[RENCONTRE AVEC] GIORGIO DE PIAGGI

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Métaphore d’une existence humaine opérant dans un contexte tout à fait particulier, les événements de Une étrange aventure se déroulent dans une île imaginaire de l’archipel des Caraïbes, mais ils pourraient très bien se passer dans n’importe quel pays qui subirait les mêmes revers. L’histoire du récit se développe autour de la ferme résolution d’un médecin, d’origine française, qui décide de mettre au service de son pays natal, ravagé par la violence inattendue de la nature et par l’inaptitude fautive de ses gouvernants, ses énergies morales et professionnelles pour contribuer à lui redonner l’espoir d’un possible rétablissement du bonheur perdu. La réalité objective de l’échec partiel de sa périlleuse entreprise n’enlève en rien à la haute valeur de sa tentative audacieuse. C’est une histoire fantastique, dont le contenu n’est pourtant pas hors du possible et du réel, car, comme l’écrit Tzvetan Todorov, dans son Introduction à la littérature fantastique, si, « à la fin de l’histoire, le lecteur décide que les lois de la réalité demeurent intactes et permettent d’expliquer les phénomènes décrits, nous disons que l’œuvre relève d’un autre genre : l’étrange ».

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

La réalité et mon imagination.

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Je ne sais pas vous répondre.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Personnalité double : réaliste et imaginaire.

5. Quelle est votre citation favorite ?

Il ne faut pas badiner avec l’amour.

6. Quel est votre mot préféré ?

Amitié.

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Cela dépend des circonstances : en général une demi-page par jour.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Je n’y ai encore pensé.

9. Stylo ou clavier ?

Les deux.

AVIS EDITEUR : Dans ce roman d'aventures caraïbéennes, Giorgio De Piaggi présente les dilemmes d'un homme entre ses fonctions de médecin et de politicien. Que faire en effet face à une nature parfois violente et une classe dirigeante souvent incompétente ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *