet à l’autre avec légèreté et sensibilité. Sur un rythme entraînant, il donne à entendre une mélodie tantôt grave tantôt facétieuse. À l’image des zakouski, ces petits plats dans lesquels le convive peut piocher, ses poèmes offrent parfois des perspectives inédites, réjouissantes ou sombres, sur notre société.

Avis éditeur : D’une plume légère et sensible, Michel Sakharoff nous entraîne dans une série de poèmes en vers ciselés, donnant tour à tour une vision grave et réjouissante de notre société.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

Le rapport d’étonnement N° 32280 de Philippe Petit

« J’aimerais que l’on tourne ces pages vides : ces pages mouillées par les larmes. L’amour, c’est mesurer ce que l’on peut perdre. »

Imaginez-vous recevoir des lettres anonymes vous invitant à redécouvrir votre ville, son histoire et ses chemins cachés. Imaginez encore que cette curiosité retrouvée éclaire plusieurs pans de votre vie, jusqu’à réveiller votre créativité un instant assoupie… C’est ce qui arrive au narrateur, qui, charmé, rédige ce Rapport d’étonnement, relation de ses observations, doutes et espérances.

Avis éditeur : Philippe Petit, d’une plume sensible et profondément humaine, rédige ce Rapport d’étonnement fruit de ses observations, doutes et espérances, et nous invite à redécouvrir notre environnement urbain, mais aussi notre propre vie. Un roman original et étonnant.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

 

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Ce premier roman raconte la vie d'une famille paisible et tranquille de Manhattan, dans la banlieue de New York, dont le destin et le passé de la mère de famille vont la rattraper et faire basculer sa destinée dans l'horreur et le cauchemar. Le premier événement dramatique plongera cette famille dans l'horreur et la folie.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Depuis tout jeune, je regardais les séries policières américaines à la télévision qui m'ont bien inspirées, mais mes vraies sources d'inspiration ont été les auteurs Stephen King, Mary Higgins Clark et Franck Thilliez.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"Le crime de l'Orient Express" d'Agatha Christie.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Aimable, honnête, franc.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Dans la vie, on ne fait pas ce que l'on veut mais on est responsable de ce que l'on est.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amitié.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

J'ai besoin d'écrire toutes les histoires policières qui me viennent dans ma tête. J'ai besoin de m'extérioriser, de me libérer la tête et l'esprit.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

"Croc-blanc" de Jack London.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo.

10. Le mot de la fin ?

Le premier roman, je l'avais terminé en un mois après avoir eu des idées plein la tête. J'avais une envie irrésistible d'écrire alors quand vous avez une envie, une passion, n'hésitez pas, foncez.

Il faut le courage pour tout domaine dans la vie.

Mon second roman réservera une surprise pour les lecteurs, vous allez aimer...

 

Avis éditeur : Dans ce thriller haletant, Jean Camille Vahé nous entraîne dans une enquête complexe dans la sombre ville de Détroit aux États-Unis. Passionnant !

L'arrivée des mastodontes du web sur le marché du livre a fait beaucoup de mal aux librairies indépendantes du monde entier. Celles-ci ont dû s'adapter pour survivre en développant des concepts innovants et surprenants. Petite sélection de librairies toutes plus originales les unes que les autres.

Péniche café librairie L'eau Et Les Rêves 

Alors que de nombreuses péniches des quais de Seine se sont reconverties en terrasses et lieux de vie nocturne, ce petit bateau amarré le long du canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement, a quant à lui choisi de nous emmener sur la côte Atlantique à travers la littérature. Dans la cale de L’eau et les rêves, ce sont des centaines de livres neufs ou d’occasion, liés de près ou de loin à l’univers maritime, que l’on découvre. Romans d’aventures (on peut parier sur la présence des romans initiatiques de Jules Verne !), récits de voyage, ouvrages techniques sur la navigation ou les fonds marins…Chaperonnée par des passionnés, cette jolie librairie qui a conservé l’intérieur typique d’une chaloupe se positionne comme l’antre marine de la capitale. De quoi plonger les Parisiens dans des livres de qualité…

© La Parisienne du Nord

La mouette rieuse

Conçu comme un concept-store culturel, ce lieu situé en plein coeur du Marais historique, entre les rues des Francs-Bourgeois et des Rosiers, déjoue la mise en scène classique d’une librairie et nous entraine sur des chemins de traverse. Sur trois niveaux et une surface de 470m2, la Mouette Rieuse se présente comme une continuité de la ville avec des ambiances différentes. Alors que le rez-de-chaussée s’affiche comme une rue marchande pour une ambiance citadine, le premier étage est construit comme un cabinet de curiosités et un salon de lecture propice à la détente. Le dernier étage, enfin, aux allures de loft tient lieu de salle d’exposition. Dans le prolongement de la librairie, un espace restauration offre un intermède savoureux à tout autre moment de la journée, mais on peut aussi faire quelques achats à l’épicerie fine.

La plus petite librairie du monde

Et voici la plus petite librairie du monde ! Située dans l’un des quartier les plus pauvres de Ougadougou au Burkina Faso, elle est construite de planches, de tôles et de quelques clous. Appelées également “kiosque”, ces petites baraques abritent généralement des bars, des épiceries ou des revendeurs de pièces détachées en tous genres. Mais celle-ci a la particularité d’être la seule librairie ! Même si la population burkinabé est majoritairement analphabète, cela n’a pas empêché Yacouba, propriétaire des lieux, d’ouvrir sa toute petite boutique. Amoureux des livres, il souhaite les partager avec tous les habitants.

© David Pace

Le Sketchbook Project de Brooklyn (NYC, USA)

Le concept de cette librairie unique ? Inviter des artistes (ou non d’ailleurs) à exprimer leur art sur un carnet de croquis vierge. De jeunes talents venant du monde entier peuvent alors créer, exprimer leurs pensées, leurs réflexions mais aussi et surtout partager leur voyage de façon singulière et artistique. Une fois le carnet terminé, celui-ci passe devant un jury qui assigne une référence et décide ou non de le placer dans la librairie. Ainsi tous les visiteurs peuvent feuilleter ce qui s’apparente davantage à des œuvres artistiques plutôt qu’à de simples carnets de voyage.

La Belle Hortense

La Belle Hortense, créée en 1997, ne se contente pas de vendre des livres, puisqu’il s’agit en réalité d’un bistrot-librairie dans lequel vous pourrez non seulement déguster de grands vins mais aussi lire vos livres préférés. Cette librairie propose toute une sélection de romans et beaux-livres que vous pouvez consulter sur place, tout en buvant un café ou un verre de vin. Si vous ne souhaitez pas rester au bar, vous pouvez vous isoler dans la salle située dans le fond de la boutique, où vous pourrez lire tranquillement. Leur carte des vins propose des variétés de la France entière mais faites attention, le prix au verre est assez élevé, il est donc plus intéressant d’acheter une bouteille. Dans cette librairie vous ne trouverez que peu de romans contemporains mais une grande quantité de classiques, de poèmes et de livres philosophiques. Et si cela vous intéresse, sachez que la librairie organise une exposition par mois dans la salle du fond.

Sources : pariszigzag.fr, anousparis.fr, blog.exploratology.comgenerationvoyage.fr

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre raconte des histoires de couples, des couples du hasard, du moment, mais aussi des histoires de couples qui durent. Les personnages des couples unis sur la durée peuvent s'éloigner, se perdre, se perdre de vue. On trouve dans mon livre des thèmes comme le hasard, la perte, mais on se retrouve souvent, par le fruit du hasard ou d'une décision concertée. Les personnages ont plutôt une âme d'artiste et même une vraie nature d'artiste. Certains écrivent des poèmes, des pièces de théâtre. D'autres composent, dessinent, avec pour beaucoup une vraie fascination pour les œuvres d'art qui peut les rapprocher pour former le couple du moment, au présent. L'intensité, au cœur de la rencontre, est présente dans un climat de confidences teinté d'émotions, un peu onirique, avec des contemplatifs qui peuvent se laisser aller à des débordements du cœur et de l'âme. Mon récit recèle des voluptés sensorielles et même gustatives avec un personnage, Chef de cuisine, qui confectionne des mets de choix destiné à une clientèle mais aussi des desserts de princesse pour la femme qu'il aime. Le ton des pièces de théâtre est tantôt léger, un ton de comédie avec des calembours, retournements de situation, du mouvement, tantôt le ton est plus poétique et parfois grave. La gravité de la vie qui interroge sur le rire qui peut, à mes yeux, toujours se faire une belle place au théâtre mais j'apprécie un théâtre qui donne à penser, à réfléchir, qui offre un regard, une vision élargie, approfondie et nuancée de notre monde.

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L'amour, avant tout, mais aussi l'émotion artistique, les promenades.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

"Les rêveries du promeneur solitaire" de Jean-Jacques Rousseau.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Exaltée, débordante et philosophe.

5. Quelle est votre citation favorite ?

"Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières." de Jean-Jacques Rousseau.

6. Quel est votre mot préféré ?

Inspiration.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n'ai pas de rituel. J'écris un peu partout, dans les transports, les lieux où les gens se retrouvent chaleureusement pour se restaurer ou prendre un verre. J'écris quand l'inspiration vient ou un peu plus tard, avec un vrai travail de mémoire. J'ai des cahiers et carnets un peu partout chez moi. Le clavier de l'ordinateur est vraiment l'étape pour finaliser le travail.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Pour son écriture poétique et inspiré par ce thème inépuisable et inépuisé de l'amour et du couple, "Tous les matins de l'amour..." de Jacques Salomé.

9. Stylo ou clavier ?

Stylo et clavier.

10. Le mot de la fin ?

Un grand merci à mon éditeur qui m'accompagne avec finesse, douceur et une belle énergie, sur le chemin vers un lectorat.

Avis éditeur : Subtile et profonde, la plume de Marie-Hélène Vignal nous entraîne dans le tourbillon intime d'un couple tourmenté. Onirique et passionnée, la poète s'expose à nous sans fards.

Hier a eu lieu la Journée Internationale du Rire. L'occasion pour les Éditions du Panthéon de vous proposer une sélection d'ouvrages empreints d'humour, en espérant qu'elle fasse du bien à vos zygomatiques 😉

(Photo by Dan Cook on Unsplash)

1. Besoin d'un conseil ? Les copines : rien de pire ! de Lilik

Quand nous sommes un peu perdus, que nous nous sentons un peu bloqués par une situation ou quand nous cherchons des réponses à nos questionnements existentiels, notre réflexe est souvent le même : les copines.
Seulement voilà, à défaut de nous donner des conseils constructifs susceptibles de nous aider, elles se contentent généralement de nous inonder avec ce qu’elles auraient fait à notre place. Super.

Entre petites mesquineries et grandes morales, toujours agrémentées d’une bonne dose d’humour, les recommandations de nos « bonnes copines » sont souvent farfelues et, toutes bienveillantes qu’elles soient, parfois difficiles à suivre ! Lilik nous dévoile ainsi une galerie de personnages hauts en couleur et plus ou moins sages dans ce petit guide de conseils plein de malice et de bonne humeur. Une pépite de second degré à consommer sans modération.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

2. Perpète de Patrick Quibel

« Perpète  ! J’ai eu perpète  ! Enfin, c’est lui qui a eu perpète  !… Eh oui, ma dixième en dix ans  ! Senlis, Montauban, Évreux, c’est mon tour de France à moi des condamnations à perpétuité… Tu l’as dit, c’est un vrai record ! Et tout ça, sans dopage ! À propos de dopage, mets une bouteille de champagne au frais  ! »

Bogdan Popescu a été condamné à perpétuité à la suite du réquisitoire du procureur Chatelet. Décidé à prouver son innocence, il s’évade et séquestre son accusateur afin de se confronter à lui. Il découvre alors que la maîtresse du magistrat est la femme avec laquelle il se trouvait le soir de son prétendu crime… mais elle refuse de témoigner ! Dans cette comédie satirique à la Marcel Aymé, patinée d’un humour dansant aux frontières de l’absurde, l’auteur dévoile les coulisses d’une justice parfois discutable et met en lumière l’obscur jeu du paraître.

Avis éditeur : Véritable comédie satirique, « Perpète » nous raconte avec un humour grinçant les jeux du paraître dans le monde de la Justice. Une pièce de théâtre aussi instructive que distrayante.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

3. 2020 : les bijoux du président de Philippe Rhöve

« (…) Dans quelques jours, Daffy Crump prête à nouveau serment et sa ministre de la Culture (hum hum), Mik Quart-de-Chiant, a menacé notre Premier ministre Benji Ramon d’interdire aux touristes ricains de mettre les pieds au pays du foie gras. Nos services ont pourtant retrouvé les voleurs de ses bijoux, mais elle n’a jamais pardonné le fait qu’on l’ait ligotée à une chaise en sous-vêtements, et foutu la trouille aux miches en 2016.
– Alors quoi ?
Le parrain commanditaire n’a jamais pu être pincé, on l’appelle le “Carlos aux diamants”. Si vous mettez la main dessus on l’envoie direct aux US, ce qui nous évitera probably un incident diplomatique ; ce serait surtout un geste vers cette grande nation recroquevillée sur elle-même depuis quatre ans et qui refuse de verser le moindre dollar pour protéger l’Europe des Russes (ses nouveaux amis), des Chinois, ni même de la péninsule arabique, voire de l’Iran ; que sais-je encore ! »

2020. Cela fait quatre ans que Jean-Luc Mésendonc est au pouvoir en France. Le pays vit des jours paisibles jusqu’au jour où le président des États-Unis, Daffy Crump, menace le tourisme français. La bague en diamants de sa ministre de la Culture, Mik Quart-de-Chiant, a été volée en France. Débute alors une affaire invraisemblable qui mène le commissaire Aldo Sanfilippo et son équipe vers une enquête d’ordre mondial…

C’est d’une plume effrontée et amusante que les premières lignes dévoilent un roman fictionnel aux références fines et parfois impertinentes. Comment va se dérouler cette enquête « géopolitique » rocambolesque ? Une chose est sûre, l’auteur y a glissé de nombreux pastiches de la société actuelle.

Avis éditeur : À la fois comique et surprenant, le roman de Philippe Rhöve nous rappelle à quel point l’actualité de l’année écoulée fut aussi absurde qu’inattendue. C’est dans un style original qu’il réussit l’exercice du pastiche-multiple !

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0

4. Comment j’ai rencontré l’Empereur d'Alain Gardella

« Mais que contenait donc cette antiquité ?
Sans trembler, je posai mes mains sur le couvercle et le soulevai, d’un coup d’un seul ! Je ressentis alors comme une immense aspiration… D’une puissance… D’une force… Impossible de lutter. Je venais d’être happé par le vide. Tout allait très vite. Je me retrouvai dans le noir absolu.
Voir les murs bouger après trois bouteilles de whisky ferait penser à une nuit dans une nurserie à côté. »

Au détour d’un pari douteux fait lors d’une soirée trop arrosée, le gouailleur Sébastien Perroni se retrouve devant un mystérieux coffret aux propriétés pour le moins singulières : à peine en a-t-il soulevé le couvercle qu’il se retrouve projeté en pleine bataille napoléonienne ! Notre héros désireux de rentrer chez lui n’est pas au bout de ses surprises… car l’Empereur n’est pas loin.

Voyage dans le temps aux atours rocambolesques et narré par un héros attachant à la langue bien pendue, ce récit mêle humour désopilant et sens aigu de la péripétie invraisemblable.

Avis éditeur : De César à Hitler, ce roman retrace les situations ubuesques d’un héros dépassé par les événements. Un vrai divertissement.

Lire un extrait : http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/9782754736695/#pct0